Le sénateur Didier Guillaume quitte le groupe PS et rejoint le RDSE

Le sénateur Didier Guillaume quitte le groupe PS et rejoint le RDSE

L’ancien président du groupe PS du Sénat, Didier Guillaume, rejoint à partir de la semaine prochaine le groupe RDSE, qui rassemble les radicaux. Sur une ligne Macron-compatible, il devait prendre la tête de l’organisation de la coupe du monde de Rugby. Mais le projet est tombé à l’eau. Il reste finalement sénateur.
Public Sénat

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

La semaine dernière, la rumeur se faisait insistante. Elle est confirmée. Le sénateur Didier Guillaume, ancien président du groupe PS de la Haute assemblée, rejoint le groupe RDSE (Rassemblement démocratique et social européen). Ce sera officiellement fait la semaine prochaine, selon nos informations. Le principe a été arrêté ce mardi, lors de la réunion de groupe hebdomadaire.

Jean-Claude Requier (président du groupe RDSE) : « Nous sommes très heureux de le recevoir »

« J’ai présenté sa candidature au groupe ce matin. Il a voté à l’unanimité la venue de Didier Guillaume au groupe RDSE. Nous sommes très heureux de le recevoir » annonce à publicsenat.fr Jean-Claude Requier, président du groupe RDSE. « Il est venu vers nous car il y a la liberté de vote. Nous sommes un groupe divers dans sa composition. Et nous défendons la République et la laïcité. Je pense que cela lui a plu. Nous l’accueillons avec grand plaisir et il ne demande aucune faveur ou poste particulier » précise le sénateur du Lot.

Pour Didier Guillaume, il s’agit d’un vrai faux retour au Sénat. Le sénateur de la Drôme avait annoncé son retrait de la vie politique pour s’occuper de l’organisation de la Coupe du monde de rugby 2023. Une proposition faite par le patron de la fédération Bernard Laporte. Emmanuel Macron lui avait confirmé son soutien lors d’un voyage en Chine. Un poste exécutif et rémunéré… qui s’est révélé être une coquille vide. La fonction était bénévole et davantage honorifique (voir notre article pour plus de détails sur le sujet). Didier Guillaume a lâché l’affaire. Heureusement pour lui, il n’avait pas encore quitté le Sénat. Il conserve donc son siège. Mais ce sera sur les bancs du groupe RDSE qu’il siégera dorénavant.

Groupe varié à la liberté de vote

Le groupe RDSE est une particularité propre au Sénat. Il rassemble aujourd’hui les radicaux de gauche et de droite. Le groupe est pour le moins varié. On y trouve les écologistes Ronan Dantec et Joël Labbé, qui y ont trouvé refuge après la disparition du groupe écologiste. Mais aussi l’ancien socialiste Jean-Noël Guérini, où des candidats qui avaient reçu l’investiture de La République En Marche, lors des sénatoriales, comme l’ancien socialiste Alain Bertrand ou Eric Gold.

Le RDSE est globalement plutôt sur une ligne constructive à l’égard d’Emmanuel Macron. Ce qui correspondra bien à Didier Guillaume, qui s’est montré bienveillant pour le chef de l’État, après son élection, et a refusé d’être sur une ligne d’opposition. Un positionnement qui était devenu difficilement tenable au sein du groupe PS.

Selon plusieurs de ses anciens camarades du groupe socialiste, Didier Guillaume a d’abord tenté de monter son propre groupe – au Sénat, il suffit d’être dix – de socialistes constructifs. En vain. Mais Didier Guillaume dément formellement avoir voulu monter un tel groupe.

« On a bu l’apéritif ensemble – chez les Radicaux, on boit l’apéro – et on a parlé rugby »

Si le sénateur de la Drôme attendra la semaine prochaine pour venir à la réunion de groupe, avec peut-être, avant cela, une question lors des questions d’actualité jeudi, il a déjà trinqué avec ses nouveaux collègues. « On a bu l’apéritif ensemble – chez les Radicaux, on boit l’apéro – et on a parlé rugby. Du Racing, de Montpellier, du Stade Toulousain. Mais pas de stratégie politique » raconte Jean-Claude Requier. « Le rugby, c’est un peu notre ADN. Tout comme le partage et la convivialité » sourit le sénateur du Lot. Didier Guillaume n’a peut-être pas totalement dit au revoir au rugby.

Reste qu’après 41 ans au PS, c’est une nouvelle page qui commence pour l’ancien directeur de campagne de Manuel Valls, pendant la campagne des primaires. Son transfert aura une autre conséquence : faire passer le groupe RDSE juste devant le groupe LREM. À égalité jusqu’à présent avec 21 sénateurs chacun, le groupe RDSE va se retrouver à 22. Il devient ainsi le quatrième groupe du Sénat et LREM le cinquième. Ce qui ne change rien, mais la politique est aussi affaire de symbole.

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Le sénateur Didier Guillaume quitte le groupe PS et rejoint le RDSE
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le