Le sénateur François Patriat reconnaît des “couacs mais c’est mineur”

Le sénateur François Patriat reconnaît des “couacs mais c’est mineur”

Le sénateur François Patriat, l'un des premiers soutiens d'Emmanuel Macron à la Haute Assemblée, reconnaît des couacs et des...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Le sénateur François Patriat, l'un des premiers soutiens d'Emmanuel Macron à la Haute Assemblée, reconnaît des couacs et des dysfonctionnements mais juge pas si mal le résultat des premiers mois du quinquennat, dans un entretien au quotidien Le Parisien publié mercredi.

"C'est inévitable que cela ne fonctionne pas (à l'Assemblée nationale) comme avec des parlementaires aguerris qui ont quinze ans de métier. Des jeunes sont arrivés, ils ont pris des responsabilités que certains n'étaient pas en mesure d'assumer", explique François Patriat.

"Néanmoins les lois ont quand même été votées. D'accord, il y a eu des couacs et des dysfonctionnements, mais c'est mineur", estime-t-il avant de juger que "le résultat de ces premiers mois n'est pas si mal".

Pour l'ancien ministre socialiste "sur les APL ce n'est pas un couac."

"Je préfère qu'on ait fait cela - même si on peut s'interroger sur la méthode qui n'était pas très adroite - plutôt que d'augmenter les impôts à travers un collectif budgétaire pour combler le trou laissé par le gouvernement précédent", affirme-t-il.

Le sénateur de Côte-d'Or assure ne pas être "inquiet par les quelques petits couacs ou les avatars qui peuvent arriver. Regardez l'affaire du chef d'état-major des armées, cela a duré trois jours avant que l'affaire ne soit close".

Concernant la baisse de popularité d'Emmanuel Macron, dans les derniers sondages, François Patriat prévient qu'"il ne faut pas avoir peur d'assumer l'impopularité sur de vraies réformes de fond. Et il vaut mieux être impopulaire au début et avoir des résultats ensuite plutôt que l'inverse, comme l'a fait François Hollande".

Enfin, sur le mouvement En Marche, le sénateur pense qu'"il doit aujourd'hui à travers ses différentes composantes, répondre aux attentes des Marcheurs" et il faut donc "installer rapidement un secrétaire général et une direction resserrée. Cela doit être fait d'ici un mois."

"Il faut impérativement qu'à la rentrée le mouvement soit réellement installé, structuré et en ordre de marche pour solliciter et accompagner le gouvernement", conclut François Patriat.

Dans la même thématique

Operation Wuambushu a Mayotte : Demolition en cours d’un vaste bidonville – Operation Wuambushu in Mayotte: Ongoing demolition of a vast slum
8min

Politique

« Mayotte place nette » : « La première opération était de la communication et la deuxième sera de la communication », dénonce le sénateur Saïd Omar Oili

Le gouvernement a annoncé ce mardi 16 avril le lancement du dispositif « Mayotte place nette », un an après le maigre bilan de l’opération baptisée « Wuambushu ». Saïd Omar Oili, sénateur de Mayotte, regrette le manque de communication du gouvernement avec les élus du département et met en doute l’efficacité de ce « Wuambushu 2 ».

Le

Paris : Question time to the Prime Minister Gabriel Attal
6min

Politique

100 jours à Matignon : « La stratégie Attal n’a pas tenu toutes ses promesses », analyse Benjamin Morel

Le Premier ministre marquera jeudi le passage de ces cent premiers jours au poste de chef du gouvernement. Si Gabriel Attal devait donner un nouveau souffle au deuxième quinquennat d’Emmanuel Macron, sa stratégie n’est néanmoins pas payante car il « veut en faire trop sans s’investir fortement sur un sujet », selon Benjamin Morel, maître de conférences en droit public.

Le

ILLUSTRATION : Carte Electorale
4min

Politique

Elections européennes 2024 : comment se déroule le scrutin ?

Tous les citoyens des pays de l’Union Européenne ne votent pas au même moment. Du 6 au 9 juin, ils se rendront aux urnes pour élire 720 députés au Parlement européen. Public Sénat vous explique tout sur ce scrutin, essentiel pour l’avenir de l’Europe.

Le