Législatives : Bardella lance un appel à la mobilisation pour faire « barrage à la Macronie et à l’extrême gauche »

Législatives : Bardella lance un appel à la mobilisation pour faire « barrage à la Macronie et à l’extrême gauche »

Arrivé troisième à l’issue du premier tour des élections législatives, le RN célèbre un score jugé « historique. » Le président du Rassemblement National, Jordan Bardella, s’est félicité du score réalisé par ses candidats. Au cours d’une conférence de presse organisée au siège du parti ce lundi 13 juin, le député européen s’est adressé aux électeurs de droite et les invite à « faire barrage à la Macronie et à l’extrême gauche » le dimanche 19 juin.
Public Sénat

Par Louis Dubar

Temps de lecture :

7 min

Publié le

Mis à jour le

Premier enseignement à l’issue du premier tour des élections législatives pour le Rassemblement National, le parti serait « la seule force politique en dynamique », selon son président, Jordan Bardella. Aucun département ne resterait insensible à cette progression, la qualification de 208 candidats au second tour traduirait « un enracinement durable de notre famille politique sur tout le territoire. » En totalisant, 18,67 % des voix à l’échelle nationale, le Rassemblement National termine à la troisième marche du podium et fait beaucoup mieux qu’il y a cinq ans.

En 2017, le Front National totalisait 13,20 % des suffrages au soir du premier tour. Pour le président par intérim et député européen, Jordan Bardella, ces résultats permettraient « a minima la multiplication par cinq du nombre de nos députés à l’Assemblée nationale et ouvriraient la voie à la constitution d’un groupe parlementaire puissant à l’Assemblée nationale, fait inédit depuis 1986. » Avec 208 candidats qualifiés au second tour, contre 120 en 2017, un groupe serait « quasiment acquis », estime le patron du RN. Selon notre estimation Ispos/Sopra Steria pour France Télévisions, Radio France, LCP-AN / Public Sénat, le RN pourrait espérer entre 15 et 40 députés lors de la prochaine législature. Invité de la matinale de Public Sénat, l’eurodéputé RN Hervé Juvin souhaite rester prudent avec les estimations des instituts de sondage. « Avec la particularité du scrutin uninominal à deux tours, c’est extrêmement difficile de faire des projections en sièges. (…) Je resterai prudent sur le sujet. »

« Entre la république Traoré d’un côté et la République McKinsey de l’autre, nous sommes les garants de la République Française »

Revigoré par leur score national jugé réussi, le RN estime représenter une troisième voie au duel annoncé entre la Nupes et la coalition présidentielle Ensemble !. « Entre la république Traoré d’un côté et la République McKinsey de l’autre, nous sommes les garants de la République Française », explique Jordan Bardella. Pour le président par intérim et député européen, Emmanuel Macron et le leader Insoumis partageraient les mêmes objectifs politiques et la même vision pour la France. « Jean-Luc Mélenchon n’est pas l’opposant mais la béquille d’Emmanuel Macron ; ‘tu votes pour moi à la présidentielle, je vote pour toi aux législatives’ […]. Ils partagent ensemble la volonté de déconstruire notre pays », souligne Jordan Bardella. Hervé Juvin juge peu crédible l’idée selon laquelle Jean-Luc Mélenchon serait le principal opposant politique au chef de l’Etat.  « C’est quand même lui qui a permis la réélection d’Emmanuel Macron en répétant au soir du premier tour : ‘pas une voix pour Madame Le Pen’ » « En recul de six points par rapport à 2017 », la majorité présidentielle apparaît affaiblie « sans garantie d’une majorité absolue » selon le président du RN.106 candidats du Rassemblement National affronteront un candidat issu la coalition présidentielle Ensemble !, selon les données présentées par le RN.

> > Lire notre article. Législatives : « La France n’est ni une salle de marché, ni une ZAD », lance Marine Le Pen 

Le député européen a également estimé que Jean-Luc Mélenchon n’a « aucune chance » d’accéder au pouvoir à l’issue du second tour des législatives. Car pour Jordan Bardella, la percée électorale de la gauche est une victoire en trompe-l’œil. « Le bloc de gauche et d’extrême gauche recule de 1,5 point par rapport à 2017. Sa prétendue percée triomphante est un mensonge qui doit être dit aux Français. » Pour le président par intérim du RN, la Nupes serait un « danger » pour le pays. Dans les 61 circonscriptions voyant un duel RN-Nupes au second tour de l’élection présidentielle, Bardella appelle ses électeurs à « faire barrage » à « une coalition burkini constituée d’islamo-gauchistes, de militants anti-flics et de pyromanes communautaristes. »

En position d’arbitre dans les circonscriptions marquées par le duel entre la majorité présidentielle et la Nupes, Marine Le Pen avait logiquement appelé ses électeurs au « ni ni ». Jordan Bardella a réitéré cet appel.

