Affiche du president du rassemblement National BARDELLA premier ministre

Législatives 2024 : le RN réalise un score historique avec 34 % des voix, Marine Le Pen élue dès le premier tour

Le Rassemblement national arrive en tête des élections législatives, avec 34 % des voix, selon les premières estimations.
Camille Romano

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Alors que les premiers résultats sortent des urnes, le Rassemblement National confirme et dépasse la tendance enregistrée lors des européennes, avec des premières estimations effectuées par l’institut Ipos/Talan pour France Télévisions, Radio France, France24/RFI, LCP Assemblée Nationale à 34 % des voix. Lors du scrutin européen du 09 juin 2024, la liste emportée par Jordan Bardella, président du parti, avait obtenu 31,37 % des suffrages exprimés, soit 7 765 936 voix. 

La cheffe de file historique du parti Marine Le Pen, a annoncé à 20h10 avoir été élue dès le premier tour dans sa circonscription d’Hénin-Beaumont, avec 57,88 % des voix selon Libération. Dans sa circonscription, la candidate NFP Samira Laal obtient 25,83 % des voix et le candidat Ensemble, Dorian Lamy réunit 7,72 % des voix.

Le score de l’ancien parti frontiste explose par rapport au précédent scrutin législatif. En 2022, le parti de Marine Le Pen avait enregistré une poussée par rapport à cinq ans auparavant : 18,68 % des suffrages, par rapport à 13,20 % en 2017. En cinq ans, le parti avait presque doublé ses qualifications au second tour, en passant de 120 candidats à 208 à se trouver en position de ballotage. Il pouvait ainsi se targuer d’être en tête du premier tour dans 110 circonscriptions, contre seulement une vingtaine en 2017. 

Entre 230 et 280 sièges

Dans ses projections, Ipsos/Talan estime que le Rassemblement national et ses alliés pourrait obtenir entre 230 et 280 sièges : entre 204 et 244 si_èges pour les candidats RN, et entre 26 et 36 sièges pour les LR soutenus par le RN. 

Pour rappel, le parti de Jordan Bardella avait obtenu un score total de 18,68 % des voix au premier tour des élections législatives de 2022, et 17,30 % au second tour, ce qui avait permis à 89 députés d’entrer à l’Assemblée Nationale. Quelques semaines auparavant, Marine Le Pen avait réuni 23,15 % des voix au premier tour de l’élection présidentielle, et 41,45 % des voix du second tour. 

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le