Le Sénat veut renforcer le contrôle des services de renseignement

Le Sénat veut renforcer le contrôle des services de renseignement

Une proposition de loi vient d’être déposée au Sénat pour renforcer le contrôle du Parlement sur les services de renseignement. Ce texte est à l’initiative de la droite sénatoriale.
Alexandre Poussart

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Alors que l’action des services de renseignement s’avère cruciale dans la lutte contre le terrorisme, la droite du Sénat vient de déposer une proposition de loi pour renforcer le contrôle du Parlement sur le renseignement. Trois cadres de la droite sénatoriale sont à l’origine de ce texte : Philippe Bas, président (Les Républicains) de la commission des Lois, Christian Cambon président de la Commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces Armées, et François-Noël Buffet.

Ces trois sénateurs sont membres de la délégation parlementaire au Renseignement, constituée de 4 députés et 4 sénateurs pour suivre l’activité des services de renseignement, sous l’autorité du gouvernement et de plusieurs ministères. Cette délégation, créée en 2007, répond à la mission de contrôle de l’exécutif que doivent assurer les parlementaires. Pour les auteurs de ce texte, « en France, le contrôle du Renseignement par le Parlement est en-deçà des dispositifs qui existent en Allemagne, au Royaume-Uni et en Italie. »

Connaître les opérations de renseignement en cours

Cette proposition de loi prévoit d’élargir le périmètre de contrôle de l’action des services de renseignement. « Nous souhaitons avoir des informations sur toutes les activités des services de renseignement, et notamment sur les opérations en cours », explique François-Noël Buffet. « Le gouvernement garderait par ailleurs un droit d’opposition à la publication de certaines informations devant rester secrètes. »

Auditionner le personnel des services

Les sénateurs souhaitent aussi recevoir automatiquement tous les rapports de l’Inspection générale des services de renseignement. Le texte donne le droit aux parlementaires d’auditionner du personnel des services de renseignement : « Actuellement, nous pouvons auditionner des membres du personnel uniquement s’ils sont accompagnés des directeurs de service », note François-Noël Buffet.

Profiter de la loi de programmation militaire

Les sénateurs souhaitent profiter de l’agenda législatif et de la loi de programmation militaire (2019-2025) qui sera examinée au Sénat à partir du 22 mai, pour attirer l’attention du gouvernement sur ce sujet. La loi de programmation militaire prévoit d’augmenter progressivement le budget des Armées pour qu’il atteigne 2% du PIB.

« Notre proposition de loi pourrait alors se transformer en amendement », espère François-Noël Buffet.

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le