FRA: Meeting FX. Bellamy campagne europeennes 2024

Législatives : Gérard Larcher va rencontrer Emmanuel Macron en fin de journée

Selon une information du Figaro, confirmée à Public Sénat le Président du Sénat se rend à l’Elysée en fin de journée pour évoquer la situation politique inédite au sortir des élections législatives qui a vu arriver en tête le Nouveau Front Populaire et la menace d’une Assemblée nationale bloquée en 3 blocs.
Caroline Deschamps

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

« Il ne s’agit pas d’un rendez-vous secret », glisse-t-on du côté de la présidence du Sénat. Face à la situation de blocage du pays à la suite des résultats des élections législatives et alors que les macronistes tentent d’élargir leur assise à l’Assemblée aux LR et aux sociodémocrates, le Président de la République consulte. Et il reçoit ce soir le Président du Sénat à l’Elysée.

« C’est une initiative du Président à laquelle le Gérard Larcher répond dans une posture d’écoute », précise-t-on dans l’entourage du Président du Sénat.

Au lendemain du 7 juillet, Gérard Larcher s’était fendu d’un communiqué très sévère dans lequel il accusait le chef de l’Etat d’avoir précipité la France « dans une instabilité politique gravement préjudiciable ». « L’ex-majorité relative, par sa politique du en même temps nous a conduits à cette situation », écrivait-il.

Se réjouissant de la défaite du RN, le Président du Sénat s’en est ensuite pris à l’alliance de gauche, dont l’application du programme conduirait à un « désastre économique et social ».

Concernant la stratégie de son camp face à une éventuelle coalition entre le camp présidentiel et LR, les sénateurs du groupe ont été très clairs à la réunion hebdomadaire ce matin. Pour la majorité d’entre eux, il n’en est pas question. (Lire notre article sur le sujet).

« Un doux rêve » avait affirmé Bruno Retailleau la veille sur TF1.

Il n’empêche certains à l’Assemblée pourraient être tentés. Alors Emmanuel Macron se met à l’écoute… avant de s’envoler demain à Washington pour le sommet de l’Otan.

Pour aller plus loin

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le