Législatives: abstention record pour une victoire annoncée

Législatives: abstention record pour une victoire annoncée

Une abstention record sous la Vè République a marqué dimanche le premier tour des législatives, un électeur sur deux n'étant pas...
Public Sénat

Par Sylvie GROULT

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Une abstention record sous la Vè République a marqué dimanche le premier tour des législatives, un électeur sur deux n'étant pas allé voter pour ce scrutin qui devrait donner au parti d'Emmanuel Macron une majorité écrasante à l'Assemblée nationale.

Effet d'essoufflement un mois après la présidentielle, victoire annoncée de La République en Marche: l'abstention se situerait au-dessus des 50%, selon les estimations des instituts de sondage, et devrait être la plus élevée depuis 1958, lors des premières législatives de la Vè République.

Elle atteindrait 50% selon l'Ifop, 50,4% selon Elabe, 51% selon Kantar Sofres-onepoint, 51,2% selon Ipsos Sopra Steria: très au-delà du taux de 42,78% du premier tour de 2012, déjà historiquement élevé.

Traditionnellement plus faible à l'élection présidentielle, l'abstention avait atteint 22,23% des inscrits au premier tour le 23 avril.

- Un scrutin 'sans autonomie' -

Selon Frédéric Dabi, directeur adjoint de l'Ifop, cette abstention élevée "n'est pas une véritable surprise" dans la mesure où l'on observe, "depuis 20 ans, une baisse régulière du taux de participation" aux législatives.

Depuis l'entrée en vigueur en 2002 du quinquennat et du calendrier faisant se succéder présidentielle et législatives, "c'est un scrutin qui a perdu son autonomie. Les électeurs ont le sentiment que les jeux sont faits après la présidentielle, et se disent 'à quoi bon aller voter'", ajoute Frédéric Dabi.

Un désintérêt qui a pu être amplifié cette année par la large victoire d'Emmanuel Macron, élu avec 66,10% des voix face à Marine Le Pen le 7 mai, grâce en partie au rejet du Front national mais pas toujours sur un vote d'adhésion.

Son jeune mouvement se dirigeait vers une victoire écrasante et pourrait ravir avec son allié du MoDem 390 à 445 des 577 sièges de députés, à l'issue du second tour le 18 juin, selon les estimations.

Le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, dont le parti s'est effondré dimanche, a vu dans cette abstention "le signe d'une immense fatigue démocratique".

Le chef de file des Républicains François Baroin - la droite terminerait avec 80 à 132 élus LR et UDI - a lui appelé à la mobilisation pour éviter que les pouvoirs soient "concentrés" dans "un seul et même parti".

- Pas 'fans' de Macron -

Pour Jean-Daniel Lévy, de l'institut Harris interactive, "on est sur cette impression générale de la part des Français qu'une majorité va aller au président de la République. Dans ce contexte-là, ils n'ont pas forcément envie de voter, mais pas non plus de créer d'entrave".

"Les Français ne sont pas complètement fans du président de la République. En même temps, il n'y a pas de force alternative qui suscite un engouement important", ajoute-t-il.

L'institut Odoxa remarque lui aussi que "les gens en ont assez et s'intéressent moins à ces législatives qu'à la présidentielle. Ensuite, ils ne veulent pas empêcher Emmanuel Macron d'avoir sa majorité, même s'ils ne sont pas d'accord avec ses idées, et parce qu'ils pensent qu'il a déjà gagné".

En revanche, pour Jean-Daniel Lévy, l'offre pléthorique - 7.877 candidats cette année - et le renouvellement peut-être inédit de l'Assemblée, "ne troublent pas les Français". "Le candidat idéal est relativement jeune, il a plus d'expérience dans le privé qu'en politique", souligne-t-il.

Quoiqu'il en soit, la faible participation devrait avoir pour effet mécanique une limitation du nombre de députés élus dès dimanche, et du nombre de triangulaires le 18 juin.

Car pour être élu dès le premier tour, le candidat doit réunir à la fois la moitié des suffrages exprimés plus un, et le soutien d'au moins 25% des électeurs inscrits.

Pour avoir le droit de se présenter au second tour, il faut avoir obtenu au premier un nombre de suffrages au moins égal à 12,5% du nombre d'inscrits dans la circonscription.

Avec une participation en métropole de 40,75% à 17H00, le ministère de l'Intérieur citait parmi les mauvais élèves la Seine-Saint-Denis (24,74%), le Val-d'Oise (32,92%), les Alpes-Maritimes (34,17%). Parmi ceux qui avaient le plus voté, la Corrèze (52,36% à 17H00), le Gers (51,23%), les Côtes-d'Armor (48,93%).

Dans la même thématique

Paris: Illustrations Assemblee nationale
6min

Politique

Faire une trêve politique pendant les JO : « C’est le cache-sexe du blocage politique de l’Assemblée » 

Gérard Larcher a demandé une « trêve politique » pendant les Jeux olympiques et paralympiques. Alors qu’aucun groupe politique ne dispose de majorité absolue à l’Assemblée nationale et que le président de la République n’a toujours pas nommé de Premier ministre, l’idée ne fait pas l’unanimité chez les présidents de groupes du Sénat, même si une trêve de fait risque bien de s’imposer.

Le

Defile militaire du 14 juillet – 14 TH July military parade during French national day
5min

Politique

Ministres démissionnaires et députés : la séparation des pouvoirs va-t-elle être malmenée ?

La démission du gouvernement Attal va être acceptée par le chef de l’Etat sûrement demain, juste avant l’ouverture de la XVIIe législature jeudi, à l’Assemblée nationale où siégeront des membres du gouvernement élus ou réélus députés. Mais alors que la gauche peine à s’accorder pour proposer le nom d’un candidat à Matignon, le gouvernement démissionnaire est parti pour durer quelques semaines, au risque de mordre sur le principe de la séparation des pouvoirs.

Le

Paris: Melenchon, Chikirou and Bompard arriving at the National Assembly
2min

Politique

La France Insoumise «  suspend » les négociations du NFP pour Matignon, accusant le PS de « blocage »

Dans un communiqué de ce lundi après-midi, la France Insoumise annonce se retirer des négociations. La gauche ne parvient pas à s’accorder sur le nom d’un candidat du Nouveau Front Populaire à envoyer à Matignon. Les Insoumis se refusent à une reprise des discussions tant qu’une candidature unique pour la présidence de l’Assemblée n’a pas été décidée. Très critique envers le Parti Socialiste, le communiqué l’accuse de « mettre un veto à toute candidature issue du Nouveau Front Populaire, dans le seul but d’imposer la sienne ».

Le