Législatives : ces candidats LR et PS épargnés par Macron

Législatives : ces candidats LR et PS épargnés par Macron

La République en marche ne présente pas de candidat dans les circonscriptions où des sortants LR ou PS sont Macron-compatibles. C’est le cas notamment des signataires de l’appel d’élus LR en faveur de la main tendue du Président.
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

On y est. La République en marche a investi 550 candidats pour les législatives de juin prochain. 428 noms avaient été dévoilés dans un premier temps la semaine dernière. Après le coup de sang de François Bayrou, qui avait estimé que le Modem ne s’y retrouvait pas, une nouvelle liste a été arrêtée lundi avec 511 noms. Le Modem a finalement 80 candidats dont 35 dans des circonscriptions gagnables. Sur les 577 circonscriptions du pays, il en reste quelques-unes pour les DOM-TOM. Les autres resteront sans candidat.

La dernière version de la liste laisse le champ libre pour plusieurs candidats de droite et de gauche Macron-compatibles. En effet, contrairement à l’annonce, dans un premier temps, de présenter des candidats LREM dans les 577 circonscriptions, le parti du Président a décidé d’épargner certains candidats. C’est ce qui a été décidé la semaine dernière pour Manuel Valls, qui n’a pas de candidat estampillé macroniste face à lui.

Riester, Robinet, Apparu, Solère, Estrosi

A droite, plusieurs députés sortants n’ont pas de candidat LREM dans leur circonscription. On retrouve notamment les élus qui ont signé l’appel en faveur de la main tendue d’Emmanuel Macron, comme les LR Franck Riester, Bruno Le Maire, Arnaud Robinet et Benoist Apparu, qui pourraient avoir leur place au gouvernement.

Thierry Solère, autre signataire de l’appel, profite aussi de la clémence de la commission d’investiture de LREM. Dans les Alpes-Maritimes, Marine Brenier, une proche du maire de Nice Christian Estrosi, n’aura pas à batailler contre un candidat macroniste. L’UDI Yves Jégo a le champ libre également.

Touraine, Le Foll, Le Guen

Au PS, comme nous l’avions évoqué, la ministre de la Santé sortante, Marisol Touraine, n’a personne en face d’elle, tout comme son collègue de l’agriculture, Stéphane Le Foll. La ministre du Travail Myriam El Khomri est épargnée, mais aussi Pierre-Yves Bournazel, candidat LR dans la même circonscription à Paris.

Le proche de Manuel Valls, Jean-Marie Le Guen, secrétaire d'Etat au Développement et à la Francophonie, n’aura personne face à lui dans la capitale. Tout comme l’ancienne ministre de l’Outre-mer George Pau-Langevin.

Dans la même thématique

Paris: Candidates for the upcoming European elections taking part in a debate hosted by BFMTV
5min

Politique

Immigration, économie, institutions : que propose le Rassemblement national dans son programme pour les élections européennes ?

Largement en tête des sondages, le parti de Jordan Bardella ne prône plus officiellement une sortie de l’Union européenne, pierre angulaire du programme présidentiel de Marine Le Pen jusqu’en 2017. Mais, avec un slogan plus consensuel, la feuille de route du Rassemblement national s’oppose toujours à bon nombre des compétences de Bruxelles, au nom de la souveraineté nationale.

Le

Législatives : ces candidats LR et PS épargnés par Macron
3min

Politique

Européennes : L’Europe est « une foire d’empoigne entre brigands, créée par et pour les intérêts des capitalistes », dénonce Nathalie Arthaud

Tête de liste Lutte Ouvrière (LO), deux ans après avoir récolté 0.56% à la dernière élection présidentielle, l’enseignante en sciences économiques et sociales a dénoncé, au micro de Public Sénat, la « rapacité patronale », et sa volonté de « combattre cette société capitaliste, qui nous mène de crise en crise et de guerre en guerre ».

Le

Paris: Jordan Bardella  debate with France’s Prime Minister Gabriel Attal
5min

Politique

Sondage : après son débat avec Attal, Bardella au plus haut à 34% d’intentions de vote, Hayer recule encore

L’avance considérable prise par la tête de liste RN sur ses autres concurrents pour les élections européennes du 9 juin prochain se confirme dans le dernier relevé du baromètre d’Odoxa, réalisé par Mascaret* pour Public Sénat et la presse quotidienne régionale. Cette enquête d’opinion a été réalisée après le débat qui a opposé Jordan Bardella au Premier ministre Gabriel Attal le 23 mai. Dans le même temps, la majorité présidentielle continue de perdre du terrain dans les intentions de vote.

Le