Législatives : Jordan Bardella dénonce « l’alliance du déshonneur » entre l’exécutif et la gauche

Jordan Bardella, le président du Rassemblement national, a estimé que la progression enregistrée par son parti au second tour des législatives, sans lui permettre de s’imposer à l’Assemblée nationale, annonçait « la victoire de demain ».
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

« Le Rassemblement national incarne plus que jamais la seule alternance », a estimé Jordan Bardella, le président du RN, quelques minutes après l’annonce des résultats. Alors que son parti, à rebours de tous les pronostics, est arrivé en troisième position à l’issue du second tour des législatives anticipées, l’eurodéputé a préféré insister sur la percée historique qu’a réalisée le RN.

Le parti co-fondé par Jean-Marie Le Pen est désormais en mesure d’envoyer entre 132 et 152 députés à l’Assemblée nationale, selon les premières estimations, loin du seuil des 289 pour décrocher une majorité absolue, mais bien plus que les 89 députés RN élus en 2022.

» Suivez notre direct sur les résultats des législatives

« La victoire de demain »

« Un vent d’espoir dans le pays s’est levé, et il ne cessera plus jamais de souffler », a assuré Jordan Bardella. « La dynamique qui porte le RN, qui l’a mis en tête du premier tour et qui lui a permis de doubler son nombre de députés sont les éléments constitutifs de la victoire de demain », a-t-il déclaré.

Il a longuement fustigé « l’alliance du déshonneur et les arrangements électoraux dangereux passés par Emmanuel Macron et Gabriel Attal avec l’extrême gauche », et qui prive les Français « d’une politique de redressement ». Il a également raillé un bloc qui s’étend, selon lui, « de Philippe Poutou à Edouard Philippe » ; manière de dénoncer le barrage républicain qui a permis d’endiguer la percée du RN.

Le protégé de Marine Le Pen indique qu’il ne tombera dans « aucune compromission politicienne », repoussant toute idée de participation à une éventuelle coalition, alors qu’aucune majorité claire, en mesure de gouverner, ne ressort des urnes. « Ce soir, tout commence, un vieux monde est tombé, rien ne peut arrêter un peuple qui s’est remis à espérer », a conclu Jordan Bardella.

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le