Le projet d’intégration européenne est “mort” dimanche, selon S. Bannon

Le projet d’intégration européenne est “mort” dimanche, selon S. Bannon

Le projet d'intégration européenne est "mort" dimanche avec la défaite de la liste pro-européenne d'Emmanuel Macron face à celle...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Le projet d'intégration européenne est "mort" dimanche avec la défaite de la liste pro-européenne d'Emmanuel Macron face à celle du parti d'extrême droite français Rassemblement national (RN), a estimé lundi l'ancien conseiller de Donald Trump, Steve Bannon, très critiqué par la majorité en France pour ses liens avec le RN.

"Le mouvement d'intégration, ce que l'Union européenne a toujours été, est mort" dimanche, a déclaré M. Bannon dans un entretien à l'AFP, à l'hôtel Bristol à Paris, qualifiant les élections européennes d'"historiques".

Les grands partis pro-européens ont subi des pertes importantes lors du scrutin dimanche mais restent majoritaires, tandis que la poussée des populistes de droite a été limitée.

Le président français a fait "un discours très puissant sur les futurs Etats-Unis d'Europe en septembre 2017 à la Sorbonne. Il a été rejeté hier", a ajouté l'ancien stratège qui se présente comme un agitateur d'idées auprès des mouvements populistes nationalistes. Ces derniers ont progressé un peu partout en Europe lors de ce scrutin.

La liste de Marine Le Pen a réuni 23,31% des voix dimanche, devançant de 0,9 point celle de la République en marche soutenue par M. Macron. En 2014, le FN (devenu RN) avait récolté 24,8% des suffrages.

"Ce qui m'a frappé c'est que Macron n'a pas élargi sa base en dehors de l'élite urbaine des métropoles, la division française du parti de Davos", a commenté M. Bannon, qui a rencontré ces derniers mois des responsables du RN pour parler notamment finances.

Steve Bannon, qui avait été l'invité vedette du congrès du RN en 2018, considère que les partis populistes-nationalistes ont désormais "le potentiel pour constituer un +super groupe+ qui pourrait devenir le deuxième plus grand du Parlement européen", où ces formations sont actuellement réparties dans trois entités: l'ENL (extrême droite), où siège le RN et la Ligue italienne, le CRE (nationaux conservateurs) autour du PiS polonais, et l'ELDD (divers) où siège le Parti du Brexit de Nigel Farage.

"Ca demandera du sens politique parce que chaque parti est différent mais ils pourraient y arriver. Le plus important c'est que cette masse critique permet d'avoir une minorité de blocage", juge-t-il.

Marine Le Pen a subi une "humiliation publique" lors de la présidentielle 2017, mais elle a depuis "changé complètement le Front national et l'a renommé +Rassemblement national+. (...) La course à la présidentielle française pour 2022 a commencé ce matin", a-t-il affirmé.

M. Bannon a aussi indiqué avoir "félicité" dimanche soir Nigel Farage, dont le parti pro-Brexit est arrivé nettement en tête au Royaume-uni, et qu'il considère comme un possible futur Premier ministre dans son pays, tout comme Matteo Salvini en Italie.

Dans la même thématique

Des agriculteurs bloquent le peage de l’autoroute A43 a Saint-Quentin Fallavier en direction de Lyon et Grenoble – Farmers block the toll of the A43 motorway in Saint-Quentin Fallavier towards Lyon and Grenoble
4min

Politique

Sondage : 91% des Français soutiennent le mouvement des agriculteurs

Selon un sondage Odoxa – Backbone Consulting pour le Figaro, les personnes interrogées soutiennent très largement la mobilisation des agriculteurs. Pire encore, le soutien au mouvement n’a jamais été aussi haut avec 91% des Français (en hausse de 2 points) déclarant approuver le mouvement lancé il y a près de 3 mois.

Le

Le projet d’intégration européenne est “mort” dimanche, selon S. Bannon
3min

Politique

Passe d’armes entre le Premier Ministre et le RN sur l’agriculture : « Le Rassemblement National dit tout et son contraire » tacle Gabriel Attal

Au cours de sa conférence de presse et quelques heures après avoir proposé un débat à Marine le Pen sur l’agriculture dans le journal Le Figaro, le Premier Ministre est revenu sur la passe d'armes qui l'oppose à la présidente du groupe RN à l’Assemblée. Critiquant les « changements de pied incessants » du RN, le Premier Ministre a taclé l'ex-finaliste à l’élection présidentielle, l'accusant de ne pas être « très à l'aise sur ces questions » et d'avoir « peur que cela se voit ».

Le

Le projet d’intégration européenne est “mort” dimanche, selon S. Bannon
4min

Politique

Européennes : « Arrêtons cette campagne unique contre le RN », enjoint Arnaud Robinet (Horizons)

Invité de Public Sénat, le maire de Reims Arnaud Robinet, s’agace de l’absence de liste et de programme du côté de la majorité, à moins de quatre mois des élections européennes. Il reproche à l’exécutif de se focaliser sur la lutte contre le Rassemblement national, au détriment du débat d’idées, ce qui « n'est plus audible pour nos concitoyens ».

Le

Paris: Eric Ciotti Salon de l Agriculture 2023
12min

Politique

Européennes : pourquoi les LR ne soutiennent par Ursula Von der Leyen, pourtant issue du même groupe politique ?

François-Xavier Bellamy, tête de liste LR pour les européennes, a annoncé que les LR « ne soutiendront pas » Ursula von der Leyen, candidate à sa réélection à la présidence de la Commission européenne. Si elle vient comme eux de la droite européenne, les LR lui reprochent son bilan sur les questions agricoles et écologiques. Reste que les eurodéputés LR ont aussi soutenu certaines de ses propositions. Le RN pointe la situation.

Le