Le revenu universel “n’a pas de sens” estime Montebourg

Le revenu universel “n’a pas de sens” estime Montebourg

Arnaud Montebourg, candidat à la primaire organisée par le Parti socialiste, a estimé mardi que la proposition de revenu...
Public Sénat

Temps de lecture :

1 min

Publié le

Arnaud Montebourg, candidat à la primaire organisée par le Parti socialiste, a estimé mardi que la proposition de revenu universel de Benoît Hamon n'avait "pas de sens".

"Les Français peuvent imaginer que beaucoup de personnes qui sont dans le besoin, qui ne peuvent pas vivre, ni eux-mêmes ni leur famille, puissent être aidées, c'est ce qu'on appelle la protection sociale", a déclaré l'ancien ministre de l'Economie sur LCI.

"Mais est-ce que vous et moi avons besoin d'un revenu?", a-t-il demandé à la journaliste qui l'interrogeait. "Surtout si ce revenu universel a pour conséquence d'augmenter de 50% la totalité des impôts du pays? ça n'a pas de sens", a-t-il poursuivi.

M. Hamon, qui qualifie sa mesure de "nouvelle sécurité sociale", souhaite instaurer par étapes un revenu d'environ 700 euros distribué à tous. Dans un premier temps, seuls en bénéficieraient les 18-25 ans, ce qui demande de mobiliser 45 milliards d'euros.

M. Montebourg a également rapidement écarté l'étiquette de "favori" de la primaire, malgré des chiffres encourageants dans les sondages.

"Il n'y a pas de favori, car les sondages se trompent toujours pour une raison simple (...) on ne sait pas qui va venir voter", a-t-il assuré.

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le