Législatives : hécatombe au Parti socialiste

Législatives : hécatombe au Parti socialiste

Les législatives auront eu raison de nombreux ténors du Parti socialiste. De Myriam El-Khomri à Christian Paul, en passant par Jean-Jacques Urvoas, ils ont été éliminés au second tour. De nombreux autres n'avaient pas passé le premier.
Public Sénat

Par Alice Bardo

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Aurélie Filippetti, Benoît Hamon, François Lamy, Juliette Méadel, Patrick Mennucci, Christiphe Sirugue, Christophe Borgel, Jean-Christophe Cambadélis, Matthias Fekl. Tous ont été éliminés dès le premier tour des législatives. Parmi ceux qui avaient franchi cette première étape, beaucoup n’ont pas réussi à obtenir un siège au Palais Bourbon.

Jean-Jacques Urvoas

Jean-Jacques Urvoas à Paris le 26 février 2017
Jean-Jacques Urvoas à Paris le 26 février 2017
AFP/Archives

L’ex-ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas a été battu par la candidate Annaig Le Meur dans la première circonscription du Finistère. Il a obtenu 45,55% de suffrages exprimés au second tour et cède ainsi son siège de député, qu’il occupait depuis deux mandats.

Myriam El Khomri

La candidate PS aux élections législatives dans la 18e circonscription de Paris Myriam El Khomri, le 14 juin 2017.
La candidate PS aux élections législatives dans la 18e circonscription de Paris Myriam El Khomri, le 14 juin 2017.
AFP

Myriam El Khomri, ancienne ministre du Travail, a été battue par Pierre-Yves Bournazel (LR) dans la 18ème circonscription de Paris. Les deux candidats se revendiquaient de la majorité présidentielle. L’une affirmait avoir eu le soutien du Président, l’autre celui d’Édouard Philippe.

Najat Vallaud Belkacem

Najat Vallaud-Belkacem à l'Elysée le 5 avril 2017
Najat Vallaud-Belkacem à l'Elysée le 5 avril 2017
AFP/Archives

Najat Vallaud-Belkacem, ancienne ministre de l'Éducation, s’est inclinée dans la sixième circonscription du Rhône face au candidat En Marche Bruno Bonnell. Selon des résultats partiels, ce dernier aurait obtenu 40% des voix.  

Marisol Touraine

L'ancienne ministre de la santé Marisol Touraine à l'Élysée, le 22 mars 2017
L'ancienne ministre de la santé Marisol Touraine à l'Élysée, le 22 mars 2017
AFP/Archives

Marisol Touraine n’a pas été réélue dans la troisième circonscription d’Indre-et-Loire. Elle a été battue par Sophie Auconie (UDI-LR) alors qu’elle était en ballottage favorable. L’ancienne ministre de la Santé faisait partie des quelques socialistes à qui La République en marche n’avait pas opposé de candidat. Investie par le Parti socialiste, elle avait fait le choix de ne pas mettre le logo PS sur son affiche de campagne. 

Bernard Combes

Le président François Hollande et le maire socialiste de Tulle Bernard Combes, dans les rues de Tulle le 23 mars 2014
Le président François Hollande et le maire socialiste de Tulle Bernard Combes, dans les rues de Tulle le 23 mars 2014
Nicolas Tucat

Bernard Combes, maire de Tulle et ancien conseiller de François Hollande, perd le second tour des législatives, avec 46,57% des suffrages exprimés. Il a été battu par le candidat d’En Marche, Christophe Jerretie.

Christian Paul

Christian Paul (PS), lors d'une séance photo  à Paris, le 28 septembre 2016
Christian Paul (PS), lors d'une séance photo à Paris, le 28 septembre 2016
AFP/Archives

Dans la deuxième circonscription de la Nièvre, fief historique du PS, Christian Paul, ancien chef des députés frondeurs du PS, a lui aussi été battu par un candidat REM, Patrice Perrot, qui a obtenu 54,62% des voix.

À l’issue du second tour des législatives, le Parti socialiste a remporté 32 sièges. En 2012, il en avait obtenu 280. Jean-Chirstophe Cambadélis a annoncé sa démission de la tête du PS peu après les résultats.

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le