Législatives : Garrido, Simonnet et Corbière appellent « à passer à l’après Jean-Luc Mélenchon » 

Alexis Corbière et Danielle Simonnet, et Raquel Garrido, députés sortants de La France insoumise non investis par leur formation politique ont étrillé leur ancien leader, Jean-Luc Mélenchon lors d’une conférence de presse.
Rédaction Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Sans investiture de son parti, le député sortant Alexis Corbière est quand même arrivé en tête dans la 7e circonscription de Seine-Saint-Denis avec 40,19 % devant la candidate officiellement investie, par LFI Sabrina Ali-benali (36,39 %). D’autres anciens proches de Jean-Luc Mélenchon, Raquel Garrido et Danielle Simonnet, ont vécu la même situation, respectivement dans la 5e circonscription de Seine-Saint-Denis et dans la 15e de Paris. A la différence de Danielle Simonnet et d’Alexis Corbière, Raquel Garrido est, elle, arrivée en troisième position avec 23,65 % des voix, derrière le candidat investi par LFI Aly Diouara (33,1 %) et la maire de Drancy Aude Lagarde (24,56 %). Elle a annoncé son intention de se désister. « Je ne serais plus députée l’année prochaine », a-t-elle confirmé ce lundi, lors d’une conférence de presse.

« C’est une purge inutile, absurde, indécente » qu’ont dénoncé les députés sortants. « Aucun militant n’a été consulté pour ça. Je sais qui l’a décidée, à savoir celui qui est la principale autorité de la France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon », a déclaré Alexis Corbière.

Il a par la suite dénoncé les méthodes de Jean-Luc Mélenchon. « Il a posté une vidéo en disant que j’avais présenté un faux bulletin. On a troublé des gens. On nous a poursuivis sur le plan judiciaire (pour les empêcher d’utiliser le logo Nouveau Front Populaire NDLR). Pour nous qui avons la conviction que l’urgence est de faire barrage à l’extrême droite, tout ça nous semble décalé […] On a l’impression que l’urgence n’est pas de faire élire des personnes mais d’en battre certaines. Manque de bol, au premier tour on est en tête », a-t-il ajouté en regardant Danielle Simonnet.

Raquel Garrido n’a pas la même fortune. L’ancienne députée a dénoncé les pratiques de LFI qui. « n’aspire pas à être une organisation démocratique […] Je le savais qu’en posant ces débats-là, je m’exposais à une réponse autoritaire de la part de Jean-Luc Mélenchon […] Pourquoi ? Parce qu’il le peut ».

Raquel Garrido a également affirmé « qu’il y avait une gauche qui est d’accord avec le programme de la France Insoumise mais qui n’est pas d’accord avec les méthodes de Jean-Luc Mélenchon. La requête qui nous a été faite par ces bulletins de vote, c’est de passer à l’après Jean-Luc Mélenchon », a-t-elle estimé en précisant qu’elle avait rassemblé 42 % des votes du Front Populaire dans sa circonscription.

Enfin, l’ancienne députée a mis en avant les insultes qu’elle subit sur les réseaux sociaux en, provenance, selon elle, « des fermes à trolls administrées depuis le siège de la France Insoumise ».

 

Pour aller plus loin

Dans la même thématique

Paris: Illustrations Assemblee nationale
6min

Politique

Faire une trêve politique pendant les JO : « C’est le cache-sexe du blocage politique de l’Assemblée » 

Gérard Larcher a demandé une « trêve politique » pendant les Jeux olympiques et paralympiques. Alors qu’aucun groupe politique ne dispose de majorité absolue à l’Assemblée nationale et que le président de la République n’a toujours pas nommé de Premier ministre, l’idée ne fait pas l’unanimité chez les présidents de groupes du Sénat, même si une trêve de fait risque bien de s’imposer.

Le

Defile militaire du 14 juillet – 14 TH July military parade during French national day
5min

Politique

Ministres démissionnaires et députés : la séparation des pouvoirs va-t-elle être malmenée ?

La démission du gouvernement Attal va être acceptée par le chef de l’Etat sûrement demain, juste avant l’ouverture de la XVIIe législature jeudi, à l’Assemblée nationale où siégeront des membres du gouvernement élus ou réélus députés. Mais alors que la gauche peine à s’accorder pour proposer le nom d’un candidat à Matignon, le gouvernement démissionnaire est parti pour durer quelques semaines, au risque de mordre sur le principe de la séparation des pouvoirs.

Le

Paris: Melenchon, Chikirou and Bompard arriving at the National Assembly
2min

Politique

La France Insoumise «  suspend » les négociations du NFP pour Matignon, accusant le PS de « blocage »

Dans un communiqué de ce lundi après-midi, la France Insoumise annonce se retirer des négociations. La gauche ne parvient pas à s’accorder sur le nom d’un candidat du Nouveau Front Populaire à envoyer à Matignon. Les Insoumis se refusent à une reprise des discussions tant qu’une candidature unique pour la présidence de l’Assemblée n’a pas été décidée. Très critique envers le Parti Socialiste, le communiqué l’accuse de « mettre un veto à toute candidature issue du Nouveau Front Populaire, dans le seul but d’imposer la sienne ».

Le