Le Sénat vote avant l’Assemblée la dernière prolongation de l’état d’urgence

Le Sénat vote avant l’Assemblée la dernière prolongation de l’état d’urgence

Le Sénat a voté mardi, pour la sixième et dernière fois, et avant l'Assemblée, la prolongation de l'état d'urgence, mis en place...
Public Sénat

Par Jean-Louis PREVOST

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Le Sénat a voté mardi, pour la sixième et dernière fois, et avant l'Assemblée, la prolongation de l'état d'urgence, mis en place au soir des attentats du 13 novembre 2015 et que l'exécutif veut remplacer à l'automne par une loi antiterroriste.

Les sénateurs étaient appelés à se prononcer sur la prolongation de l'état d'urgence après le discours de politique générale du Premier ministre Édouard Philippe. 312 sénateurs ont voté pour et 24 contre. Le texte devrait être définitivement adopté jeudi par l'Assemblée nationale.

"Je rétablirai les libertés des Français en levant l’état d’urgence à l’automne, parce que ces libertés sont la condition de l’existence d’une démocratie forte", a fait valoir lundi Emmanuel Macron devant le Parlement réuni en Congrès, rappelant que les deux chambres seraient appelées à voter des mesures nouvelles contre le terrorisme.

Celles-ci feront partie d'un projet de loi "renforçant la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme", qui prendra donc le relais de l'état d'urgence et pérennisera certaines mesures exceptionnelles en les inscrivant dans le droit commun.

"Aujourd'hui, nous vous proposons de prolonger à nouveau l'état d'urgence pour pouvoir étudier le nouveau texte dans les meilleures conditions", a souligné devant les sénateurs le ministre de l'intérieur Gérard Collomb.

"Nous le reconduisons pour la sixième fois depuis la funeste nuit du 13 novembre 2015, non parce que nous nous serions laissés emporter par une dérive sécuritaire, mais parce que, à chaque fois que nous avons voulu y mettre fin, de nouvelles menaces ont exigé son maintien", a-t-il encore dit.

Le Sénat en séance a rejeté les deux amendements déposés sur le texte, un socialiste, et un autre du groupe Communiste, citoyen et Républicain demandant son retrait. "C'est la 6ème fois que j'interviens sur la prolongation de l'état d'urgence", a dit sa présidente Éliane Assassi. "Triste record quand on sait que l'état d'urgence est un état d'exception".

Mais avant d'arriver en commission, le gouvernement avait dû amender son texte après la censure par le Conseil constitutionnel d'une de ses dispositions initiales, largement utilisée au moment des manifestations contre la loi travail. Celle-ci permettait aux préfets d'"interdire le séjour" à certains endroits et à certaines dates de personnes "cherchant à entraver l'action des pouvoirs publics".

- État d'urgence "permanent" -

Or, selon Amnesty International, 639 mesures de ce type ont été prises "explicitement" pour "empêcher des personnes de participer à des manifestations" contre la loi travail et à l'occasion de la COP21 notamment.

Les Sages ont estimé que le pouvoir donné aux préfets était trop étendu et "devait être assorti de davantage de garanties".

Le gouvernement a donc déposé un amendement permettant aux préfets "d'interdire le séjour dans tout ou partie du département à toute personne à l'égard de laquelle il existe des raisons sérieuses de penser que son comportement constitue une menace pour la sécurité et l'ordre publics". L'arrêté doit notamment préciser la durée de la mesure dans le temps et les circonstances qui la motivent.

"Avec cet amendement, on met dans la loi les conditions et les garanties exigées par le Conseil constitutionnel", a estimé le rapporteur centriste au Sénat, Michel Mercier.

Par ailleurs, mardi, des députés LR, de la France insoumise et aussi un élu de La République en marche se sont élevés en commission contre les conditions d'examen du projet de loi.

De son côté, le projet de loi antiterroriste sera débattu en séance publique au Sénat à partir du 18 juillet, avant un probable examen à l'Assemblée nationale en octobre.

Présenté peu après un attentat manqué sur les Champs-Élysées, il permettra selon M. Collomb "un véritable équilibre entre une nécessaire sécurité de nos concitoyens et la protection des libertés individuelles".

Mais, pour ses détracteurs, il fait entrer l'état d'urgence dans le droit commun.

Samedi, plusieurs centaines de personnes ont manifesté à Paris pour protester contre le projet gouvernemental à l'appel d'un collectif rassemblant des syndicats (Syndicat de la magistrature, Solidaires, Sud), des associations et le PCF.

Selon le texte, l'exécutif entend confier de manière permanente aux préfets et au ministre de l'Intérieur le pouvoir d'assigner des individus dans un "périmètre géographique déterminé" et de perquisitionner de jour comme de nuit, deux mesures jusqu'ici indissociables de l'état d'urgence.

Dans la même thématique

Paris: Illustrations Assemblee nationale
6min

Politique

Faire une trêve politique pendant les JO : « C’est le cache-sexe du blocage politique de l’Assemblée » 

Gérard Larcher a demandé une « trêve politique » pendant les Jeux olympiques et paralympiques. Alors qu’aucun groupe politique ne dispose de majorité absolue à l’Assemblée nationale et que le président de la République n’a toujours pas nommé de Premier ministre, l’idée ne fait pas l’unanimité chez les présidents de groupes du Sénat, même si une trêve de fait risque bien de s’imposer.

Le

Defile militaire du 14 juillet – 14 TH July military parade during French national day
5min

Politique

Ministres démissionnaires et députés : la séparation des pouvoirs va-t-elle être malmenée ?

La démission du gouvernement Attal va être acceptée par le chef de l’Etat sûrement demain, juste avant l’ouverture de la XVIIe législature jeudi, à l’Assemblée nationale où siégeront des membres du gouvernement élus ou réélus députés. Mais alors que la gauche peine à s’accorder pour proposer le nom d’un candidat à Matignon, le gouvernement démissionnaire est parti pour durer quelques semaines, au risque de mordre sur le principe de la séparation des pouvoirs.

Le

Paris: Melenchon, Chikirou and Bompard arriving at the National Assembly
2min

Politique

La France Insoumise «  suspend » les négociations du NFP pour Matignon, accusant le PS de « blocage »

Dans un communiqué de ce lundi après-midi, la France Insoumise annonce se retirer des négociations. La gauche ne parvient pas à s’accorder sur le nom d’un candidat du Nouveau Front Populaire à envoyer à Matignon. Les Insoumis se refusent à une reprise des discussions tant qu’une candidature unique pour la présidence de l’Assemblée n’a pas été décidée. Très critique envers le Parti Socialiste, le communiqué l’accuse de « mettre un veto à toute candidature issue du Nouveau Front Populaire, dans le seul but d’imposer la sienne ».

Le