Le prochain président de LR devra avoir « une position centrale », pour Marc-Philippe Daubresse

Le prochain président de LR devra avoir « une position centrale », pour Marc-Philippe Daubresse

Le nouveau sénateur, et ancien ministre de Jacques Chirac et de Nicolas Sarkozy, a déclaré sur Public Sénat qu’il resterait dans son parti, « quoiqu’il arrive », à l’issue de l’élection de décembre.
Public Sénat

Temps de lecture :

1 min

Publié le

Mis à jour le

Élu au Sénat dimanche dans le département du Nord, Marc-Philippe Daubresse s’est exprimé sur l’élection du président des Républicains du 10 décembre. Invité de Territoires d’Infos, l’ancien secrétaire général adjoint de l’UMP a promis qu’il « resterait dans son parti, quoiqu’il arrive », par fidélité et loyauté.

« Incarner l’unité et la clarté par rapport à nos valeurs »

Sans préjuger du contenu des programmes des six candidats déclarés à la présidence, Marc-Philippe Daubresse a néanmoins dressé le portrait-robot du candidat idéal. « Celui incarnera l’unité et la clarté par rapport à nos valeurs, je le soutiendrai », a-t-il prévenu.

Arrivé de l’UDF lors de la création de l’UMP, le sénateur du Nord a précisé qu’il fallait « une position centrale dans ce mouvement ». Un savant mélange entre « l’autorité le régalien d’un côté, mais en même temps une vision sociale et populaire », selon lui. Un message implicite au favori de l’élection, Laurent Wauquiez, que certains à droite accusent de jouer sur le créneau d’une droite dure.

Dans la même thématique

Le prochain président de LR devra avoir « une position centrale », pour Marc-Philippe Daubresse
3min

Politique

Européennes : L’Europe est « une foire d’empoigne entre brigands, créée par et pour les intérêts des capitalistes », dénonce Nathalie Arthaud

Tête de liste Lutte Ouvrière (LO), deux ans après avoir récolté 0.56% à la dernière élection présidentielle, l’enseignante en sciences économiques et sociales a dénoncé, au micro de Public Sénat, la « rapacité patronale », et sa volonté de « combattre cette société capitaliste, qui nous mène de crise en crise et de guerre en guerre ».

Le

Paris: Jordan Bardella  debate with France’s Prime Minister Gabriel Attal
5min

Politique

Sondage : après son débat avec Attal, Bardella au plus haut à 34% d’intentions de vote, Hayer recule encore

L’avance considérable prise par la tête de liste RN sur ses autres concurrents pour les élections européennes du 9 juin prochain se confirme dans le dernier relevé du baromètre d’Odoxa, réalisé par Mascaret* pour Public Sénat et la presse quotidienne régionale. Cette enquête d’opinion a été réalisée après le débat qui a opposé Jordan Bardella au Premier ministre Gabriel Attal le 23 mai. Dans le même temps, la majorité présidentielle continue de perdre du terrain dans les intentions de vote.

Le

Paris: Francois-Xavier Bellamy during a press conference
12min

Politique

Européennes : un rapprochement entre LR et le groupe d’extrême droite ECR est-il envisageable au Parlement européen ?

Alors que le compromis est la règle en Europe, la tête de liste LR aux européennes assume de voter « très souvent » au Parlement européen avec des « collègues du groupe ECR », l’un des deux groupes d’extrême droite, où siège le parti de Giorgia Meloni. La première ministre italienne pourrait se retrouver au centre des discussions au lendemain du scrutin. Au sein des LR, la prudence reste de mise, mais certains, comme Julien Aubert, vice-président du parti, plaident pour « s’allier avec ECR ».

Le