L’Assemblée nationale

Législatives 2024 : le « front républicain », grand vainqueur des élections

Selon une estimation Ipsos Talan, les électeurs du NFP et d’Ensemble ont massivement joué le jeu du « front républicain ». 72% des électeurs de l’alliance de gauche se sont ainsi reportés sur les candidats de la majorité présidentielle lorsque ceux-ci affrontaient un candidat RN. Quant aux électeurs d’Ensemble, ils ont voté 2 fois plus pour un candidat LFI qu’un candidat RN (43% vs 19%), et encore plus massivement pour un candidat PS, EELV ou PCF (54% vs 15%).
Alexis Graillot

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Le plafond de verre n’a pas encore été percé par le RN, loin de là. Alors que de nombreux instituts de sondages plaçaient le parti d’extrême-droite a minima en situation de majorité relative à l’issue du 1er tour, celui-ci s’est finalement écroulé dans les derniers jours, pour ne récolter qu’entre 132 et 152 sièges selon une estimation Ipsos Talan pour France Télévisions, Radio France, France24/RFI et LCP Assemblée Nationale.

Grand vainqueur de cette élection, le NFP aura largement bénéficié du « front républicain », réunissant entre 172 et 192 sièges. Quant à la majorité présidentielle, elle fait plus que résister, obtenant entre 150 et 170 sièges, même si, en 2 ans, elle perd un tiers de ses députés.

Grand succès du « front républicain » … même en faveur de LFI

Sans surprise, les électeurs de l’alliance de gauche se sont massivement reportés en faveur des candidats de la majorité présidentielle dans leurs duels face au RN, seulement 3% d’entre eux ayant glissé un bulletin pour le parti d’extrême-droite dans l’urne. A contrario, 72% se sont tournés vers Ensemble, et seulement 25% se sont abstenus. Dans les duels LR contre RN, 7 électeurs sur 10 du NFP ont glissé un bulletin LR dans l’urne.

Plus étonnant, le « front républicain » s’est également déployé assez largement en faveur de la gauche. Dans les duels opposant un candidat LFI à un candidat RN, 43% des électeurs d’Ensemble ont voté en faveur d’un candidat insoumis, et seulement 19% ont choisi le RN. 38% se sont abstenus. De manière moins surprenante, les électeurs de la majorité présidentielle ont moins transigé lorsque le PS, EELV ou le PCF étaient opposés au RN. Dans cette configuration, plus d’1 sur 2 (54%) a choisi le candidat de gauche, seulement 15% se sont tournés vers le RN, pour seulement près d’un tiers d’abstentionnistes (31%).

En revanche, les électeurs de droite se sont montrés beaucoup plus partagés lorsque les duels opposaient l’alliance de gauche et le parti d’extrême-droite, que ce soit dans les duels LFI contre le RN (26% vs 38%) ou les duels opposant PS, EELV, PCF contre le RN (29 vs 34%). S’agissant des duels Ensemble-RN, les électeurs LR et divers droite ont glissé à 53% un bulletin des candidats macronistes dans l’urne, soit 2 fois plus qu’en faveur du RN (26%).

Pour aller plus loin

Dans la même thématique

France New Parliament
7min

Politique

Cafouillages à l’Assemblée nationale pour l’attribution des postes clés

Les députés procèdent ce vendredi à la nomination des membres du « Bureau » de l’Assemblée nationale, la plus haute autorité au Palais Bourbon. Un premier tour du scrutin visant à faire élire six vice-présidents a été annulé à cause du trop grand nombre de bulletins de vote recueillis au moment du dépouillement.

Le

Ursula Von Der Leyen Elected President of the European Commission for the Second Time, Strasbourg, Gallia – 18 Jul 2024
7min

Politique

Qu’est-ce que le « commissaire à la Méditerranée » qu’Ursula von der Leyen propose ?

Ursula von der Leyen vient d’être confortée par les députés européens pour un second mandat à la tête de la Commission. Dans son programme pour les 5 ans à venir, elle s'est engagée à créer un portefeuille de commissaire, séparé, dédié à la Méditerranée. Un premier pas timide pour renforcer les liens fragiles et distendus entre l’Union européenne et les pays de cette région

Le

Paris: Yael Braun-Pivet reelected National Assembly presiden
6min

Politique

Yaël Braun-Pivet réélue au perchoir : « Il faut que tout change pour que rien ne change », observent les sénateurs

Malgré un revers électoral aux dernières législatives, la candidate de la majorité sortante, Yaël Braun-Pivet a été réélue à la présidence de l’Assemblée nationale. Au Sénat, la gauche évoque « un hold-up démocratique ». Chez les LR et les centristes, c’est le soulagement de ne pas voir un membre du Nouveau Front Populaire qui domine.

Le