Le RN, hostile à la PMA pour toutes, réclame un référendum

Le RN, hostile à la PMA pour toutes, réclame un référendum

L'eurodéputé du Rassemblement national Jordan Bardella a rappelé mercredi que son parti était opposé à la PMA pour toutes au nom...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

L'eurodéputé du Rassemblement national Jordan Bardella a rappelé mercredi que son parti était opposé à la PMA pour toutes au nom du "droit de l'enfant à avoir à la fois un père et une mère" et a réclamé un référendum sur le sujet.

"Nous serons évidemment opposés à la PMA et à la GPA", a souligné sur LCI M. Bardella, car "tout ce qui est technologiquement possible n'est pas toujours humainement souhaitable et parfois pour qu'une société fonctionne, il faut savoir poser des limites".

Selon lui, "il y a pas de droit à l'enfant, mais il y a un droit de l'enfant et le premier de ses droits, c'est d'avoir à la fois un père et une mère".

"L'intérêt de l'enfant lorsque l'enfant grandit, c'est de connaître à la fois son père et sa mère et la PMA remettrait en cause ce droit", assure-t-il.

Autre argument de l'eurodéputé: "Est-ce qu'on élargit à tous et toutes, sachant que cela ouvrirait la porte derrière mécaniquement à la gestation pour autrui" car "les juges nous expliqueront qu'il y a une discrimination entre les couples homosexuels femmes et hommes".

Un référendum s'impose selon lui. "Des questions aussi essentielles que la PMA et la GPA doivent être soumises à référendum parce que ça permettrait le débat et je pense que c'est la manière la plus juste de considérer si oui ou non, les Français estiment que c'est une avancée ou non", argumente-t-il.

"A titre personnel, je n’y suis pas opposé", a annoncé pour sa part le fondateur du Front national Jean-Marie Le Pen, sur le site du Figaro, tout en précisant "qu'il ne s’agit pas d’un combat fondamental".

Adversaire résolu du mariage homosexuel, M. Le Pen se félicite d’une décision en faveur de la natalité. "Je suis pour les enfants. Je préfère la méthode traditionnelle. Mais après tout… Je préfère un enfant sans père que pas d'enfant du tout", insiste-t-il.

"Nous devons nous défendre contre l’invasion migratoire, qui tient avant tout à une différence de dynamique démographique considérable entre le continent boréal et le reste du monde", argumente-t-il.

La première grande réforme sociétale du quinquennat Macron, l'extension de la PMA à toutes les femmes, est présentée en Conseil des ministres mercredi avant son examen à l'Assemblée à la rentrée.

L'ouverture de la procréation médicalement assistée aux couples de lesbiennes et aux femmes célibataires est la mesure phare du projet de loi de bioéthique, destiné à réviser la loi de 2011.

Dans la même thématique

Paris: Illustrations Assemblee nationale
6min

Politique

Faire une trêve politique pendant les JO : « C’est le cache-sexe du blocage politique de l’Assemblée » 

Gérard Larcher a demandé une « trêve politique » pendant les Jeux olympiques et paralympiques. Alors qu’aucun groupe politique ne dispose de majorité absolue à l’Assemblée nationale et que le président de la République n’a toujours pas nommé de Premier ministre, l’idée ne fait pas l’unanimité chez les présidents de groupes du Sénat, même si une trêve de fait risque bien de s’imposer.

Le

Defile militaire du 14 juillet – 14 TH July military parade during French national day
5min

Politique

Ministres démissionnaires et députés : la séparation des pouvoirs va-t-elle être malmenée ?

La démission du gouvernement Attal va être acceptée par le chef de l’Etat sûrement demain, juste avant l’ouverture de la XVIIe législature jeudi, à l’Assemblée nationale où siégeront des membres du gouvernement élus ou réélus députés. Mais alors que la gauche peine à s’accorder pour proposer le nom d’un candidat à Matignon, le gouvernement démissionnaire est parti pour durer quelques semaines, au risque de mordre sur le principe de la séparation des pouvoirs.

Le

Paris: Melenchon, Chikirou and Bompard arriving at the National Assembly
2min

Politique

La France Insoumise «  suspend » les négociations du NFP pour Matignon, accusant le PS de « blocage »

Dans un communiqué de ce lundi après-midi, la France Insoumise annonce se retirer des négociations. La gauche ne parvient pas à s’accorder sur le nom d’un candidat du Nouveau Front Populaire à envoyer à Matignon. Les Insoumis se refusent à une reprise des discussions tant qu’une candidature unique pour la présidence de l’Assemblée n’a pas été décidée. Très critique envers le Parti Socialiste, le communiqué l’accuse de « mettre un veto à toute candidature issue du Nouveau Front Populaire, dans le seul but d’imposer la sienne ».

Le