Législatives 2024 : « La seule majorité possible, c’est celle qui va de la droite modérée à la gauche modérée », estime Jean-Noël Barrot

Invité de la matinale de Public Sénat, le ministre délégué chargé de l’Europe, Jean-Noël Barrot a tenu la ligne du bloc central, plaidant pour une coalition des modérés. Une idée appuyée par Emmanuel Macron dans une lettre adressée aux Français.
Henri Clavier

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

« Je crois effectivement que personne ne sort clairement vainqueur », déclare Jean-Noël Barrot (MoDem) reprenant ainsi la position du chef de l’Etat. Dans sa lettre adressée aux Français, et publiée ce matin dans la presse quotidienne régionale, le Président de la République a estimé que les élections n’avaient pas permis de dégager un vainqueur clair. Même si le Nouveau Front Populaire est arrivé en tête, il ne bénéficie pas d’une assise assez large pour atteindre la majorité absolue. L’absence de majorité absolue n’avait pourtant pas empêché Emmanuel Macron de gouverner après les élections de 2022.  « Le bloc de gauche a un nombre de députés bien inférieur à celui qu’avait la majorité présidentielle en 2022. La seule majorité trouvable, c’est celle des modérés. Le sujet n’est pas de savoir qui a le plus gros bloc », affirme le ministre délégué chargé de l’Europe. 

« La formation politique de laquelle sera issu le Premier ministre a moins d’importance que sa capacité à rassembler »

Les équilibres pourraient donc se déplacer vers la droite afin de nouer un accord de gouvernement. Plusieurs personnalités de LR, dont Gérard Larcher, ont d’ailleurs déclaré qu’ils s’opposeraient à un gouvernement voté par le Nouveau Front Populaire. « La formation politique de laquelle sera issu le Premier ministre a moins d’importance que sa capacité à rassembler », estime Jean-Noël Barrot, pas aussi hostile que certains de ses collègues de « l’aile gauche » à un Premier ministre issu de LR. Toutefois, l’idée d’une alliance entre le bloc central et LR a largement fait son chemin depuis 2022 et n’a jamais abouti. Par ailleurs, même en s’alliant à la quarantaine de députés du nouveau groupe La Droite Républicaine, présidé par Laurent Wauquiez, le compte n’y est pas. 

Une coalition introuvable ? 

« La seule majorité possible qui permet de conserver l’essentiel pour notre pays, c’est celle qui va de la droite modérée à la gauche modérée », continue Jean-Noël Barrot. S’il n’exclut pas une participation de certains partis de gauche, l’ensemble du NFP n’est pas concerné, notamment LFI. Malgré ces propositions, Olivier Faure a fait savoir qu’il s’en tiendrait au rassemblement des gauches et au cadre du Nouveau Front Populaire. « Il faut que les responsables sachent cheminer les uns vers les autres », souhaite Jean-Noël Barrot. Le ministre sortant ne précise cependant pas sur quelles thématiques LR, le parti socialiste et son propre camp pourraient s’entendre. Par ailleurs, le bloc central, divisé en trois parties, connaît lui aussi ses divergences, notamment sur sa gauche. La situation pourrait encore stagner jusqu’au 18 juillet et la répartition des postes clés à l’Assemblée nationale. « Je pense que c’est souhaitable que les ministres qui ont été élus puissent participer à ce moment très fort de la constitution du Parlement », avance Jean-Noël Barrot, symbole que l’Assemblée est de nouveau au cœur du jeu politique.

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le