Le Pen: “Trump compte sur la France”, pas sur son “fantôme”

Le Pen: “Trump compte sur la France”, pas sur son “fantôme”

Marine Le Pen, candidate FN à l'élection présidentielle, a jugé vendredi que Donald Trump, qui prête serment vendredi, "compt(ait...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Marine Le Pen, candidate FN à l'élection présidentielle, a jugé vendredi que Donald Trump, qui prête serment vendredi, "compt(ait) sur la France" et pas "le fantôme de la France".

"Je crois que Donald Trump compte sur la France, mais (...) pas le fantôme de la France", a déclaré la présidente du Front national à l'antenne de Radio Classique. "Une France qui comme par le passé avait une voix particulière, qui était une puissance d'équilibre", a-t-elle ajouté.

"C'est une nouvelle ère qui s'ouvre, une ère je l'espère de coopération", a salué Mme Le Pen, se disant réjouie de "voir un président des États-Unis qui loin de ce qu'on a pu voir dans les dernières années (...) semble prêt à accepter le principe même de souveraineté des nations".

Parmi les rares personnalités politiques françaises à avoir salué l'élection du 45e président des Etats-Unis, la candidate du FN a répété qu'elle espérait bien rencontrer le futur pensionnaire de la Maison Blanche en étant élue présidente, soulignant leurs "points communs" sur des "axes économiques".

Mme Le Pen a en revanche écarté l'idée d'un premier voyage officiel à Washington si elle accédait à l'Elysée.

"Mon premier voyage, ce sera d'aller à Bruxelles pour leur expliquer que je vais siffler la fin de la récréation", a-t-elle lancé, prônant la fin "de ce super-pouvoir que Bruxelles s'est arrogé contre la volonté des peuples".

Marine Le Pen s'était rendue le 12 janvier à la Trump Tower où se trouve le QG de Donald Trump à New York mais n'a rencontré ni le futur président américain, ni aucun membre de son équipe, qualifiant ce déplacement de "privé".

Dans la même thématique

FRANCE–EUROPEAN PARLIAMENT-ELECTION
14min

Politique

Européennes 2024 : tout savoir sur les « petites » listes

A côté des grosses machines électorales, elles existent difficilement dans les médias traditionnels, misant plutôt sur les réseaux sociaux. Entre une flopée de listes écologistes, des listes souverainistes et des micros partis, tour d’horizon de ces listes qui devraient avoir le plus grand mal à avoir des eurodéputés, mais dont la présence est loin d’être neutre pour le scrutin du 9 juin.

Le

Migration Europe
6min

Politique

Pacte européen asile et migration : qu'ont voté les eurodéputés français ?

Soutenu par les sociaux-démocrates et la droite européenne, le pacte asile et migration a été adopté au Parlement européen. Mais, contrairement à leurs collègues des autres États membres, Raphaël Glucksmann et François-Xavier Bellamy – têtes de liste socialiste et Les Républicains – se sont opposés au texte.

Le