Le Sénat relève de 64 millions d’euros le budget des Sports

Le Sénat relève de 64 millions d’euros le budget des Sports

Les sénateurs se sont opposés ce lundi à la baisse des recettes du Centre national pour le développement du sport, qui avait été votée par l’Assemblée nationale.
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Le ministère des Sports fait partie des ministères dont le budget va sensiblement baisser l’an prochain. Le sort réservé au Centre national pour le développement du sport (CNDS), cet opérateur qui joue un rôle important dans la promotion du sport dans les territoires, a préoccupé plusieurs sénateurs de la droite et du centre. Il a également été dénoncé en séance par le sénateur communiste Éric Bocquet.

Financées en grande partie grâce à un prélèvement sur les sommes misées à la Française des Jeux, les ressources de ce Centre national sont amenées à diminuer de quasiment de moitié, selon le projet de loi de finances 2018, adopté en première lecture à l’Assemblée nationale.

Inacceptable pour les sénateurs Michel Savin (Les Républicains) et Claude Kern (Union centriste), qui ont proposé de ramener de 74 à 138 millions d’euros le plafond de ce prélèvement affecté au CNDS. Leur amendement a été porté dans l’hémicycle par Christine Lavarde (LR), avant d'être adopté en séance ce lundi soir.

« Signal extrêmement négatif »

La sénatrice, triathlète, a qualifié l’orientation budgétaire du gouvernement de « signal extrêmement négatif », à l’heure où la France s’engage dans la préparation des Jeux olympique de 2024. Il faut désormais y ajouter l’organisation du mondial 2023 de rugby, rappelle-t-elle (voir la vidéo en tête).

« C’est très bien d’être candidat à beaucoup de choses, mais arrive le moment où la facture est là », a rappelé Roger Karoutchi (LR), parlant d’un « amendement a minima » face aux investissements à venir.

JO 2024, mondial de rugby : « Très bien d’être candidat à beaucoup de choses, mais arrive le moment où la facture est là », rappelle Karoutchi
01:55

« Je pense que vous entendrez aussi que les équipements nécessaires pour l’organisation des JO 2024 ne seront pas forcément intégralement réalisés en 2018 », a répliqué le nouveau secrétaire d’État de Bercy, Olivier Dussopt, pour sa première journée sur les bancs du gouvernement au Sénat.

Lire aussi : Au Sénat, Olivier Dussopt défend le budget qu'il avait rejeté à l'Assemblée

L’ancien député socialiste est venu au secours du gouvernement, en affirmant que la baisse des ressources du CNDS était « assez largement compensée » par différents mécanismes et que les Jeux de 2024 feraient « l’objet d’un financement particulier ».

Budget des Sports : Olivier Dussopt défend son gouvernement
01:49

« Le montant n’y est pas », a rétorqué Christine Lavarde, soulignant que l’amendement porté par son groupe avait été adopté dans les mêmes termes en commission à l’Assemblée nationale, sous l’impulsion du rapporteur général Joël Giraud (LREM), avant d’être retiré en séance publique.

« Il faut avoir des champions dignes de ce nom en 2024 »

La sénatrice a jugé que la question de la sauvegarde des ressources du CNDS dépassait largement celle des infrastructures :

« En matière de sports, il faut préparer les jeux olympiques de 2024 au-delà des seules infrastructures sportives et il faut notamment former les jeunes générations pour avoir des champions dignes de ce nom en 2024 – c’est un des rôles du CNDS – donc il me semble important de préserver ces crédits. »

Dans la même thématique

Elections Legislatives panneaux d affichage a Nice
10min

Politique

Législatives : comment les politiques se positionnent face à l’hypothèse d’un second tour contre l’extrême-droite ?

Face à l’avance considérable du Rassemblement national et de ses alliés dans les sondages, de nombreux hommes et femmes politiques se sont prononcés sur l’hypothèse de duels ou de triangulaires impliquant le parti d’extrême-droite. Côté majorité, on se dirigerait vers une stratégie « ni RN, ni LFI », mais rien n'est tranché.

Le

Diminuer la part française au budget de l’Union, la promesse incertaine du Rassemblement national
8min

Politique

Diminuer la part française au budget de l’Union, la promesse incertaine du Rassemblement national

Le programme de Jordan Bardella intègre dans son programme le rabais de la contribution française à l’Union, qu’il compte obtenir auprès de ses partenaires. Problème : le budget pluriannuel européen vient à peine d’être renégocié, ne laissant aucune fenêtre de tir crédible avant deux bonnes années. Sans compter que les tractations budgétaires sont les plus sensibles qui soient entre les Vingt-Sept.

Le

Matignon Reunion des premiers ministres francais et estonien
5min

Politique

Législatives 2024 : à quoi pourrait ressembler un gouvernement technique ?

Ce serait une première en France. Un scénario inédit sous la Vème république. En cas d’absence de majorité absolue à l’issue des élections législatives anticipées, Emmanuel Macron pourrait nommer un gouvernement technique composés de hauts fonctionnaires et d’experts, afin d’éviter un immobilisme total à la tête du pays.

Le