« Le problème c’est la confiance » déclare  Estrosi à propos de Ciotti

« Le problème c’est la confiance » déclare Estrosi à propos de Ciotti

Invité de l’émission Territoire d’Infos sur Public Sénat et les Indés Radios, le maire de Nice, Christian Estrosi est revenu sur sa relation de plus en plus tendue avec Eric Ciotti
Public Sénat

Par Yann Quercia

Temps de lecture :

1 min

Publié le

Mis à jour le

L’ambiance s’est encore tendue  entre Christian Estrosi et Eric Ciotti, depuis un scrutin interne à leur parti, samedi, dans les Alpes-Maritimes. Remportée par Eric Ciotti, cette élection est un épisode de plus dans la guerre entre les deux anciens amis. : « Le problème c’est la confiance. Eric Ciotti était mon collaborateur, mon salarié, une personne de confiance à qui j’ai donné tous les mandats qu’il exerce aujourd’hui. Il n’a jamais eu de mot suffisamment fort pour dire que j’étais un homme formidable, pour accompagner mes politiques et les soutenir. »

Il poursuit : « Du jour au lendemain, il s’est mis à dire blanc quand je disais noir et noir quand je disais blanc. Ce qui me contrarie, ce ne sont pas ces critiques. Ce qui m’attriste, c’est le mal qu’il fait à Nice par la même occasion. Je demande à ma famille politique que l’on puisse retrouver la raison. »

Dans la même thématique

Montpellier : New Popular Front atmosphere party
10min

Politique

Nouveau Front populaire : Jean-Luc Mélenchon, un caillou dans la chaussure des partenaires de LFI

L’alliance de gauche semble prise au piège des spéculations autour de son candidat pour Matignon. Le Rassemblement national et la majorité présidentielle ne cessent de renvoyer le Nouveau Front populaire à Jean-Luc Mélenchon, dont les sorties médiatiques nourrissent l’agacement des partenaires de La France insoumise. Le mode de désignation du Premier ministre, en cas de victoire de la gauche, reste également en suspens, même si le principe d’un « consensus » entre les différentes formations semble avoir été arrêté.

Le

Dams in Noumea, New Caledonia.31/05/2024
7min

Politique

Nouvelle-Calédonie : « Cette dissolution tombe mal. On a l’impression d’être abandonnés »

Passée quelque peu sous les radars de la campagne des élections législatives, la situation en Nouvelle-Calédonie s’est tendue ces dernières heures depuis l’arrestation et le transfert de militants indépendantistes de la CCAT en métropole. Au point mort depuis la dissolution, la perspective d’un accord global sur l’avenir institutionnel de l’île et sur le dégel du corps électoral aux élections provinciales va devoir attendre l’après 7 juillet.

Le