Un « grand chelem » possible dans 18 départements

Le député européen croit en un possible « grand chelem » dans l’ensemble des circonscriptions des 18 départements dans lesquels les candidats sont au second tour. Dans les Hauts-de-France, une vague RN a déferlé sur le département du Pas-de-Calais, le parti est en tête dans neuf des douze circonscriptions du département et les candidats RN se sont qualifiés au second tour dans les trois autres circonscriptions derrière les candidats majorité présidentielle. Dans le sud, le RN se maintient dans ses bastions historiques du Var et du Vaucluse.

> > Lire notre article. Législatives 2022 : résultats, carte et analyses du premier tour en direct

Le RN poursuivrait également son « ancrage territorial » sur d’autres territoires. Terre historiquement de gauche, le RN s’implante dans le Tarn et Garonne. Face à la députée sortante Sylvia Pinel, la candidate RN Marine Hamelet termine en tête avec 31% des suffrages. Dans la première circonscription du département, la cheffe de file des députés socialistes Valérie Rabault (PS-Nupes) tentera de conserver son mandat face à Pierre Poma, candidat RN qui s’est qualifié au second tour des législatives avec 22,4 % des suffrages. Le RN progresse également dans le Lot-et-Garonne, ses candidats se sont qualifiés pour le second tour dans les trois circonscriptions du territoire.

Le RN multiplie les appels du pied aux sympathisants de Reconquête ! 

A moins de sept jours du second tour des élections législatives, Jordan Bardella appelle les électeurs au sursaut « pour envoyer le plus grand nombre d’avocats du peuple » au Palais Bourbon. « Dans une démarche d’union nationale et de rassemblement des Français », le président par intérim s’est adressé aux électeurs d’Éric Zemmour et « aux patriotes sincères de LR » pour faire « barrage à la Macronie et à l’extrême gauche […], les bulletins de vote RN seront un acte de résistance face à toutes les forces de déconstruction. » Le président du RN a demandé aux abstentionnistes, « ceux qui subissent le plus durement la politique d’Emmanuel Macron » de se déplacer « pour éviter les déconvenues violentes comme la retraite à 65 ans ou la dégradation de la situation migratoire. » Dimanche, c’est « l’ultime sortie d’autoroute avant la ligne droite », estime Jordan Bardella.

Mis en échec à l’issue du premier tour aux législatives avec 4,24% des suffrages, le parti Reconquête est écarté du second tour des législatives. A la suite de cet échec cinglant, Jordan Bardella invite les adhérents et militants séduits un temps par Éric Zemmour à rejoindre le RN. « Ils ont leur place à nos côtés comme les orphelins de LR (…) qui s’aperçoivent que leur parti devient un syndicat d’élus. » Interrogé sur un possible retour au sein du RN de Nicolas Bay, Marion Maréchal, de Gilbert Collard, Jordan Bardella avertit : « les gens qui se sont comportés comme des mercenaires, c’est un aller sans retour. C’est une marque de respect que nous devons à nos électeurs. » Pour l’eurodéputé Hervé Juvin, la stratégie mise en place par son parti à l’égard d’Éric Zemmour au lendemain du premier tour de l’élection présidentielle était la bonne : « Il ne fallait pas en s’alliant à Éric Zemmour que nous perdions une partie essentielle de notre électorat. » Questionné sur l’impact des candidats soutenus par Reconquête dans les circonscriptions, Jordan Bardella estime que le parti d’Éric Zemmour n’a pas entravé le parcours des candidats RN et leur capacité à se qualifier au second tour, « dans les circonscriptions gagnables. »

👉 Revivez le fil de la soirée électorale et les principaux résultats ici

Dans la même thématique

Législatives : Bardella lance un appel à la mobilisation pour faire « barrage à la Macronie et à l’extrême gauche »
7min

Politique

Européennes : « La tentation d’un pacte brun, à la fois sur l’écologie et les idéologies, nous menace », alerte l’écologiste David Cormand

Dans la dernière ligne droite de la campagne des européennes, trois candidats, chacun à la seconde place de leur liste, sont venus sur le plateau d’Extra Local : Céline Imart pour la liste LR, David Cormand pour la liste des Ecologistes et Guillaume Peltier pour Reconquête. Ils se sont exprimés notamment sur l’immigration, la future présidence de la Commission européenne ou le nucléaire.

Le

French Prime Minister Gabriel Attal visit in Valence
7min

Politique

Délinquance des mineurs : après l’avoir supprimée, le gouvernement veut réintroduire la comparution immédiate

Un peu plus d’un mois après ses annonces destinées à « renouer avec les adolescents et juguler la violence », Gabriel Attal a esquissé des nouvelles pistes sur la justice pénale des mineurs qu’il souhaite voir intégrer dans un projet de loi d’ici la fin de l’année, notamment la possibilité d’être jugé à partir de 16 ans en comparution immédiate. Une procédure qui avait été supprimée lors de la réforme de la justice pénale des mineurs en 2021.

Le