Le Pen/Macron : que prévoient-ils pour lutter contre le terrorisme ?

Le Pen/Macron : que prévoient-ils pour lutter contre le terrorisme ?

Hier, la lutte contre le terrorisme a été l’un des thèmes débattus par les candidats lors du face-à-face de l’entre-deux-tours. Entre deux invectives à son rival, qu’elle accuse de « complaisance avec le fondamentalisme islamiste », Marine Le Pen a présenté ses principales mesures en la matière, avant qu’Emmanuel Macron déroule ses propres propositions.
Public Sénat

Par Alice Bardo

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Marine le Pen

Capture vidéo de la candidate à la présidentielle Marine Le Pen lors du débat télévisé contre Emmanuel Macron, le 3 mai 2017 à la Plaine-Saint-Denis, au nord de Paris
Capture vidéo de la candidate à la présidentielle Marine Le Pen lors du débat télévisé contre Emmanuel Macron, le 3 mai 2017 à la Plaine-Saint-Denis, au nord de Paris
AFP

« Il faut retrouver nos frontières nationales immédiatement », a commencé Marine Le Pen. Pour la candidate frontiste, la lutte contre le terrorisme passe avant tout par la fermeture des frontières. Et pour les surveiller, elle compte sur les douaniers. Elle semble toutefois oublier que certains terroristes ayant commis des attentats en France étaient de nationalité française, à l’image des frères Kouachi ou encore d’Amedy Coulibali.

Si elle est élue Présidente, Marine Le Pen compte aussi expulser « immédiatement » les fichés S pour « fondamentalisme islamiste » présents sur le territoire français. Une mesure qu’elle aurait du mal à mettre en œuvre puisque, comme l’ont souligné Les Décodeurs du Monde, « sauf « urgence absolue », la procédure demande de convoquer la personne concernée devant une commission avant de prendre une décision » et que « le danger que représente ces fichés S doit être « actuel » et « proportionnel » à la décision d’éloignement ». Par ailleurs, la candidate est favorable à la déchéance de nationalité pour les binationaux, un préalable à leur renvoi de France.

« Il faut fermer les mosquées salafistes », a indiqué la candidate, qui souhaite par ailleurs proscrire le financement étranger des lieux de culte. Elle veut « expulser les prêcheurs de haine » et s’attaquer aux associations qui défendent le fondamentalisme islamiste, à commencer par l’Union des organisations islamiques de France (UOIF) qu’elle considère en faire partie.

Marine Le Pen souhaite également renforcer les moyens humains pour lutter contre le terrorisme et prévoit ainsi 15 000 policiers et gendarmes supplémentaires et des capacités militaires élargies. 

Enfin, la candidate FN s’engage à une « remise à niveau et une réorganisation du renseignement », dont elle veut aussi renforcer les moyens humains et techniques. Elle veut d’ailleurs rattacher l’administration au ministère de l’Intérieur « afin de l’intégrer pleinement à la communauté du renseignement.

En outre, elle abrogera les lois Dati et Taubira et elle appelle à une « révision totale (des) relations avec le Qatar et l’Arabie Saoudite », qu’elle considère être des « promoteurs de l’obscurantisme islamiste ».

Emmanuel Macron

Capture vidéo du candidat à la présidentielle Emmanuel Macron lors du débat télévisé contre Marine Le Pen, le 3 mai 2017 à La Plaine-Saint-Denis, au nord de Paris
Capture vidéo du candidat à la présidentielle Emmanuel Macron lors du débat télévisé contre Marine Le Pen, le 3 mai 2017 à La Plaine-Saint-Denis, au nord de Paris
AFP

Pour Emmanuel Macron, la lutte contre le terrorisme est « la priorité des prochaines années ». S’il accède à la plus haute fonction de l’Etat, il tient à assumer pleinement son rôle de chef des armées. Au lendemain de l’attentat sur les Champs Elysées, le leader d’En Marche avait affirmé que « le combat (devait) être porté en dehors (des) frontières, et notamment en Irak et en Syrie, où se trouvent les instigateurs de ceux qui tuent ici, en Europe et en France ».

Le candidat n’est pas favorable à la fermeture des frontières. Il estime que cela serait vain pour éviter des attentats. Il privilégie au contraire la coopération entre les Etats.

Il considère que le renseignement est « la clé » pour lutter contre le terrorisme et veut ainsi le renforcer à l’échelle locale. Il insiste également sur la cyberdéfense et la cybersécurité, qu’il estime être des « priorités ». Pour coordonner les différents services de renseignement, il a prévu de créer une « task force », qui sera capable d’agir 24/24h contre Daesh.

Au plan pénal, Emmanuel Macron veut renforcer les mesures sur les fichés S liés à des activités djihadistes, « y compris celles privatives de liberté » a t-il précisé lors du débat de l’entre-deux-tours. Il ajoute toutefois que « tous les mettre en prison ou hors des frontières ne serait pas utile car certains sont fichés S pour avoir croisé un terroriste ».

Pour finir, il veut recruter 10 000 policiers et gendarmes supplémentaires en cinq ans.

Dans la même thématique

PARIS: MEDEF, Audition des principales tetes de liste aux prochaines elections europeennes
10min

Politique

Européennes 2024 : les « planètes » sont-elles alignées pour permettre à Raphaël Glucksmann de « doubler » Valérie Hayer ?

Alors que les sondages montrent de plus en plus la liste PS/Place Publique de Raphaël Glucksmann au coude-à-coude avec celle de la majorité présidentielle de Valérie Hayer, la question d’un croisement des courbes n’a jamais semblé aussi brûlante. Si l’optimisme reste de mise dans le camp Macron, « on peut se réveiller le 9 juin avec une énorme surprise », alertent certains. Du côté du PS, « on fait tout pour » reléguer les macronistes à la troisième place.

Le

New Caledonia: Emmanuel Macron visit
6min

Politique

Nouvelle-Calédonie : « Parler aujourd’hui de l’organisation d’un nouveau référendum est totalement prématuré », selon Georges Naturel, sénateur de Nouvelle-Calédonie

Alors que le Président de la République a atterri, il y a seulement quelques heures sur le sol calédonien, Public Sénat a pu contacter Georges Naturel, sénateur LR de Nouvelle Calédonie, se trouvant sur place. S’il regrette que cette visite intervienne « si tard », il salue la « bonne » intention pour restaurer un climat d’apaisement sur le « caillou ». Entretien.

Le