Le PS dans la tourmente : un retournement de situation à la Corbyn est-il possible ?

Le PS dans la tourmente : un retournement de situation à la Corbyn est-il possible ?

Avec un gain de 29 sièges, le Labour de Jeremy Corbyn a réalisé une percée signifiante aux élections législatives britanniques, alors que les Tories ont perdu 12 sièges. Pourtant, lorsque Theresa May avait annoncé la tenue d’élections anticipées dans l’espoir de renforcer sa majorité, les sondages créditaient le parti travailliste de vingt points de moins que celui des conservateurs. Le Parti socialiste français peut-il espérer dimanche des résultats moins catastrophiques que prévu ?
Public Sénat

Par Alice Bardo

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Le dernier sondage de l’institut Elabe pour BFMTV crédite le Parti socialiste de 7% des intentions de vote. Seulement deux points de plus selon celui réalisé par OpinionWay-Orpi pour les Echos et Radio classique. À deux jours du premier tour des élections législatives, la déroute du PS est annoncée, et même « certaine » selon Étienne Schweisguth, directeur de recherche CNRS au Centre d’études européennes de Sciences Po.  « Il n’y a aucun mouvement à la hausse ou à la baisse qui se dessine ces derniers jours », remarque-t-il. Et d’ajouter : « Les bons sondages qui permettent de prédire les élections sont ceux qui sont faits juste avant. L’exemple anglais en est un bon exemple. »

Au Royaume-Uni, l’écart entre le Labor et les Tories n’était plus que de trois points à la veille du scrutin des législatives, alors qu’il était de vingt points à l’annonce de la tenue d’élections anticipées par Theresa May, début avril. À ce titre, la comparaison entre Jeremy Corbyn et le Parti socialiste est donc malvenue. Pourtant, comme le PS, le leader travailliste ne partait pas favori. Il y a à peine un an, accusé de ne pas s’être assez investi pour empêcher le Brexit, il essuyait une motion de défiance des députés travaillistes. Malgré tout, il sera réélu à la tête du parti.

« C’est la nouvelle gauche de Macron qui l’a emporté »

La réélection, le Parti socialiste ne l’a pas connu à l’élection présidentielle puisque Benoît Hamon, son candidat, n’a obtenu que 6,3% au premier tour. « Manifestement c’est la nouvelle gauche de Macron qui l’a emporté », commente Étienne Schweisguth. Selon le politologue, le PS devrait subir le même sort aux législatives. « Ces élections vont être une véritable catastrophe pour le parti », assure-t-il. Et s’il admet que le score du parti de Corbyn aux élections britanniques de jeudi était « une surprise » il certifie que « le PS est en train de mourir ».

« La vraie gauche d’opposition, c’est celle de Mélenchon », estime le directeur de recherche au CNRS. D’après les derniers sondages, la France insoumise est créditée de 11% des intentions de vote, soit seulement deux points de plus que le PS. Et son leader espère d’ailleurs une victoire à l’image de celle de Jeremy Corbyn : « Il a gagné vingt ou trente sièges après qu'on l'a traité de diplodocus, de tout, ce qu'on m'a fait à moi multiplié par deux. Et les électeurs anglais lui ont donné une force et une puissance que je m'espère ce dimanche », a-t-il déclaré ce matin sur BFMTV. Mais selon le politologue, la comparaison est limitée : « Jusqu’à présent, Jean-Luc Mélenchon n’a pas réussi à fonder un parti qui atteindrait les scores que Corbyn a atteints. »

« Pendant plus de trente ans le PS a fait ses succès sur l’ambiguïté : une tendance anti-système, anti-capitaliste, et une tendance gauche de gouvernement. Les dirigeants avaient réussi à faire cohabiter ensemble ces deux tendances radicalement différentes, mais pour réformer la France, il fallait que Hollande aille à l’encontre de son  aile gauche et donc des frondeurs. » Dès lors, la scission du PS était actée. Son dernier passage au pouvoir a prouvé que la synthèse était impossible. 

Après avoir quitté le gouvernement socialiste, Emmanuel Macron a fait « un pari gagnant », poursuit Étienne Schweisguth : « Contrairement à Manuel Valls, il a tout de suite décidé que le changement n’aurait pas lieu à l’intérieur du PS. » L’ancien ministre de l’Économie a lancé son mouvement à l’extérieur du Parti socialiste et, quelques mois plus tard, il était élu à la tête de l’État. Une victoire qui pourrait être double si on s’en tient aux sondages, qui prédisent un raz-de-marée pour La République en Marche aux législatives (29% des intentions de vote). « Les membres du PS vont devoir réfléchir à leur avenir », conclut le politologue.

Dans la même thématique

Paris: Illustrations Assemblee nationale
6min

Politique

Faire une trêve politique pendant les JO : « C’est le cache-sexe du blocage politique de l’Assemblée » 

Gérard Larcher a demandé une « trêve politique » pendant les Jeux olympiques et paralympiques. Alors qu’aucun groupe politique ne dispose de majorité absolue à l’Assemblée nationale et que le président de la République n’a toujours pas nommé de Premier ministre, l’idée ne fait pas l’unanimité chez les présidents de groupes du Sénat, même si une trêve de fait risque bien de s’imposer.

Le

Defile militaire du 14 juillet – 14 TH July military parade during French national day
5min

Politique

Ministres démissionnaires et députés : la séparation des pouvoirs va-t-elle être malmenée ?

La démission du gouvernement Attal va être acceptée par le chef de l’Etat sûrement demain, juste avant l’ouverture de la XVIIe législature jeudi, à l’Assemblée nationale où siégeront des membres du gouvernement élus ou réélus députés. Mais alors que la gauche peine à s’accorder pour proposer le nom d’un candidat à Matignon, le gouvernement démissionnaire est parti pour durer quelques semaines, au risque de mordre sur le principe de la séparation des pouvoirs.

Le

Paris: Melenchon, Chikirou and Bompard arriving at the National Assembly
2min

Politique

La France Insoumise «  suspend » les négociations du NFP pour Matignon, accusant le PS de « blocage »

Dans un communiqué de ce lundi après-midi, la France Insoumise annonce se retirer des négociations. La gauche ne parvient pas à s’accorder sur le nom d’un candidat du Nouveau Front Populaire à envoyer à Matignon. Les Insoumis se refusent à une reprise des discussions tant qu’une candidature unique pour la présidence de l’Assemblée n’a pas été décidée. Très critique envers le Parti Socialiste, le communiqué l’accuse de « mettre un veto à toute candidature issue du Nouveau Front Populaire, dans le seul but d’imposer la sienne ».

Le