FRANCE – POL – ELECTIONS – PARLIAMENT – VOTE

Législatives 2024 : comment les électeurs souhaitent reporter leur vote en cas de triangulaire 

L’enquête réalisée par Ipsos / Talan pour Radio France et France Télévisions donne quelques éléments de réponse concernant les attentes des électeurs en cas d’élimination de leur candidat ou de troisième position. En cas de second tour NFP/ RN, 44% des électeurs d’Ensemble souhaiteraient un report de voix vers le NFP.
Henri Clavier

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Alors que le second tour s’annonce marqué par un nombre record de triangulaires, la logique de désistement et les consignes de vote seront au centre de l’attention. Le camp présidentiel, arrivé en troisième position sera particulièrement scruté. Pour les électeurs de la majorité sortante (Ensemble), en cas de triangulaire et si leur candidat est arrivé en troisième position, ils sont 53% à souhaiter que le candidat macroniste se maintienne. 

comportement ensemble en cas de triangulaires

Cependant, 29% des électeurs d’Ensemble souhaiteraient que le candidat se retire au profit du Nouveau Front Populaire, mais seulement 8% veulent un retrait en faveur d’un candidat issu de n’importe quel parti du NFP. Autrement dit, 21% ne souhaitent pas que le retrait se fasse au profit d’un candidat LFI. En cas d’élimination du candidat macroniste au premier tour, 51% des électeurs d’Ensemble ne souhaiteraient pas que le candidat donne de consigne de vote. Dans un second tour opposant le NFP et le RN, 40% des sympathisants d’Ensemble voteraient pour le NFP s’il s’agit d’un candidat issu du Parti socialiste, un score qui tombe à 32% si le candidat est issu de LFI. 

report vote vers NFP

Pour les électeurs du bloc de gauche, si leur candidat est éliminé dès le premier tour, 59% d’entre eux veulent voir les leaders du NFP appeler à voter pour le candidat de la coalition présidentielle. 39% souhaitent néanmoins qu’il n’y ait pas de consigne de vote. 

En cas de troisième position et de triangulaire du candidat du Nouveau Front Populaire, 51% des électeurs de gauche désirent que leur candidat se maintienne au second tour. Seulement 34% optent pour un désistement au profit d’un candidat issu du camp présidentiel. Sans surprise, les électeurs du RN sont 72% à souhaiter le maintien du candidat RN, arrivé troisième, au second tour.

comportement electeurs NFP si 2T ensemble vs RN

Les choix des électeurs LR seront également déterminants après le ralliement d’Eric Ciotti au parti de Marine Le Pen. En cas d’élimination du candidat LR au premier tour et de duel entre le NFP et le RN, 55% des électeurs ne souhaitent pas que les dirigeants du parti donnent une consigne de vote. 20% d’entre eux demandent à ce que LR formule une consigne de vote en faveur du candidat du RN.  25% souhaiteraient une consigne favorable au NFP, mais seulement 10% peu importe le parti auquel appartient le candidat du NFP. En revanche, en cas de deuxième tour entre le NFP et Ensemble, les électeurs de LR désirent, à 46%, une consigne de vote en faveur du camp présidentiel. 40% ne veulent cependant pas de consigne de vote. 

NFP v RN

Pour aller plus loin

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le