Amiens: Francois Ruffin reacts the results evening of the first round of the parliamentary elections

Législatives : François Ruffin réélu dans la Somme avec plus de 53% des voix

L’ancien journaliste, qui briguait un 3e mandat dans la 1e circonscription de la Somme, a réussi (ou échoué) son pari, en glanant plus de 53% des suffrages. Devancé de 7 points lors du 1e tour par la candidate RN, Nathalie Ribeiro Billet (40,69%), le député sortant, qui avait réuni 33,92% des voix, a pu bénéficier du report des voix de la candidate Renaissance, qui s’était désistée dès dimanche soir dernier en faveur de l’ex-insoumis.
Alexis Graillot

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Elle faisait partie des circonscriptions les plus scrutées de ce second tour, dans un territoire où le Rassemblement National a réalisé des excellents scores aux élections européennes. Avec plus de 40 % des voix, le parti d’extrême-droite était en effet arrivé en tête dans la 1e circonscription de la Somme, reléguant l’ensemble des partis de gauche à 25 %.

Pourtant, François Ruffin avait déjà créé une petite surprise au 1er tour de ces élections législatives, réussissant à obtenir près de 34 % des suffrages, largement devant la candidate Renaissance, Albane Branlant, reléguée à 22,68 %. Le député sortant de la Somme aura finalement réussi son pari en remportant sa circonscription avec près de 52 % des voix, juste devant le RN, grâce à un « front républicain » en sa faveur.

Le fondateur du microparti, Picardie Debout se voulait optimiste à l’issue du premier tour : « Il s’agit de jouer le match. On va rattraper ces quatre points dans la semaine qui vient ». Avant de continuer : « Il y a un bon nombre d’électeurs de centre gauche modérés qui vont se dire qu’il vaut mieux un visage humaniste comme celui que je présente maintenant depuis sept ans […] plutôt que le visage de la division et de la haine que présente le Rassemblement national ».

Rupture avec LFI

Ces derniers jours, l’ancien député LFI avait taclé sévèrement à plusieurs reprises Jean-Luc Mélenchon, actant la rupture avec le parti insoumis, ce mercredi sur RTL. « Oui, je suis parti de LFI », avait alors annoncé François Ruffin, qui se présentait au second tour sous la bannière « Divers gauche – NFP ».

Pour celui qui avait fustigé la « bêtise » et le « sectarisme » de la direction de son parti, à la suite des « purges » internes qui avaient vu les députés sortants, Alexis Corbière, Danielle Simmonnet et Raquel Garrido, non-investis par La France Insoumise. Dans la lignée, François Ruffin avait estimé que Jean-Luc Mélenchon constituait un « obstacle à la victoire du Nouveau Front Populaire ».

Dans la même thématique

France New Parliament
7min

Politique

Cafouillages à l’Assemblée nationale pour l’attribution des postes clés

Les députés procèdent ce vendredi à la nomination des membres du « Bureau » de l’Assemblée nationale, la plus haute autorité au Palais Bourbon. Un premier tour du scrutin visant à faire élire six vice-présidents a été annulé à cause du trop grand nombre de bulletins de vote recueillis au moment du dépouillement.

Le

Ursula Von Der Leyen Elected President of the European Commission for the Second Time, Strasbourg, Gallia – 18 Jul 2024
7min

Politique

Qu’est-ce que le « commissaire à la Méditerranée » qu’Ursula von der Leyen propose ?

Ursula von der Leyen vient d’être confortée par les députés européens pour un second mandat à la tête de la Commission. Dans son programme pour les 5 ans à venir, elle s'est engagée à créer un portefeuille de commissaire, séparé, dédié à la Méditerranée. Un premier pas timide pour renforcer les liens fragiles et distendus entre l’Union européenne et les pays de cette région

Le

Paris: Yael Braun-Pivet reelected National Assembly presiden
6min

Politique

Yaël Braun-Pivet réélue au perchoir : « Il faut que tout change pour que rien ne change », observent les sénateurs

Malgré un revers électoral aux dernières législatives, la candidate de la majorité sortante, Yaël Braun-Pivet a été réélue à la présidence de l’Assemblée nationale. Au Sénat, la gauche évoque « un hold-up démocratique ». Chez les LR et les centristes, c’est le soulagement de ne pas voir un membre du Nouveau Front Populaire qui domine.

Le