Le Pen se présente comme “seule alternative” à Macron ou Fillon

Le Pen se présente comme “seule alternative” à Macron ou Fillon

Marine Le Pen, qui se voit qualifiée pour le second tour de la présidentielle, a poursuivi dimanche à Bordeaux sa stratégie visant à se...
Public Sénat

Par Guillaume DAUDIN

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Marine Le Pen, qui se voit qualifiée pour le second tour de la présidentielle, a poursuivi dimanche à Bordeaux sa stratégie visant à se présenter comme "seule alternative" à Emmanuel Macron ou François Fillon et dénoncé les "flèches venimeuses des médias".

La candidate du FN s'est présentée lors de ce meeting comme la candidate du "peuple" contre le "système", avec l'objectif affiché de transformer le second tour en référendum : "patriotes" contre "mondialistes".

Sous les drapeaux tricolores et les cris "Marine à l’Élysée" ou "On est chez nous", la candidate a "conjuré" ses partisans à une très forte mobilisation et déroulé plusieurs propositions pour les jeunes.

Profitant de l'actualité - soutien mercredi de Manuel Valls à Emmanuel Macron, rencontre samedi entre Emmanuel Macron et Christian Estrosi, patron LR de la région Paca -, Mme Le Pen a tempêté contre des adversaires "coalisés" et leurs "connivences fondamentales" qu'ils ne pourraient s'empêcher de "dissimuler".

Quant au candidat de la droite François Fillon, "rien ne le sépare de M. Macron pour qui, main dans la main avec M. Valls, il appellera à voter pour le second tour, s'il est lui-même disqualifié", a-t-elle jugé, devant quelque 2.000 personnes dans un hall du Parc des Expositions.

"Fillon, Macron, le système veut l'un ou l'autre à l’Élysée (...). L'un ou l'autre arrivera à l’Élysée, pourvu que cela ne soit pas le peuple", a dénoncé la présidente du Front national, jugeant que le candidat de la droite et celui d'En Marche! bénéficient de "l'amplification de la caisse de résonance des patrons de presse".

Sous le coup de révélations judiciaires depuis fin janvier, la dirigeante du FN a attaqué les médias, Le Monde et BFMTV (qui diffusait son meeting en direct) en tête. Le quotidien du soir a dévoilé mercredi une lettre du trésorier du FN Wallerand de Saint-Just qui semble accréditer une volonté du FN de se financer sur le dos du Parlement européen. Mme Le Pen a annoncé une plainte prochaine.

- Message aux "gens de droite" -

Manifestation contre le Front National, à Bordeaux, en marge d'un meeting de Marine Le Pen, le 2 avril 2017
Manifestation contre le Front National, à Bordeaux, en marge d'un meeting de Marine Le Pen, le 2 avril 2017
AFP

A trois semaines d'une élection qu'elle présente systématiquement comme un "choix de civilisation", la patronne du FN voit désormais celui qu'elle qualifie de continuateur de la "Hollandie", M. Macron, situé dans les sondages au même niveau qu'elle au premier tour, autour de 25% des intentions de vote.

Il la battrait toujours largement dans cette configuration de second tour qui se consolide depuis fin janvier, avec une vingtaine de points d'avance.

Sur les terres d'Alain Juppé, Mme Le Pen a donc choisi la stratégie frontale pour tenter d'engranger les voix de droite hésitantes envers M. Fillon, son principal réservoir d'après ses partisans.

"Ne vous laissez pas abuser par M. Fillon", a-t-elle ouvertement lancé aux "gens de droite". L'ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy "n'incarne aucune capacité de rupture, aucun espoir d'alternance", selon la candidate FN, qui affirme disposer seule d'un projet "réellement alternatif".

"A supposer même que M. Fillon soit qualifié puis élu, il serait dans l'incapacité d'appliquer son programme, un programme de sang et de larmes, de privations et de sacrifices que son crédit personnel lui interdit d'exiger des Français", a-t-elle lancé, en référence aux mises en examen du député de Paris et de son épouse dans une enquête sur des soupçons d'emplois fictifs, ainsi qu'aux révélations sur le train de vie du candidat LR.

Alors que se tenait le meeting, plus d'un millier de personnes, dont le candidat présidentiel du NPA Philippe Poutou, ont manifesté dans le centre-ville de Bordeaux aux cris "Ni au pouvoir, ni dans la rue, ni dans les têtes : ne laissons pas le fascisme s’installer !"

La manifestation a été émaillée de quelques heurts avec les forces de l'ordre, quelques manifestants lançant en fin de parcours boulons et pavés. La police a répliqué par des tirs de gaz lacrymogènes et procédé à dix interpellations.

Dans la même thématique

Paris : Deux policiers blesses par balle comissariat 13 eme arrondissment
4min

Politique

Sécurité : que proposent les grands blocs politiques pour les élections législatives ?

Ce lundi 14 juin, la campagne pour les élections législatives s’est ouverte, et les programmes des principales forces politiques ont été dévoilés. La sécurité est au cœur du débat et suscite une attention tout particulière au sein de l’opinion publique. Petit aperçu des différentes propositions et promesses sur ce sujet clivant entre les partis.

Le

Rentree scolaire Ecole Primaire Maternelle Saint-Philippe a Nice
7min

Politique

Législatives anticipées : que proposent les trois blocs sur l’éducation ?

Après le pouvoir d’achat, la sécurité et l’immigration, l’éducation divise les différents candidats aux élections législatives. Si le programme gouvernemental sur l’école est bien connu, les deux autres blocs politiques en lice pour les élections législatives prônent des mesures radicalement opposées.

Le

Paris : Auditions au MEDEF
6min

Politique

Législatives : ces sénateurs tentés par la ligne Ciotti/Bardella

Depuis l’alliance annoncée entre Éric Ciotti et Jordan Bardella aux élections législatives, les sénateurs du groupe LR du Sénat font officiellement bloc derrière la ligne d’autonomie définie par le bureau politique du parti. Mais dans cette campagne éclair, certains expriment leurs divergences. Après les 7 juillet, elles pourraient bien s’accentuer.

Le