Législatives: début du vote dans l’outremer américain

Législatives: début du vote dans l’outremer américain

Les électeurs de Saint-Pierre et Miquelon ont commencé samedi à voter pour le premier tour des législatives, affrontant la...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Les électeurs de Saint-Pierre et Miquelon ont commencé samedi à voter pour le premier tour des législatives, affrontant la fraîcheur et quelques gouttes de pluie pour désigner leur député parmi cinq candidats, dont l'actuelle ministre des Outre-Mer Annick Girardin sous l'étiquette PRG.

Quatre bureaux de vote sont ouverts pour accueillir les 4.971 inscrits dans cette collectivité située au large du Canada.

Parmi les premiers votants de la matinée, alors que le thermomètre affiche juste 7 degrés et que le vent souffle à 80 km/heure, beaucoup viennent surtout "par habitude" ou "par devoir citoyen".

On sent parfois de la lassitude chez ceux qui ont "hâte que ce soit terminé" après un long cycle électoral qui a débuté l'an dernier avec les primaires et s'est poursuivi avec les élections territoriales de mars, avant la présidentielle des 23 avril et 7 mai. Parmi eux, sœur Agnès, qui avoue "en avoir marre de ces querelles de clochers".

Historiquement, les législatives mobilisent peu les électeurs de l’archipel. Lors de la législative partielle de 2014, moins d’un électeur sur deux s’était déplacé. Déjà membre du gouvernement, Mme Girardin avait été réélue dès le 1er tour avec 59,9% des voix.

Mme Girardin, 52 ans, est investie par le PRG dont elle est vice-président et le PS, et soutenue par la République en Marche (REM) d'Emmanuel Macron. En cas de défaite, elle serait privée de son ministère au niveau national et ne compterait plus de mandat au niveau local. En cas de victoire, c'est son suppléant Stéphane Claireaux, l'actuel député de l'archipel, qui siègerait à l'Assemblée Nationale tandis qu'elle resterait au gouvernement.

Elle a pour adversaires Robert Langlois (France insoumise), le vice-président du conseil territorial Stéphane Lenormand (Archipel Demain), Roger Rode (Front national) et Denis Vigneau-Dugué (sans étiquette).

Les électeurs de Guadeloupe, de Martinique, de Guyane et de Saint-Martin et Saint Barthélemy doivent également voter samedi, un jour avant la métropole et les autres collectivités d'outre-mer - à l'exception toutefois de la Polynésie française, dont les électeurs étaient appelés aux urnes dès le weekend dernier pour des raisons d'organisation.

Dans la même thématique

Paris: Illustrations Assemblee nationale
6min

Politique

Faire une trêve politique pendant les JO : « C’est le cache-sexe du blocage politique de l’Assemblée » 

Gérard Larcher a demandé une « trêve politique » pendant les Jeux olympiques et paralympiques. Alors qu’aucun groupe politique ne dispose de majorité absolue à l’Assemblée nationale et que le président de la République n’a toujours pas nommé de Premier ministre, l’idée ne fait pas l’unanimité chez les présidents de groupes du Sénat, même si une trêve de fait risque bien de s’imposer.

Le

Defile militaire du 14 juillet – 14 TH July military parade during French national day
5min

Politique

Ministres démissionnaires et députés : la séparation des pouvoirs va-t-elle être malmenée ?

La démission du gouvernement Attal va être acceptée par le chef de l’Etat sûrement demain, juste avant l’ouverture de la XVIIe législature jeudi, à l’Assemblée nationale où siégeront des membres du gouvernement élus ou réélus députés. Mais alors que la gauche peine à s’accorder pour proposer le nom d’un candidat à Matignon, le gouvernement démissionnaire est parti pour durer quelques semaines, au risque de mordre sur le principe de la séparation des pouvoirs.

Le

Paris: Melenchon, Chikirou and Bompard arriving at the National Assembly
2min

Politique

La France Insoumise «  suspend » les négociations du NFP pour Matignon, accusant le PS de « blocage »

Dans un communiqué de ce lundi après-midi, la France Insoumise annonce se retirer des négociations. La gauche ne parvient pas à s’accorder sur le nom d’un candidat du Nouveau Front Populaire à envoyer à Matignon. Les Insoumis se refusent à une reprise des discussions tant qu’une candidature unique pour la présidence de l’Assemblée n’a pas été décidée. Très critique envers le Parti Socialiste, le communiqué l’accuse de « mettre un veto à toute candidature issue du Nouveau Front Populaire, dans le seul but d’imposer la sienne ».

Le