Le programme Macron, une “menace majeure” pour la France selon Marine Le Pen

Le programme Macron, une “menace majeure” pour la France selon Marine Le Pen

Marine Le Pen, candidate du Front national à l'élection présidentielle, a qualifié jeudi le programme présenté par Emmanuel...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Marine Le Pen, candidate du Front national à l'élection présidentielle, a qualifié jeudi le programme présenté par Emmanuel Macron de "menace majeure pour l'avenir de la France et des Français."

Le projet est "bien décevant et constitue une menace majeure pour l'avenir de la France et des Français (...) et même, sur certains points, son projet consiste en une négation de la France", écrit sur son blog "Carnets d'espérances" celle que les sondages annoncent comme la future rivale de M. Macron au second tour.

Pour la présidente du Front national, "ce n'est pas le projet d'un candidat à l'élection présidentielle. Il n'y a dans ce catalogue aucune vision de ce que peut et doit devenir la France dans les années qui viennent".

"Son programme fleure bon le marketing politique mais se résume à une addition de promesses comme on en a déjà fait mille fois aux Français", assène-t-elle, jugeant le projet de l'ancien ministre de l’Économie "vide de sens".

La dirigeante d'extrême droite décrit aussi longuement la "ressemblance" qu'elle lui trouve "avec celui de François Hollande en 2012".

"Son programme cache, derrière de jolies formules comme autant de fleurs envoyées aux Français, la continuation de l'aventure hollandienne, cet enfer que connaissent les Français", juge l'eurodéputée, qui pilonne M. Macron depuis le déclin sondagier de François Fillon, empêtré dans le scandale des emplois fictifs présumés de membres de sa famille.

Elle note "trois points de continuité majeure" entre l'ancien secrétaire général adjoint de l’Élysée et l'actuel chef de l’État.

Tout d'abord, M. Macron contribuerait, selon elle, à "accentuer la mise sous tutelle de la France avec la création d'un gouvernement économique de la zone euro (...). C'est finalement le programme de la souveraineté perdue".

Ensuite, le programme Macron fait, selon elle, "quasiment l'impasse sur les domaines essentiels que sont la sécurité des Français et la crise migratoire".

Elle accuse aussi ce projet d'avoir un "caractère particulièrement anti-républicain (...): il consiste en un enterrement en bonne et due forme de la laïcité et une incitation au communautarisme", d'après elle.

Enfin, il "entraînerait une franche aggravation des injustices et renforcerait les inégalités entre les territoires."

Mme Le Pen, qui liste des mesures proposées le matin par M. Macron, note aussi des "objectifs contradictoires pour la Défense", un "projet anti-social", "rien pour la ruralité, rien pour les territoires: la France des oubliés (serait) définitivement oubliée."

Marine Le Pen arrive actuellement en tête des intentions de vote au premier tour, mais Emmanuel Macron grignote son retard depuis début février.

Au second tour, l'ancien ministre de l’Économie distance pour l'instant nettement la fille de Jean-Marie Le Pen, autour de 60-62% contre 38-40%, selon les enquêtes d'opinion.

Dans la même thématique

PARIS: Press conference by Jordan Bardella in front of the RN party headquarters.
4min

Politique

Elections législatives : les propositions du Rassemblement national sur l’immigration

Le 14 juin, Jordan Bardella a annoncé dans une interview au micro de BFMTV : « Si je deviens Premier ministre du pays au début du mois de juillet, je ferai de la question de l’immigration et du contrôle de nos frontières, l’une de mes priorités ». En vue des prochaines élections législatives, quelles sont les mesures figurant dans le programme du Rassemblement national en la matière ?

Le

FRA : ELECTIONS EUROPEENNES
4min

Politique

Législatives : « Une situation profondément antidémocratique », tance Pascal Savoldelli, qui demande le dégel du corps électoral

Le sénateur du Val-de-Marne a écrit au Président de la République pour demander le dégel du corps électoral, issu du décret de convocation des élections législatives, publié le 10 juin au Journal Officiel, le lendemain de la dissolution de l’Assemblée nationale. Une requête qui a cependant peu de chances d’aboutir pour des raisons de bonne administration.

Le