Législatives : démission de Cambadélis après la «déroute sans appel» du PS

Législatives : démission de Cambadélis après la «déroute sans appel» du PS

Le Parti socialiste abandonne près de 250 sièges à l’Assemblée nationale et tombe sous un niveau inférieur à celui de son plancher de 1993. Le premier secrétaire Jean-Christophe Camabadélis annonce sa démission.
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

C’est une déroute sans précédent pour le Parti socialiste et ses alliés, qualifiée de « déroute sans appel » par le premier secrétaire Jean-Christophe Cambadélis. Mais ils limitent la casse, contrairement à ce qu’annonçaient les dernières enquêtes d’opinion. Les socialistes conservent 34 sièges à l’issue de ces législatives. Ses alliés du Parti radical de gauche obtiennent 2 sièges, et 13 candidats divers gauche ont été élus, selon l’estimation Ipsos Sopra Steria réalisée pour France Télévisions, Radio France, LCP AN, RFI-France 24 et Le Point.

Le recul est historique : la présence des socialistes à l’Assemblée nationale est divisée par huit. En 2012, le groupe socialiste, républicain et citoyen détenait 295 des 577 sièges du Palais Bourbon (dont 279 socialistes).

« La gauche doit tout changer »

Moins de dix minutes après l’annonce des résultats, le premier secrétaire Jean-Christophe Cambadélis a annoncé sa démission :

« La gauche doit tout changer, la forme comme le fond, ses idées comme ses organisations. La gauche doit ouvrir un nouveau cycle […] Il s’agit d’une tâche de longue haleine. J’y participerai avec humilité mais je souhaite le faire en étant libre de ma parole. J’accompagnerai ce combat décisif avec volonté mais je ne le ferai pas en tant que premier secrétaire du Parti socialiste. »

Cette défaite électorale est même encore plus dévastatrice pour le PS et ses alliés que celle de 1993. À l’époque, le raz-de-marée RPR-UDF avait ramené le groupe socialiste à 57 membres (dont 5 députés apparentés socialistes).

Une direction collégiale au PS

Dans son intervention, Jean-Christophe Cambadélis a souligné « assumer tranquillement sa part de responsabilité » dans ces résultats, précisant qu'il n'a ni « colère » ni « amertume » dans sa décision. Le premier secrétaire démissionnaire a annoncé qu’une direction collégiale se mettrait en place « dans les plus brefs délais ».

Jugeant le « triomphe d’Emmanuel Macron incontestable » , en insistant sur son « côté artificiel », Jean-Christophe Cambadélis a fait savoir qu’il ne s’agissait pas pour lui « d’organiser une retraite » mais « de permettre une renaissance ».

Dans la même thématique

Législatives : démission de Cambadélis après la «déroute sans appel» du PS
4min

Politique

Nouveau Front populaire : députés et sénateurs réunis pour une démonstration de force

Les près de 130 parlementaires PS avaient rendez-vous au Sénat pour une réunion « opérationnelle », explique le président des sénateurs socialistes Patrick Kanner. Une rencontre qui permet aussi d’afficher le poids du parti au Parlement, à l’heure où les négociations patinent toujours pour Matignon, sur fond de désaccords avec La France insoumise.

Le

Strasbourg – Plenary Session of the European Parliament, Gallia – 17 Jul 2024
5min

Politique

Parlement européen : le cordon sanitaire contre l’extrême-droite résiste

Les votes étaient scrutés. Mardi 16 juillet les députés ont élu les 14 vice-présidents du Parlement européen. Des postes hautement symboliques. Mais même si l’extrême droite est en progression au Parlement européen, le cordon sanitaire semble avoir tenu : « Les Patriotes pour l’Europe », le nouveau groupe dirigé par Jordan Bardella et « L’Europe des nations souveraines » où siège l’AFD, l’extrême droite allemande, font chou blanc. A noter tout de même, le groupe ECR de la Première ministre Italienne Giorgia Meloni obtient deux postes.

Le

Gabriel ATTAL, French Minister of Education and Youth, was at the Gilbert DRU middle school in Lyon
10min

Politique

Derrière « le pacte d’action » que veut construire Gabriel Attal, un appel du pied de la macronie aux LR

Le Premier ministre souhaite ouvrir des discussions avec les groupes politiques « autour de projets et d'actions au service des Françaises et des Français ». Si à ce stade, un élargissement du courant présidentiel vers la gauche semble difficilement envisageable, la droite, en revanche, tenterait de négocier auprès des macronistes certains postes clés à l’Assemblée nationale.

Le