Législatives : « en marche » vers la parité ?

Législatives : « en marche » vers la parité ?

La République en marche avait investi 50% de femmes pour les législatives. Une première. Tout comme c’est le cas pour le nombre de femmes arrivées en tête au premier tour : 248, contre 329 hommes. De bon augure pour une meilleure représentation des femmes au Palais Bourbon.
Public Sénat

Par Alice Bardo

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

« Il y a un appel d’air, ce qui ne peut qu’être positif », se réjouit Céline Goeury, membre d’Élues locales, start-up de l’entreprenariat social dédiée à l’amélioration continue de la vie politique française. Le chemin vers la parité à l’Assemblée nationale est long. Autorisées à y siéger depuis une ordonnance du général de Gaulle datant du 21 avril 1944 - « les femmes sont électrices et éligibles dans les mêmes conditions que les hommes » - elles ne sont encore que 155 sur les 577 députés.

Pourtant, depuis une loi de 2000, les partis politiques sont pénalisés s’ils ne respectent pas la parité. « Ce ne sont même pas des amendes », regrette Céline Goeury. Il s’agit en effet d’une baisse de leurs subventions, à hauteur de la moitié de l’écart hommes-femmes parmi les candidats. Désormais, elle s’élève à 75% de cet écart, grâce à une loi du 31 janvier 2007.

« Le fait de ne pas débourser a un côté moins impactant »

Pas de quoi dissuader certains partis, pour qui la parité n’est visiblement pas une priorité. Pour les législatives de 2017, Les Républicains ont investi 39% de candidates féminines, contre 44,2% pour le Parti socialiste, 47,4% pour la France insoumise, 49% pour le Front national et 50% pour la République en marche. La droite a toujours fait figure de mauvais élève, et cela lui a parfois coûté cher. En 2002, l’addition s’élevait à 4 millions d’euros pour l’UMP. « Le fait de ne pas débourser un euro mais d’être ponctionné sur ses subventions a un côté moins impactant », remarque Céline Goeury. Du moins lorsque les partis politiques avaient encore les moyens de payer de telles pénalités...

Le durcissement des pénalités de 2007 a tout de même permis de féminiser l’Assemblée. Alors que les femmes ne représentaient que 18,5% des élus du Palais Bourbon en 2007, ce chiffre est porté à 26,9% en 2012 (155 députées). Une évolution notable, qui plus est si on remonte aux chiffres d’avant 2000 (33 députées en 1945, 42 en 1993).

« Si on arrive à 40% de femmes à l’Assemblée ce serait historique »

Dimanche prochain, ce pourcentage pourrait atteindre jusqu’à 65,5%. Un scénario qui ne devrait cependant pas se réaliser, puisque cela impliquerait que la totalité des femmes présentes au second tour remportent les élections. « Si on arrive à 40% de femmes à l’Assemblée ce serait historique », espère Louis Maurin, à la tête de l’Observatoire des inégalités. Dans l’hypothèse où les 248 députées arrivées en tête au premier tour des législatives remportent le second tour, l’Hémicycle sera composé à 42,5% de femmes. Quasiment le double d’en 2012.

Quoi qu’il en soit, le score du premier tour est « déjà historique ».  Et inattendu : « Alors qu’on pensait atteindre l’égalité vers 2050, ce sera peut-être le cas en 2030 », estime le directeur de l’Observatoire des inégalités.

« Comme REM est un nouveau parti, l’intégration se fait plus naturellement »

Le parti d’Emmanuel Macron n’y est pas pour rien. Sur les 248 députées en tête au premier tour, 187 sont « en marche ». « Comme REM est un nouveau parti, l’intégration se fait plus naturellement », analyse Céline Goeury. Outre la promesse – tenue – de respecter strictement la parité lors des investitures pour les législatives, il semblerait que l’exécutif aimerait voir une femme au « perchoir ». Une information révélée par le Canard enchaîné.

Parmi les noms qui circulent : l’écologiste investie par REM Barbara Pompili, arrivée en tête dans la 2e circonscription de la Somme, la députée sortante Brigitte Bourguignon, ancienne socialiste désormais « en marche » et candidate à sa succession, ou encore la députée LR Laure de la Raudière, en ballottage défavorable dans la 3e circonscription de l’Eure-et-Loir. S’il admet que ce serait symboliquement positif, Louis Maurin rappelle que « l’important c’est que ce soit la personne jugée la plus compétente » qui soit élue à la tête de l’Assemblée nationale.  Il sera toutefois intéressant de voir si des femmes seront nommées à la tête des groupes parlementaires « régaliens », car excepté  aux Armées, ce ne fut pas le cas dans le gouvernement Philippe.

Dans la même thématique

Paris: Illustrations Assemblee nationale
6min

Politique

Faire une trêve politique pendant les JO : « C’est le cache-sexe du blocage politique de l’Assemblée » 

Gérard Larcher a demandé une « trêve politique » pendant les Jeux olympiques et paralympiques. Alors qu’aucun groupe politique ne dispose de majorité absolue à l’Assemblée nationale et que le président de la République n’a toujours pas nommé de Premier ministre, l’idée ne fait pas l’unanimité chez les présidents de groupes du Sénat, même si une trêve de fait risque bien de s’imposer.

Le

Defile militaire du 14 juillet – 14 TH July military parade during French national day
5min

Politique

Ministres démissionnaires et députés : la séparation des pouvoirs va-t-elle être malmenée ?

La démission du gouvernement Attal va être acceptée par le chef de l’Etat sûrement demain, juste avant l’ouverture de la XVIIe législature jeudi, à l’Assemblée nationale où siégeront des membres du gouvernement élus ou réélus députés. Mais alors que la gauche peine à s’accorder pour proposer le nom d’un candidat à Matignon, le gouvernement démissionnaire est parti pour durer quelques semaines, au risque de mordre sur le principe de la séparation des pouvoirs.

Le

Paris: Melenchon, Chikirou and Bompard arriving at the National Assembly
2min

Politique

La France Insoumise «  suspend » les négociations du NFP pour Matignon, accusant le PS de « blocage »

Dans un communiqué de ce lundi après-midi, la France Insoumise annonce se retirer des négociations. La gauche ne parvient pas à s’accorder sur le nom d’un candidat du Nouveau Front Populaire à envoyer à Matignon. Les Insoumis se refusent à une reprise des discussions tant qu’une candidature unique pour la présidence de l’Assemblée n’a pas été décidée. Très critique envers le Parti Socialiste, le communiqué l’accuse de « mettre un veto à toute candidature issue du Nouveau Front Populaire, dans le seul but d’imposer la sienne ».

Le