Législatives : « Il n’y aura qu’un seul label LR », prévient Gérard Larcher

Invité du 20 heures de TF1, le président du Sénat, a répondu à Éric Ciotti, tout juste déchu de son mandat de président des Républicains. Ce dernier avait affirmé, en début de soirée, qu’environ 80 candidats LR seraient soutenus par le Rassemblement national.
Guillaume Jacquot

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

L’exclusion ce 12 juin d’Éric Ciotti de la présidence des Républicains est une décision « logique » du bureau politique, s’est félicité Gérard Larcher, invité du journal 20 heures de TF1. Le désormais ex-patron du parti avait annoncé une alliance électorale avec le Rassemblement national aux législatives du 30 juin et du 7 juillet, de façon solitaire. « Éric Ciotti n’avait pas respecté les orientations politiques qui étaient arrêtées par le bureau politique de notre mouvement et c’était une utile clarification. L’unanimité des sénateurs hier dans un vote, après un débat de deux heures et quart, l’ensemble des députés sauf une députée, ont partagé cette décision de ne pas suivre Éric Ciotti », a insisté le président du Sénat.

De son côté, l’intéressé met en cause la légalité de la décision du bureau politique et continue de défendre l’union des droites. Interviewé sur CNews, en début de soirée, Éric Ciotti a affirmé avoir préparé avec ses équipes les investitures pour les législatives, des candidats étiquetés LR qui seront soutenus par le RN, selon lui. « Il y en a à ce stade autour de 80 », a-t-il précisé.

Une décision que ne reconnaît pas Gérard Larcher. « Il n’y aura qu’un seul label LR donné par notre commission nationale d’investiture, présidée par Michèle Tabarot, la députée des Alpes Maritimes », a tenu à insister le président du Sénat, qui a lui-même participé aux premières désignations de cette CNI en fin d’après-midi. Le chef des députés LR Olivier Marleix a annoncé que tous les sortants avaient été réinvestis, à l’exception d’Éric Ciotti, et de Christelle D’Intorni.

La CNI a examiné plus du tiers des départements, selon Gérard Larcher. Ses travaux se poursuivront demain.

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le