Lecornu pour lancer des discussions sur la création de conseillers territoriaux

Lecornu pour lancer des discussions sur la création de conseillers territoriaux

Sébastien Lecornu, ministre chargé des Collectivités territoriales, a de nouveau plaidé vendredi pour lancer des discussions sur...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Sébastien Lecornu, ministre chargé des Collectivités territoriales, a de nouveau plaidé vendredi pour lancer des discussions sur la création de conseillers territoriaux, une piste "sur la table" pour tenter de répondre à la crise des "gilets jaunes".

Le grand débat national a permis de démontrer que "nos concitoyens sont en attente de proximité", a dit sur France 2 M. Lecornu, qui a coanimé ce grand débat, tout en remarquant que "les grandes régions créées dans le quinquennat précédent donnent l'impression d'être éloignées".

Donc "faut-il revoir le périmètre des grandes régions ? Cela nous semble difficile. Est-ce qu'on peut imaginer un conseiller territorial nouvelle version, pas dans les modalités telles que Nicolas Sarkozy les avaient imaginées à l'époque, mais adapté à ces grandes régions? Clairement, c'est sur la table", a-t-il dit.

"Moi je veux lancer désormais les concertations avec les associations d'élus, les élus, nos concitoyens", a-t-il ajouté.

L'idée de créer un conseiller territorial siégeant à la fois au conseil départemental et au conseil régional avait été adoptée par la loi de réforme des collectivités territoriales du 16 décembre 2010, avant que François Hollande n'abroge la réforme en 2012. Certains élus y sont totalement opposés.

Dans un entretien à la tribune.fr vendredi, Sébastien Lecornu assure qu'"il ne s'agit absolument pas de remettre en question l'existence des conseils départementaux et des conseils régionaux à la différence de ce qui a pu être imaginé par le gouvernement de François Fillon". "Les nouvelles grandes régions ont nécessairement changé la donne. Il faut donc l'expertiser et en débattre", a-t-il affirmé.

Selon lui, "avoir une figure connue, engagée localement, qui n'obéit pas systématiquement au système partisan traditionnel, peut rassurer".

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le

Operation Wuambushu a Mayotte : Demolition en cours d’un vaste bidonville – Operation Wuambushu in Mayotte: Ongoing demolition of a vast slum
8min

Politique

« Mayotte place nette » : « La première opération était de la communication et la deuxième sera de la communication », dénonce le sénateur Saïd Omar Oili

Le gouvernement a annoncé ce mardi 16 avril le lancement du dispositif « Mayotte place nette », un an après le maigre bilan de l’opération baptisée « Wuambushu ». Saïd Omar Oili, sénateur de Mayotte, regrette le manque de communication du gouvernement avec les élus du département et met en doute l’efficacité de ce « Wuambushu 2 ».

Le