Législatives : « Il n’y a pas de stratégie autre que le vote en faveur des candidats de la majorité », assure Hervé Marseille

Au lendemain d’une réunion en visio entre les cadres de la majorité et le chef de l’Etat pour définir la stratégie à adopter entre les deux tours des législatives, l’un des participants, le président de l’UDI assure qu’il n’y a pas d’autre stratégie autre que celle qui doit prévaloir au premier tour : « Privilégier le vote en faveur des candidats Ensemble pour la République ».
Rédaction Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Un Sphinx. Hervé Marseille, le président du groupe centriste au Sénat et de l’UDI n’a pas souhaité déflorer le contenu de la réunion qui s’est tenue hier en visio. Selon le Parisien, l’objet des discussions portait sur les consignes de vote en cas de duel RN-LFI ou de triangulaires. Et Emmanuel Macron aurait semblé privilégier la ligne du « ni-ni », renvoyant dos à dos, le Nouveau Front Populaire et le Rassemblement National.

« Il n’y a pas de consigne. Il n’y a pas de stratégie autre que celle qui doit prévaloir au premier tour, c’est-à-dire privilégier le vote en faveur des candidats Ensemble pour la République […] On n’a pas encore voté donc il n’y a pas encore de décision pour savoir ce qui se passera après le premier tour », s’est borné a déclaré Hervé Marseille.

Le journal Le Monde a réalisé plusieurs enquêtes insistant sur le rôle majeur du conseiller mémoire d’Emmanuel Macron, Bruno Roger-Petit, mais aussi de l’ancien sénateur LR, Pierre Charon dans le choix de cette dissolution. Proche de Pierre Charon, Hervé Marseille a mollement démenti. « C’est assez incroyable de prêter à un seul homme et même à quelqu’un d’avoir porté cette affaire. Le président de la République, comme tous les Présidents, il peut écouter un certain nombre de gens et puis il prend sa décision en responsabilité. Ce n’est pas une personnalité qui peut lui imposer ».

 

 

 

 

 

 

Dans la même thématique

Paris: Illustrations Assemblee nationale
6min

Politique

Faire une trêve politique pendant les JO : « C’est le cache-sexe du blocage politique de l’Assemblée » 

Gérard Larcher a demandé une « trêve politique » pendant les Jeux olympiques et paralympiques. Alors qu’aucun groupe politique ne dispose de majorité absolue à l’Assemblée nationale et que le président de la République n’a toujours pas nommé de Premier ministre, l’idée ne fait pas l’unanimité chez les présidents de groupes du Sénat, même si une trêve de fait risque bien de s’imposer.

Le

Defile militaire du 14 juillet – 14 TH July military parade during French national day
5min

Politique

Ministres démissionnaires et députés : la séparation des pouvoirs va-t-elle être malmenée ?

La démission du gouvernement Attal va être acceptée par le chef de l’Etat sûrement demain, juste avant l’ouverture de la XVIIe législature jeudi, à l’Assemblée nationale où siégeront des membres du gouvernement élus ou réélus députés. Mais alors que la gauche peine à s’accorder pour proposer le nom d’un candidat à Matignon, le gouvernement démissionnaire est parti pour durer quelques semaines, au risque de mordre sur le principe de la séparation des pouvoirs.

Le

Paris: Melenchon, Chikirou and Bompard arriving at the National Assembly
2min

Politique

La France Insoumise «  suspend » les négociations du NFP pour Matignon, accusant le PS de « blocage »

Dans un communiqué de ce lundi après-midi, la France Insoumise annonce se retirer des négociations. La gauche ne parvient pas à s’accorder sur le nom d’un candidat du Nouveau Front Populaire à envoyer à Matignon. Les Insoumis se refusent à une reprise des discussions tant qu’une candidature unique pour la présidence de l’Assemblée n’a pas été décidée. Très critique envers le Parti Socialiste, le communiqué l’accuse de « mettre un veto à toute candidature issue du Nouveau Front Populaire, dans le seul but d’imposer la sienne ».

Le