Législatives : ce qu’il faut retenir du second tour

Législatives : ce qu’il faut retenir du second tour

La forte abstention, le triomphe des ministres, l’arrivée des nationalistes corses… La soirée a apporté des confirmations mais aussi son lot de surprises.
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Le second tour des élections législatives s’achève sur une victoire nette du parti d’Emmanuel Macron. Mais le scrutin a aussi apporté son lot de surprises.

L’abstention toujours plus forte

Record historique. Jamais l’abstention n’avait été aussi forte lors d’une élection législative : 56,6%. Une sacrée épine pour La République en marche dont la légitimité est contestée par ses opposants. Pour rappel, En 2012, la participation au premier tour était de 57% et de 56% au second tour. Ces chiffres étaient déjà inédits. 

Une vague plutôt qu’un raz-de-marée

Un raz-de-marée ? Un tsunami ? Non, plutôt une large vague qui a emporté tout sur son passage. Ou presque puisque les digues ont résisté mieux que prévu. Les Républicains et l’UDI s’en sortent avec 126 sièges tandis que le parti socialiste et ses alliés obtiennent 46 sièges. Des scores faibles, mais meilleurs que prévus dans les projections d’entre deux tours.

6 sur 6 pour les ministres

Pour rester, il fallait gagner ! C’est chose faite pour les 6 ministres engagés dans la bataille. Y compris les très décriés Richard Ferrand et Marielle de Sarnez, qui ont remporté la victoire.

224 femmes pour la nouvelle législature

Ce n’est pas encore la parité parfaite mais les femmes arrivent en nombre à l’Assemblée nationale : 224 contre 155 lors de la dernière législature.

La France insoumise perce, le FN grince des dents

Cette fois, Jean-Luc Mélenchon va entrer à l’Assemblée nationale, accompagné de 15 députés de la France insoumise et 10 autres du parti communiste. De son côté, le Front national obtient 8 sièges, soit 6 de plus qu’en 2012 avec, à la clé, l’élection de Marine Le Pen. Un score décevant pour le parti qui s’est hissé au second tour de la dernière présidentielle.

Cambadélis prend la porte

Si le parti socialiste sauve les meubles, Jean-Christophe Cambadélis, le patron du parti, a préféré jeter l’éponge. Il avait déjà échoué au premier tour dans sa propre circonscription.

Les jeunes pousses du PS perdent leur pari

Elles avaient émergé dans les gouvernements de François Hollande… Najat Vallaud-Belkacem et Myriam El Khomri ont été sèchement battues lors de ce second tour. Elles échouent, tout comme Marisol Tourraine, Jean-Jacques Urvoas ou encore Valérie Fourneyron.

Valls annonce sa réélection dans une bronca

Rien ne sera épargné à Manuel Valls. Sa victoire finale dépend désormais du recours déposé par sa rivale de la France insoumise. Cette dernière dénonce des irrégularités alors que l’ancien Premier ministre aurait remporté l’élection avec… 139 voix d’avance.

François Ruffin s’installe à l’Assemblée

Ses prises de parole (permises ou non) vont être scrutées de près. Le cinéaste François Ruffin (« Merci patron ») remporte son duel et sera donc présent à l’Assemblée nationale.

Des nationalistes pour représenter la Corse

Là encore, c’est totalement inédit : Trois députés nationalistes corses seront présents à l’Assemblée, sur les 4 circonscriptions que compte l’île de Beauté. Le mouvement "Pé a Corsica" ("Pour la Corse") a remporté les deux circonscriptions de Haute-Corse, Michel Castellani s'imposant dans la 1re (Bastia) et Jean-Félix Acquaviva dans la 2e. En Corse-du-Sud, où la victoire de "Pé a Corsica" était plus incertaine, Paul-André Colombani a raflé la circonscription de Bonifacio (2e) contre le député sortant LR Camille de Rocca Serra (44,78%).

Dans la même thématique

Paris: Illustrations Assemblee nationale
6min

Politique

Faire une trêve politique pendant les JO : « C’est le cache-sexe du blocage politique de l’Assemblée » 

Gérard Larcher a demandé une « trêve politique » pendant les Jeux olympiques et paralympiques. Alors qu’aucun groupe politique ne dispose de majorité absolue à l’Assemblée nationale et que le président de la République n’a toujours pas nommé de Premier ministre, l’idée ne fait pas l’unanimité chez les présidents de groupes du Sénat, même si une trêve de fait risque bien de s’imposer.

Le

Defile militaire du 14 juillet – 14 TH July military parade during French national day
5min

Politique

Ministres démissionnaires et députés : la séparation des pouvoirs va-t-elle être malmenée ?

La démission du gouvernement Attal va être acceptée par le chef de l’Etat sûrement demain, juste avant l’ouverture de la XVIIe législature jeudi, à l’Assemblée nationale où siégeront des membres du gouvernement élus ou réélus députés. Mais alors que la gauche peine à s’accorder pour proposer le nom d’un candidat à Matignon, le gouvernement démissionnaire est parti pour durer quelques semaines, au risque de mordre sur le principe de la séparation des pouvoirs.

Le

Paris: Melenchon, Chikirou and Bompard arriving at the National Assembly
2min

Politique

La France Insoumise «  suspend » les négociations du NFP pour Matignon, accusant le PS de « blocage »

Dans un communiqué de ce lundi après-midi, la France Insoumise annonce se retirer des négociations. La gauche ne parvient pas à s’accorder sur le nom d’un candidat du Nouveau Front Populaire à envoyer à Matignon. Les Insoumis se refusent à une reprise des discussions tant qu’une candidature unique pour la présidence de l’Assemblée n’a pas été décidée. Très critique envers le Parti Socialiste, le communiqué l’accuse de « mettre un veto à toute candidature issue du Nouveau Front Populaire, dans le seul but d’imposer la sienne ».

Le