Le Sénat plaide pour un retour en force du nucléaire avec la construction de 14 EPR

Le Sénat plaide pour un retour en force du nucléaire avec la construction de 14 EPR

Dans un contexte de guerre en Ukraine qui met à mal le système électrique français, la commission des affaires économiques du Sénat l’affirme : d’ici 2050, le mix énergétique du pays doit être en majorité nucléaire. Dans cette perspective, elle juge indispensable la construction de 14 nouveaux EPR.
Public Sénat

Par Gaspard Flamand

Temps de lecture :

5 min

Publié le

Mis à jour le

La guerre en Ukraine n’a pas été l’élément déclencheur de ce rapport. Mais éclatant au milieu des travaux et des recherches, elle en a accéléré l’écriture. En particulier sur la question de la sécurité d’approvisionnement et de la réduction de la dépendance énergétique.

Les sénateurs partent d’un constat : « Faute d’une politique cohérente et d’investissements suffisants, l’énergie nucléaire est en déclin. » Ils pointent du doigt la fermeture de plusieurs réacteurs ces dernières années, et surtout celui de Fessenheim. « Une erreur » pour Jean-Pierre Moga, rapporteur de la commission des affaires publiques.

Des problèmes à court et long terme

A court terme et face à cette situation, le rapport, fruit de six mois de travaux et de trente auditions, indique que des coupures ne sont plus à exclure en cas de froid. RTE, le gestionnaire du réseau électrique, a même placé le pays sous vigilance particulière jusqu’en 2024, excluant tout de même un « black-out ».

Des soucis à court terme, donc, mais aussi à long terme. Car le parc nucléaire français fait face à un double défi, toujours selon RTE : la consommation d’électricité pourrait croître de 90 %, alors que les réacteurs actuels devraient tous arriver en fin de vie d’ici 2040.

Une fois ce bilan dressé, que faire ? Pour les parlementaires de la chambre haute, il faut remplacer l’objectif de réduction à 50 % de l’énergie nucléaire d’ici 2035, pour un objectif de maintien à plus de 50 % d’ici 2050. Un mix énergétique qui laisse la part belle au nucléaire. Et pour cela, ils plaident pour la construction de 14 nouveaux EPR, des réacteurs de troisième génération. Pour rappel, Emmanuel Macron a déjà annoncé au mois de février la construction de 6 EPR d’ici 2050, avec une mise en service du premier réacteur aux alentours de 2035. « Il nous faut reprendre le fil de la grande aventure du nucléaire civil en France », déclarait le président candidat.

« Il ne faut pas opposer les différentes sources d’énergie »

Mais pour autant, il n’est pas question de laisser tomber les énergies renouvelables. « Aujourd’hui, aucune production d’énergie seule ne suffira à satisfaire la demande et ce malgré la sobriété, explique Jean-Pierre Moga. Nous ne voulons pas opposer le nucléaire aux autres énergies, car nous restons persuadés que l’on aura besoin de tout. »

Pas d’opposition entre les différentes sources d’énergie, mais tout de même une préférence affichée. « Le nucléaire est certainement le levier de décarbonation qui émet le moins de Co2, toujours selon le sénateur de Lot-et-Garonne. À l’avenir, il va falloir faire face à une production d’électricité beaucoup plus importante. Et pour faire face à une telle demande, le nucléaire est le seul moyen d’y arriver. »

Auditionnée au mois de mai au Sénat, l’ASN, l’Autorité de sûreté nucléaire, mettait en garde face à la perspective de ces nombreux projets. Le président de l’ASN appelait même à un « Plan Marshall pour rendre industriellement soutenable cette perspective et faire en sorte que les entreprises de la filière disposent des compétences et des moyens en temps voulu, détaillait Bernard Doroszczuk. On passe d’une période où l’on n’imaginait pas assez de projets, à une période où l’on a plein de projets, il faut le planifier, sinon les engagements affichés ne seront pas tenables. »

Les sénateurs veulent la création de 30 000 emplois consacrés à la construction de centrales

Reste la question des délais, et des moyens pour y arriver. Comment lancer aujourd’hui la construction de 14 centrales ? Selon les rapporteurs de la commission des affaires économiques du Sénat, il faut un peu plus de dix ans pour en construire une. « Il va y avoir un problème de reconstitution des équipes, alerte Jean-Pierre Moga. Depuis vingt ans, on ne construit plus de centrales. Nous n’avons donc plus suffisamment d’équipes pour permettre d’en construire plusieurs en même temps. » Pour lutter contre cela, les élus du Palais du Luxembourg proposent un objectif : au moins 30 000 emplois consacrés à la construction des nouveaux EPR. Car la question de la main-d’œuvre est centrale : le pays manque d’ouvriers qualifiés. Aujourd’hui, 70 % des besoins en soudeurs, tuyauteurs et chaudronniers ne sont pas satisfaits dans le pays. A l’échelle nationale, 7 000 emplois de soudeurs sont à pourvoir.

» Lire aussi : Savoir-faire, mains d’œuvre, faisabilité… Les défis de la relance du nucléaire

Côté financements, le rapport appelle à plus de souplesse de la législation européenne concernant les financements privés. Cette dernière assimile le nucléaire à une énergie de transition et non à une énergie durable. Et sur les financements publics, les sénateurs insistent sur le fait qu’EDF ne peut pas financer seul la construction de ces nouveaux réacteurs. Ils demandent au gouvernement de présenter un modèle de financement robuste, et de relever les crédits consacrés au nucléaire.

Dans la même thématique

Le Sénat plaide pour un retour en force du nucléaire avec la construction de 14 EPR
9min

Environnement

« Face aux risques naturels, nous sommes toujours dans la réaction et jamais dans l’anticipation », déplore Sébastien Leroy, maire de Mandelieu

Interrogés ce matin par les sénateurs dans le cadre d’une table ronde sur le pouvoir d’agir des élus locaux face aux risques d’inondation, plusieurs élus ont alerté sur la multiplication et l’intensité des catastrophes naturelles, en particulier les inondations qui ont touché et qui touchent toujours de nombreux territoires de la métropole. De manière quasi unanime, ils dénoncent des processus administratifs lourds et coûteux, un manque de coordination entre les différents services de l’Etat ainsi qu’un statut juridique de l’élu local, aujourd’hui dépassé.

Le

Le Sénat plaide pour un retour en force du nucléaire avec la construction de 14 EPR
8min

Environnement

« Les objectifs climatiques de l’accord de Paris ne seront jamais atteints sans le concours plein du secteur privé » selon l'ONG Notre affaire à tous

Dans le cadre de la commission d’enquête sénatoriale sur les obligations de Total Energies, les sénateurs ont successivement auditionné ce lundi 26 février, des experts sur le devoir de vigilance des entreprises ainsi que les directeurs juridiques de l’ONG Notre affaire à tous, qui avaient notamment attaqué puis fait condamner l’Etat pour inaction en matière de lutte contre le réchauffement climatique dans l’Affaire du siècle. Si tous se sont accordés sur les « effets positifs » et la « base prometteuse » que constitue la législation française en matière de devoir de vigilance envers les entreprises, ils ont en revanche souligné la persistance des atteintes à ces obligations.

Le