France Election

Législatives 2024 : réélection, défaite : quel est le sort des ministres ?

Une majorité de membres du gouvernement s’était présenté aux élections législatives : 24 au premier tour. Si certaines se sont désistées dans l’entre-deux-tours, la plupart sont restés dans la course. Au soir du second tour, quels sont les résultats pour les différents membres du gouvernement ?
Camille Romano

Temps de lecture :

6 min

Publié le

Mis à jour le

Gabriel Attal dans la 10e circonscription des Hauts-de-Seine : élu

Le Premier ministre est réélu dimanche soir dans sa circonscription francilienne avec 58,23 % des voix, contre 41,77 % pour la candidate NFP. Il était en tête au premier tour, avec 43,93% des voix face à Cécile Soubelet, candidate pour le Nouveau Front populaire (35,64%).

Stéphane Séjourné dans la 9e circonscription des Hauts-de-Seine : élu

Le ministre des Affaires étrangères remporte sa première élection législative, en totalisant 72,63 % des suffrages. Le patron du parti Renaissance était en tête au premier tour avec 45,07 % face à la NFP Pauline Rapilly-Ferniot (21,39 %).

 

Gérald Darmanin dans la 10e circonscription du Nord : élu

Pari réussi pour Gérald Darmanin, qui remporte l’élection avec 61,37 % des voix, contre 38,63 % pour son adversaire du RN. Le ministre de l’Intérieur faisait la course en tête au premier tour, avec 36,03 % des voix, à quelques points seulement du candidat du RN Bastien Verbrugghe (34,31 %).

Aurore Bergé dans la 10e circonscription des Yvelines : élue

La ministre chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes parvient à se faire réélire avec 49,05 % des suffrages, devant le candidat du RN 32,19 % et le candidat NFP à 18,76 %. Aurore Bergé était arrivée en tête d’une triangulaire avec 33,59 % des voix, devant Thomas Du Chalard (RN avec 28,22 %) et le candidat NFP Cédric Briolais (22,10 %), qui s’est maintenu malgré la consigne de désistement.

Prisca Thevenot dans la 8e circonscription des Hauts-de-Seine : élue

La porte-parole du gouvernement, en tête au premier tour avec 39,91 % des voix contre la cndidate NFP Salomé Nicolas-Chavance (30,30%), remporte l’élection avec 62,44 %  des voix, contre 37,56 % pour son adversaire. Au cours de la campagne, la ministre et sa suppléante avaient été agressées sur le terrain pendant une opération de collage d’affiches, dans un contexte de fin de campagne assez violentes, où 51 candidats, suppléants ou militants avaient été agressés, selon le ministère de l’Intérieur. 

Marc Fesneau dans la 1re circonscription du Loir-et-Cher : élu

Le ministre de l’Agriculture remporte l’élection avec 60,20 % des suffrages, loin devant Marine Bardet, la candidate RN, qui totalise 39,80 % des suffrages. Il était pourtant arrivé deuxième au premier tour, avec 34,56 % face à Marine Bardet, la candidate RN avec 35,22 %.

 

Frédéric Valletoux dans la 2e circonscription de Seine-et-Marne : élu

L’ancien maire de Fontainebleau remporte l’élection avec 59,95 % des suffrages, devant le candidat RN à 40,05 %. Il était arrivé deuxième au premier tour avec 33,73 % des suffrages, derrière Ivanka Dimitrova du RN (35,06 %) a pu tirer profit du désistement de la candidate NFP Nour Benaïssa Watbot.

Olivia Grégoire dans la 12e circonscription de Paris : élue

La ministre déléguée aux Entreprises est élue avec 65,16 % des voix, face à 34,84 % pour la NFP Céline Malaisé. Elle surfait en tête au premier tour, avec ses 39,36%, devant la candidate NFP Céline Malaisé à 28,96 %.

Marie Lebec dans la 4e circonscription des Yvelines : élue

La benjamine du gouvernement était arrivée en tête du premier tour avec 43,51 % des voix devant Céline Bourdon, la candidate NFP avec 23,96 %. Elle remporte l’élection avec 50,67  % des suffrages, loin devant la candidate NFP Céline Bourdon avec 26,97 % et le candidat LR-RN  Jean-François Mourtoux avec 22,35 %.

