Le Sénat supprime la totalité de l’impôt sur la fortune

Le Sénat supprime la totalité de l’impôt sur la fortune

Les sénateurs ont supprimé l’intégralité de l’impôt sur la fortune, lors de l’examen du budget 2018. Le gouvernement souhaitait conserver un impôt sur la fortune immobilière (IFI).
Alexandre Poussart

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

« Vous aviez fait les trois quarts du chemin, nous allons vous aider à aller au bout de la route », a répété avec amusement le rapporteur général du budget (LR) pour le Sénat, Albéric de Montgolfier, face à Christophe Castaner, venu défendre le budget 2018, ce samedi après-midi.

Les sénateurs ont voté la suppression de la totalité de l’impôt sur la fortune (ISF), en s’opposant à l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) que le gouvernement souhaitait créer. Cette mesure phare du programme d’Emmanuel Macron visait à supprimer la partie de l’ISF sur les valeurs mobilières pour favoriser les investissements dans l’économie réelle mais à conserver l’ISF pour les biens immobiliers.

L’ISF, exemple type du mauvais impôt, selon la droite

« L’ISF est l’exemple type du mauvais impôt », a expliqué le rapporteur. « Il a un rendement limité car il existe de nombreuses niches, un taux élevé, 1,5%, une base étroite, concentrée sur les petites fortunes alors que les grandes fortunes échappent à l’ISF par de l’optimisation fiscale dans les holdings. » La droite a dénoncé le caractère confiscatoire de l’ISF.

Un impôt qui n’a pas fait fuir les riches, selon la gauche

Malgré l'ISF, la fortune immobilière de Neuilly-sur-Seine a doublé en 12 ans.
01:23

Pour la gauche du Sénat, l’ISF n’est en rien confiscatoire et « n’a pas fait fuir les riches ». Le sénateur communiste Pascal Salvodelli a pris l’exemple de Neuilly-sur-Seine : « la fortune immobilière s’élevait en 2004 à 16 milliards d’euros et a atteint 32 milliards d’euros en 2016. Les riches ne sont pas partis ! », s’est-il amusé en interpellant Roger Karoutchi, sénateur (LR) des Hauts-de-Seine

« Il ne faut pas cibler le secteur de l’immobilier” Philippe Dallier (LR)

Le Sénat s'oppose à un impôt sur la fortune immobilière
01:44

Pour le sénateur (LR) Philippe Dallier, l’impôt sur la fortune immobilière créé par le gouvernement “va cibler particulièrement le secteur de l’immobilier alors que notre pays connaît une crise du logement et que nous avons besoin de construire. L’IFI va freiner le marché de l’immobilier alors qu’il venait de repartir. » Selon lui, le gouvernement Macron n’a pas souhaité supprimer la totalité de l’Impôt sur la fortune « pour des raisons politiques et de popularité dans les sondages. »

Le courage d’Emmanuel Macron salué par la droite

Les sénateurs de droite ont néanmoins souligné le courage d’Emmanuel Macron de proposer la suppression partielle de l’ISF, ce que n’avait pas fait la droite dans le passé, sous Nicolas Sarkozy, Jacques Chirac, entre 1995 et 2012. Le sénateur (LR) Gérard Longuet a néanmoins que le gouvernement de cohabitation de Jacques Chirac avait supprimé l’impôt sur les grandes fortunes en 1986. Michel Rocard l’avait rétabli 2 ans plus tard.

Dans la même thématique

Le Sénat supprime la totalité de l’impôt sur la fortune
4min

Politique

« C’est à gerber ! » : les propos d’Emmanuel Macron sur les personnes transgenres ne passent pas auprès de Mélanie Vogel

Au micro de Public Sénat, la sénatrice écologiste des Français de l’étranger s’est ulcérée des récents propos polémiques du chef de l’Etat à l’encontre du Nouveau Front Populaire (NFP), dont il a accusé de défendre une politique « immigrationniste » et de tenir des propos « complètement ubuesques » sur le changement d’état civil en mairie pour les personnes transsexuelles.

Le

Demonstration against the far right, Paris, France – 15 June 2024
8min

Politique

Programme du « Nouveau Front populaire » : l’épineuse question du chiffrage

Abrogation de la réforme des retraites, hausse des salaires, progressivité de la CSG… le coût supposé du programme présenté par le « Nouveau Front populaire » est pointé du doigt par les autres formations politiques, notamment les soutiens d’Emmanuel Macron. Les représentants des partis de gauche se sont réunis ce mercredi pour s’accorder sur un chiffrage commun.

Le