Législatives anticipées : le sénateur Horizons Cédric Chevalier appelle à une « alliance de tous les démocrates »

Au milieu d’une campagne qui oppose le Rassemblement National et ses soutiens, la gauche unie au sein du Nouveau Front Populaire et les troupes d’Emmanuel Macron, le sénateur Horizons de la Marne Cédric Chevalier appelle à une « alliance de tous les démocrates » pour sortir d’une logique centrée autour de « deux blocs ».
Mathilde Nutarelli

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

La campagne des législatives anticipées est officiellement lancée depuis ce lundi. Sur le terrain s’affrontent trois camps principaux : le Rassemblement national, arrivé en tête au scrutin européen du 9 juin dernier, le Nouveau Front Populaire, alliance conclue in extremis par les partis de gauche (Parti Socialiste, France Insoumise, Ecologistes, Communistes et d’autres petits partis), et la coalition autour d’Emmanuel Macron. Dans ce dernier bloc, les choses sont loin d’être simples. L’ancien Premier ministre, actuel maire du Havre et fondateur du parti Horizons Edouard Philippe a annoncé que les candidats de son parti ne partiraient pas sous la bannière Ensemble, la coalition de partis de centre droit autour du parti présidentiel, à laquelle il appartient. « Libre et loyal » au Président, Edouard Philippe semble néanmoins s’en émanciper de plus en plus. D’autant que la campagne, sur certains territoires, est difficile pour le parti présidentiel. Certains candidats ont même renoncé à faire figurer le nom et le portrait d’Emmanuel Macron sur leur propagande de campagne. C’est dans ce contexte que le sénateur Horizons de la Marne Cédric Chevalier a livré son analyse de la situation au micro de Public Sénat.

Emmanuel Macron : « S’il veut intervenir dans le débat public, c’est son droit, mais il y a d’autres acteurs qui peuvent le faire »

Pour le sénateur philippiste, le manque de popularité, voire le caractère repoussoir, de la figure d’Emmanuel Macron n’est pas nécessairement un problème. « Il y a 577 élections différentes avec des territoires différents », a-t-il expliqué, « il appartient à chacun de mettre en avant ce qui leur paraît être le meilleur atout pour convaincre les électeurs ». « S’il veut intervenir dans le débat public, c’est son droit, mais il y a d’autres acteurs qui peuvent le faire, comme Gabriel Attal et Edouard Philippe », a néanmoins rappelé l’élu marnais.

Cédric Chevalier dénonce une campagne centrée autour de deux blocs

Le sénateur a tout de même témoigné d’une campagne « compliquée » pour son camp. « Le débat ne se résume qu’autour d’un un bloc d’extrême-gauche et un bloc d’extrême-droite, parce que les Français ont peur », analyse-t-il. Il regrette cette présentation des choses, « bloc contre bloc ». « Il y a un bloc central où il y a des modérés de droite, du centre et de gauche », rappelle Cédric Chevalier. Il est important de noter que le ministère de l’Intérieur, qui classe politiquement les candidats aux différentes élections, a classé l’alliance entre le Rassemblement national et du président LR destitué Éric Ciotti d’ « union de l’extrême-droite », et qu’il a classé les candidats du Nouveau Front Populaire sous l’appellation « union de la gauche ».

« Une nouvelle majorité parlementaire va arriver, dans laquelle il peut y avoir des gens de tous horizons »

Pour sortir de cette logique binaire que le sénateur de la Marne dénonce, il appelle à une « alliance de tous les démocrates », pas seulement avec les membres du parti LR qui ont refusé de rallier le Rassemblement National avec leur ancien chef Éric Ciotti. « Edouard Philippe le dit : aujourd’hui, la majorité présidentielle n’existe plus, elle a été dissoute. Une nouvelle majorité parlementaire va arriver, dans laquelle il peut y avoir des gens de tous horizons qui peuvent se regrouper autour d’un projet pour la France », explique-t-il. Il appelle ainsi les Français à voter pour ce qui les « rassure », c’est-à-dire pour ce qu’il appelle le « bloc central » et en particulier son parti, qui serait devenu le nouveau barycentre du ni-ni, Horizons.

Dans la même thématique

Paris: Illustrations Assemblee nationale
6min

Politique

Faire une trêve politique pendant les JO : « C’est le cache-sexe du blocage politique de l’Assemblée » 

Gérard Larcher a demandé une « trêve politique » pendant les Jeux olympiques et paralympiques. Alors qu’aucun groupe politique ne dispose de majorité absolue à l’Assemblée nationale et que le président de la République n’a toujours pas nommé de Premier ministre, l’idée ne fait pas l’unanimité chez les présidents de groupes du Sénat, même si une trêve de fait risque bien de s’imposer.

Le

Defile militaire du 14 juillet – 14 TH July military parade during French national day
5min

Politique

Ministres démissionnaires et députés : la séparation des pouvoirs va-t-elle être malmenée ?

La démission du gouvernement Attal va être acceptée par le chef de l’Etat sûrement demain, juste avant l’ouverture de la XVIIe législature jeudi, à l’Assemblée nationale où siégeront des membres du gouvernement élus ou réélus députés. Mais alors que la gauche peine à s’accorder pour proposer le nom d’un candidat à Matignon, le gouvernement démissionnaire est parti pour durer quelques semaines, au risque de mordre sur le principe de la séparation des pouvoirs.

Le

Paris: Melenchon, Chikirou and Bompard arriving at the National Assembly
2min

Politique

La France Insoumise «  suspend » les négociations du NFP pour Matignon, accusant le PS de « blocage »

Dans un communiqué de ce lundi après-midi, la France Insoumise annonce se retirer des négociations. La gauche ne parvient pas à s’accorder sur le nom d’un candidat du Nouveau Front Populaire à envoyer à Matignon. Les Insoumis se refusent à une reprise des discussions tant qu’une candidature unique pour la présidence de l’Assemblée n’a pas été décidée. Très critique envers le Parti Socialiste, le communiqué l’accuse de « mettre un veto à toute candidature issue du Nouveau Front Populaire, dans le seul but d’imposer la sienne ».

Le