Le Sénat augmente de 40% le salaire des maires des grandes villes et des présidents de collectivités

Le Sénat augmente de 40% le salaire des maires des grandes villes et des présidents de collectivités

Les sénateurs ont voté une augmentation de 40% de la rémunération des maires des grandes villes et des présidents de région et de département, durant l’examen du budget 2018.
Public Sénat

Par Yann Quercia et Alexandre Poussart

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

40%, c’est le montant de l’augmentation que le Sénat a votée, lundi lors de l’examen du budget 2018, pour les maires des villes de plus de 500 000 habitants, les présidents de région et de département.

Pas de dépense nouvelle

Un amendement du sénateur (Les Républicains) Jean-Marc Boyer permet la création « d’une indemnité de sujétion spéciale » égale à 40% de l’indemnité de fonction des élus concernés, mais sans dépasser l’enveloppe globale de rémunération des dirigeants d’exécutifs locaux. Cela ne représente pas de dépense nouvelle pour l'Etat. Dans la fonction publique, une indemnité de sujétion spéciale est attribuée pour compenser des contraintes subies dans l'exercice de ses fonctions.

« Ces élus portent de grandes responsabilités »

Pour le sénateur LR Pierre Cuypers, qui a défendu l’amendement, « après les réformes territoriales comme la loi NOTRE, les présidents de région ont vu leurs compétences augmenter avec l’économie, les transports l’aménagement du territoire. Les présidents de départements sont responsables des politiques de solidarité, de haute importance pour notre cohésion sociale. »

« Aligner leur salaire sur ceux de la haute fonction publique »

Pour Pierre Cuypers, il faut aligner la rémunération de ces élus sur celle de la haute fonction publique, afin de reconnaître leur travail. Le gouvernement a émis un avis défavorable à cette augmentation, défendant une réforme globale du statut de l’élu

De 5512 euros à 7716 euros

En 2015, la rémunération d’un président de région, de département ou de maire d’une très grande ville s’élève à 5512 euros brut. Si l‘amendement du Sénat n'est pas supprimé par l’Assemblée nationale, il pourrait donc désormais atteindre 7716 euros brut.

Dans la même thématique

Brussels Special European Council – Renew Europe
10min

Politique

Européennes 2024 : avec son discours de la Sorbonne 2, Emmanuel Macron « entre en campagne », à la rescousse de la liste Hayer

Emmanuel Macron tient jeudi à la Sorbonne un discours sur l’Europe. Si c’est le chef de l’Etat qui s’exprime officiellement pour « donner une vision », il s’agit aussi de pousser son camp, alors que la liste de la majorité patine dans les sondages. Mais il n’y a « pas un chevalier blanc qui va porter la campagne. Ce n’est pas Valérie Hayer toute seule et ce ne sera même pas Emmanuel Macron tout seul », prévient la porte-parole de la liste, Nathalie Loiseau, qui défend l’idée d’« un collectif ».

Le

Jordan Bardella visite Poste-Frontiere de Menton
5min

Politique

Elections européennes : la tentation des seniors pour le vote RN, symbole de « l’épanouissement du processus de normalisation » du parti, selon Pascal Perrineau

Alors que la liste menée par Jordan Bardella (31.5%) devance de plus de 14 points la liste Renaissance, menée par Valérie Hayer (17%), selon le dernier sondage IFOP-Fiducial pour LCI, le Figaro et Sud-Radio, le parti de Marine Le Pen, mise désormais sur l’électorat âgé, traditionnellement très mobilisé pour les élections intermédiaires. Désormais deuxième force politique chez les plus de 65 ans (le RN conquiert 24% de cet électorat, 7 points de moins que Renaissance), la stratégie semble porter ses fruits. Décryptage avec le politologue Pascal Perrineau, professeur émérite à Sciences Po Paris et récent auteur de l’ouvrage Le Goût de la politique : Un observateur passionné de la Ve République, aux éditions Odile Jacob.

Le

Mairie de Paris, Jeux Olympiques 2024
4min

Politique

JO 2024 : les agents de sécurité privée vont-ils faire défaut ?

A trois mois des Jeux Olympiques, des incertitudes planent sur le nombre d’agents de sécurité privée mobilisés. Le préfet de police de Paris, Laurent Nunez indique « ne pas être inquiet pour l’instant ». Du côté des professionnels du secteur, on évalue un manque de 8 000 agents sur 40 000 nécessaires.

Le