Le Sénat adopte le projet de loi “pour une école de la confiance” modifié

Le Sénat adopte le projet de loi “pour une école de la confiance” modifié

Le Sénat à majorité de droite a adopté mardi en première lecture le projet de loi "pour une école de la confiance", qui prévoit l...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Le Sénat à majorité de droite a adopté mardi en première lecture le projet de loi "pour une école de la confiance", qui prévoit l'abaissement à trois ans, dès la rentrée prochaine, de l'âge de l'instruction obligatoire.

Le texte, largement remanié par rapport à la version votée par l'Assemblée nationale, a été adopté par 213 voix (LR, centristes, Indépendants) contre 95 (PS, CRCE à majorité communiste) et 38 abstentions (LREM, RDSE à majorité radicale).

Députés et sénateurs vont maintenant tenter de se mettre d'accord sur une version commune, en vue d'une adoption définitive rapide d'une loi défendue par le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer comme "profondément sociale", malgré l'hostilité persistante d'une part des enseignants.

Le Sénat a fait disparaitre une des mesures contestées qui ouvrait la possibilité de regroupements entre collèges et écoles primaires au sein d'un nouveau type d'établissement "des savoirs fondamentaux".

Mais la droite sénatoriale a injecté dans le texte d'autres mesures qui font polémique. Telle la possibilité d'une retenue sur les allocations familiales pour lutter contre l'absentéisme. Ou encore un autre amendement LR visant à interdire les signes religieux ostentatoires pour les parents accompagnateurs lors des sorties scolaires.

Dans la même thématique

France Macron
10min

Politique

Européennes : comment l’accord entre l’UDI et Renaissance se « deale » au plus haut niveau

Ce sera officiel lors d’un conseil national de l’UDI, le 23 mars, mais le principe a été acté au plus au niveau. Le parti centriste va faire liste commune avec Renaissance pour les élections européennes. Emmanuel Macron a reçu en début d’année le sénateur Hervé Marseille, patron de l’UDI, pour conclure l’accord. Reste à définir les places sur la liste. Pour l’UDI, le nom de l’ex-sénatrice Valérie Létard est cité…

Le