Le Sénat crée une mission d’information sur le vote par correspondance

Le Sénat crée une mission d’information sur le vote par correspondance

Constituée par la commission des lois, elle aura pour but « d’évaluer la faisabilité du vote à distance », en particulier en vue des élections régionales et départementales de 2021, qui pourraient se tenir en juin.
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Abstention record aux dernières élections, fiasco de l’organisation du premier tour des municipales, et épidémie de coronavirus qui n’en finit pas… Autant de raisons qui poussent les sénateurs à esquisser l’idée de réintroduire en France le vote par correspondance. Ce mardi 18 novembre, la commission des lois du Palais du Luxembourg annonce dans un communiqué la création d’une mission d’information pour « évaluer la faisabilité du vote par correspondance ».

Objectif : « S’interroger sur les conditions matérielles d’organisation du vote par correspondance, afin de déterminer dans quelle mesure le secret du vote et la sincérité du scrutin peuvent être pleinement assurés : vérification de l’identité des électeurs, acheminement et suivi des plis jusqu’au bureau de vote, organisation du dépouillement, coûts engendrés, etc. »

Pour ce faire, la mission auditionnera « les services ministériels et des universitaires, ainsi que des acteurs de terrain, à commencer par les opérateurs du service postal. Elle examinera également le fonctionnement du vote par correspondance dans les pays étrangers comme les États-Unis, l’Allemagne ou la Suisse. » Ce dispositif n’existe plus dans l’Hexagone depuis une loi de 1975 visant à lutter contre la fraude électorale, mais joue un rôle prépondérant outre-Atlantique, comme en témoigne la dernière présidentielle américaine.

Neuf sénateurs représentants l’ensemble des groupes politiques du Sénat composeront cette mission, dont le rapporteur sera François-Noël Buffet (Les Républicains), actuel président de la commission des lois. « La gravité de la crise sanitaire nous oblige à examiner toutes les mesures permettant à chaque citoyen de voter en sécurité, tout en assurant la sincérité du vote », écrit-il. La mission d’information doit rendre ses conclusions « avant la fin de l’année 2020 ».

Ces dernières semaines, les initiatives autour du vote par correspondance se sont multipliées au Sénat. Le sénateur socialiste, Éric Kerrouche s’apprêtait la semaine dernière à déposer une nouvelle proposition de loi visant à introduire la possibilité d’un vote par correspondance pour les prochaines élections départementales et régionales. Le sénateur LREM, Xavier Iacovelli a fait de même il y a deux semaines. Le mois dernier, lors de l’examen du projet de loi sur la prorogation de l’état d’urgence sanitaire, un amendement d’Éric Kerrouche en faveur du vote par voie postale avait été adopté avec le soutien du rapporteur LR Philippe Bas. Déjà entre les deux tours des municipales, une proposition de loi d’Éric Kerrouche avait été déposée, sans succès. Le gouvernement avait alors préféré la possibilité du double vote par procuration.

Dans la même thématique

Le Sénat crée une mission d’information sur le vote par correspondance
7min

Politique

Européennes : « La tentation d’un pacte brun, à la fois sur l’écologie et les idéologies, nous menace », alerte l’écologiste David Cormand

Dans la dernière ligne droite de la campagne des européennes, trois candidats, chacun à la seconde place de leur liste, sont venus sur le plateau d’Extra Local : Céline Imart pour la liste LR, David Cormand pour la liste des Ecologistes et Guillaume Peltier pour Reconquête. Ils se sont exprimés notamment sur l’immigration, la future présidence de la Commission européenne ou le nucléaire.

Le

French Prime Minister Gabriel Attal visit in Valence
7min

Politique

Délinquance des mineurs : après l’avoir supprimée, le gouvernement veut réintroduire la comparution immédiate

Un peu plus d’un mois après ses annonces destinées à « renouer avec les adolescents et juguler la violence », Gabriel Attal a esquissé des nouvelles pistes sur la justice pénale des mineurs qu’il souhaite voir intégrer dans un projet de loi d’ici la fin de l’année, notamment la possibilité d’être jugé à partir de 16 ans en comparution immédiate. Une procédure qui avait été supprimée lors de la réforme de la justice pénale des mineurs en 2021.

Le