Agnès Pannier-Runacher dans la 2e circonscription du Pas de Calais : élue

Pari réussi pour sa première candidature : Agnès Pannier-Runacher a remporté l’élection avec 55,84 % des voix. La ministre déléguée auprès du ministre de l’Agriculture était arrivée en deuxième position au premier tour avec 21,54 % des suffrages, derrière Alban Heusèle du RN, à 37,31 % des suffrages. La ministre a bénéficié du retrait du candidat NFP Alexandre Cousin.

Franck Riester dans la 5e circonscription de Seine-et-Marne : élu

Franck Riester a bénéficié du désistement de la candidate du NFP, Laurie Caenbergs et remporte l’élection avec 54,40 % des suffrages, devant Philippe Fontana à 45,60 %. Le ministre chargé du commerce extérieur était derrière le candidat RN Philippe Fontana au premier tour, qui avait près de 10 points d’avance sur lui, avec 41,77 % des suffrages, contre 31,43 % pour le ministre.

Jean-Noël Barrot dans la 2e circonscription des Yvelines : élu

En tête d’une triangulaire au soir du premier tour, le ministre aux affaires européennes remporte l’élection avec 72,69 %  des voix, loin devant les 27,31 % du candidat RN Gaëtan Brault. Au premier tour, il avait réuni 35,01 % des voix, devant les 26,29 % de la candidate NFP Maïté Carrive Bédouani et le candidat RN arrive à 21,81 %.

Hervé Berville dans la 2e circonscription des Côtes-d’Armor : élu

Le secrétaire d’Etat chargé de la Mer remporte son élection, avec 63,63 % des suffrages, devant le candidat du RN Antoine Kieffer à 36,37 % des voix. Au premier tour, il était arrivé en tête avec 33,61 % des voix devant le candidat RN Antoine Kieffer et ses 30,96 %.

Marina Ferrari dans la 1ere circonscription de Savoie : élue

La secrétaire d’Etat chargée du Numérique est élue en remportant 58,08 % des suffrages, devant les 41,92 % de sa concurrente du RN. Au premier tour, elle était arrivée deuxième avec 35,24 % des voix derrière la RN Typhanie Degois qui réunit 36,16%. Elle avait bénéficié du retrait de la candidate du NFP. 

Guillaume Kasbarian dans la 1ere circonscription d’Eure-et-Loire : élu

Le ministre du Logement a annoncé sur X sa réélection face à la candidate du RN Emma Minot. Il a réuni 60,59 % des voix, devant 39,41 % des voix contre sa concurrente Emma Minot. Au premier tour, il était arrivé en deuxième position derrière la candidate du RN Emma Minot (33,66%) avec (32,86%).

Stanislas Guerini dans la 3e circonscription de Paris : battu

Le ministre de la Fonction publique est battu à Paris. Selon un décompte presque complet relayé par l’AFP, il ne réunit que 46,64 % des voix face à la candidate NFP Léa Balage El Mariky, qui l’emporte avec 53,36 %.  Il était en ballotage défavorable face à la socialiste, qui le distançait de 13 points avec 46,14 %, contre les 33,99 % pour le ministre.

 

Sarah El Hairy dans la 5e circonscription de Loire-Atlantique : battue

Encore une triangulaire pour une ministre dont elle n’a pas su triompher : Sarah El Hairy échoue en Loire-Atlantique : le candidat NFP Fabrice Roussel l’emporte avec 39,91 % des voix. Sarah El Haïry récolte 37,38 % des voix. 

La ministre chargée de l’Enfance était arrivée deuxième au premier tour, derrière le candidat NFP Fabrice Roussel, en tête avec 37,73 %, elle avait recueilli 36,17 % des voix. Elle était arrivée devant le candidat de l’alliance LR-RN Bruno Comby (24,73 %).

Roland Lescure dans la 1ere circonscription des Français établis hors de France : élu

Roland Lescure remporte le scrutin avec 54,25 % des voix. Il était en tête du premier tour avec 38,84 % des suffrages devant Oussama Laraichi du NFP avec 36,12 %.

Plusieurs ministres, arrivées troisièmes de leur triangulaire, se sont désistées au cours de la semaine : Patricia Mirallès dans la 1re circonscription de l’Hérault, Dominique Faure dans la 10e circonscription de Haute-Garonne, Sabrina Agresti-Roubache dans la 1re des Bouches-du-Rhône, Marie Guévenoux dans la 9e circonscription de l’Essonne et Fadila Khattabi dans la 3e circonscription de Côte d’Or.

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le

La sélection de la rédaction