Lefebvre quitte LR, dénonçant “un quarteron de généraux sectaires”

Lefebvre quitte LR, dénonçant “un quarteron de généraux sectaires”

L'ancien ministre Frédéric Lefebvre a annoncé jeudi qu'il quittait le parti Les Républicains, dénonçant "un quarteron de généraux...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

L'ancien ministre Frédéric Lefebvre a annoncé jeudi qu'il quittait le parti Les Républicains, dénonçant "un quarteron de généraux sectaires" qui sont à sa tête, et affirmant avoir fait l'objet de "menaces", "y compris par Nicolas Sarkozy lui-même".

"J'ai décidé de le quitter. C'est une décision que j'ai mûrement réfléchie, qui est à la fois douloureuse mais qui est en même temps libératrice", a affirmé sur franceinfo Frédéric Lefebvre, député sortant des Français de l'Etranger en Amérique du Nord, nettement distancé au premier tour des législatives le week-end dernier.

Selon lui, cette décision de quitter le parti, dont il n'avait "prévenu personne", était "devenue incontournable". "Et elle est libératrice, parce que je ne supportais plus que ces gens - et je pense à un quarteron de généraux sectaires qui sont à la tête des Républicains - parlent en mon nom".

"On a tenté de me museler, on m'a moqué, on m'a menacé dans ma famille politique", a-t-il dénoncé. "C'est plus que des menaces d'ailleurs puisqu'elles ont été mises à exécution", a-t-il poursuivi, invoquant "des coupures de presse pour dire +Frédéric Lefebvre c'est un traître, (...) il dialogue avec Emmanuel Macron+".

"Le tournant ça a été mon vote pour le Pacte de responsabilité" durant le quinquennat Hollande, a-t-il indiqué, "avec des menaces qui m'ont été faites, y compris pas Nicolas Sarkozy lui-même à Pasadena quand Carla (Bruni, épouse de l'ex-chef de l'Etat, ndlr) était venue donner un concert et que dans la loge j'ai subi ces menaces".

M. Lefebvre a longtemps été un proche de l'ancien président, dont il a même été secrétaire d'Etat, mais il s'en est depuis nettement éloigné, apportant même son soutien à Alain Juppé lors de la primaire de la droite l'an dernier.

"Quand à un moment vous avez le sentiment que le parti dans lequel vous êtes est dévoyé, qu'on n'hésite pas à aller jusqu'aux outrances extrémistes, vous sentez qu'il y a quelque chose que vous devez rompre. C'est ce que je fais aujourd'hui", a-t-il conclu.

M. Lefebvre a indiqué avoir "voté pour Emmanuel Macron au 1er tour des présidentielles". "J'ai vu un homme qui comme moi partage l'idée qu'il faut additionner droite et gauche".

Investi par LR, Frédéric Lefebvre a fait 12,68% au premier tour des législatives, loin derrière Roland Lescure, candidat de La République en Marche (52,80%).

"Moi je n'ai pas envie de m'embrigader, je suis un homme de droite, je suis un homme libre", a-t-il répondu à la question de savoir pourquoi il n'avait pas demandé l'investiture de REM.

"Je vois bien avec l'attitude d'En Marche, vous avez vu avec Valls, vous avez vu avec Bayrou, que c'est un parti politique, qui est dans une logique binaire (...)", a-t-il développé. "Or le président de la République, lui, est dans une logique multipolaire", a ajouté M. Lefebvre, souhaitant "une majorité équilibrée" et non "absolue" à l'Assemblée nationale.

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le