Législatives : François Ruffin (LFI) annonce sa victoire dans la Somme (twitter)

Législatives : François Ruffin (LFI) annonce sa victoire dans la Somme (twitter)

François Ruffin, candidat de La France insoumise dans la 1ère circonscription de la Somme, a annoncé dimanche soir son élection à...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

François Ruffin, candidat de La France insoumise dans la 1ère circonscription de la Somme, a annoncé dimanche soir son élection à l'Assemblée nationale sur Twitter.

"Ruffin député ! Le peuple à l'Assemblée ! ", a lancé le journaliste et auteur du documentaire "Merci patron!", qui était soutenu par La France insoumise, le PCF et EELV. Il était opposé à un candidat de La République en Marche, Nicolas Dumont, maire (ex-PS) d'Abbeville, qui était arrivé en tête au premier tour avec 10 points d'avance (34,1% des voix contre 24,3%).

"Cette victoire, je vous la dois à vous", a clamé M. Ruffin devant ses soutiens à son QG de campagne à Flixecourt, une commune proche d'Amiens. Sous des cris de joie et des applaudissements, ils sont sortis dans la rue.

Les électeurs ont maintenant à faire un "choix clair (...) pour ou contre le programme d'Emmanuel Macron", avait estimé dimanche dernier M. Ruffin, qui se présentait dans une circonscription traversée par les problématiques de la désindustrialisation (Whirlpool, Goodyear à Amiens) et de la rénovation urbaine (quartier d'Amiens-Nord).

La députée sortante, ex-secrétaire d’État socialiste, Pascale Boistard, qui avait été sèchement éliminée au premier tour (7,06%) avait appelé ses électeurs à voter au second tour pour François Ruffin, seul "candidat de gauche" encore en lice.

Dans la même thématique

Paris: Yael Braun-Pivet reelected National Assembly presiden
6min

Politique

Yaël Braun-Pivet réélue au perchoir : « Il faut que tout change pour que rien ne change », observent les sénateurs

Malgré un revers électoral aux dernières législatives, la candidate de la majorité sortante, Yaël Braun-Pivet a été réélue à la présidence de l’Assemblée nationale. Au Sénat, la gauche évoque « un hold-up démocratique ». Chez les LR et les centristes, c’est le soulagement de ne pas voir un membre du Nouveau Front Populaire qui domine.

Le