CAMPAGNE NOUVEAU FRONT POPULAIRE

Législatives anticipées : avec 28,1% des suffrages, le Nouveau Front populaire en deuxième position au premier tour

Le « Nouveau Front populaire », alliance des principaux partis de gauche, a rassemblé 28,1 % des suffrages exprimés pour le premier tour des législatives anticipées, ce dimanche 30 juin, selon les premières estimations. À ce stade, LFI, PS, EELV et PCF peuvent espérer glaner entre 125 et 165 sièges.
Romain David

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

L’ensemble des principaux partis de gauche, réunis sous la bannière « Nouveau Front populaire » a glané 28,1% des suffrages exprimés ce dimanche 30 juin, selon les estimations de Ipsos/Talan pour France Télévisions et Radio France à 20 heures. Pour ce premier tour, l’alliance se classe en deuxième position, derrière le Rassemblement national et ses alliés (34%) et devant la majorité présidentielle (20,3%).

À titre de comparaison, lors des législatives de 2022, la Nouvelle union populaire, écologique et sociale (NUPES) avait atteint les 25,66% au premier tour, à un cheveu du camp macroniste, arrivé en tête du scrutin avec 25,75% des voix exprimés.

Entre 58 et 72 sièges pour La France insoumise

Selon les projections de Ipsos/Talan, le « Nouveau Front populaire » peut espérer glaner entre 125 et 165 sièges dans la nouvelle assemblée, loin toutefois de la majorité absolue, dont le seuil se situe à 289 sièges.

Dans le détail, La France insoumise conserve l’avantage sur le reste de la gauche, mais avec un léger reflux par rapport aux dernières législatives, avec 58 à 72 sièges (75 sièges avant la dissolution),

Le Parti socialiste pourrait confirmer la dynamique enregistrée pendant les élections européennes ; le parti à la rose, deuxième force de gauche, reprend des couleurs, mais reste loin derrière le concurrent insoumis avec 33 à 43 sièges, contre 31 dans l’assemblée sortante.

Suivent les écologistes : 28 à 38 sièges, contre 21 avant dissolution ; et les communistes, en fort recul, avec 6 à 12 circonscriptions, contre 22 à la fin de la précédente législature.

>> Retrouvez notre live pour suivre en temps réel les résultats du premier tour des législatives

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le