Législatives: Laurent (PCF) veut un “accord national” à gauche

Législatives: Laurent (PCF) veut un “accord national” à gauche

Le secrétaire national du Parti communiste Pierre Laurent a appelé mardi à un "accord large et national" et "une bannière commune...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Le secrétaire national du Parti communiste Pierre Laurent a appelé mardi à un "accord large et national" et "une bannière commune", notamment entre le PCF et La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon, en vue des prochaines élections législatives.

Juste avant une nouvelle réunion entre les deux organisations mardi en fin d'après-midi, M. Laurent a déploré que "les premières propositions discutées vendredi entre nos forces politiques envisagent un accord limité à un petit nombre de circonscriptions".

"Ce n'est pas à la hauteur de la situation. Cela ne dessine aucune ambition véritable. Il faut un accord large et national qui permette de gagner", a-t-il poursuivi dans un communiqué transmis à l'AFP.

Vendredi, le PCF avait proposé des retraits réciproques dans 30 circonscriptions au total, 15 réservées au PCF, 15 à La France insoumise.

"Il est crucial que (...) la France insoumise, le Parti communiste, Ensemble, les militants du Front de gauche, et toutes celles qui voudront se joindre à elles pour cet objectif, unissent leurs énergies et présentent dans chaque circonscription une candidature capable de porter le plus loin possible le résultat et, dans des centaines d’entre elles, de se qualifier au second tour et de l’emporter", a encore plaidé le sénateur de Paris en proposant la création d'un label commun.

"Ensemble, nous pouvons nous donner l’objectif de porter +la force du peuple à l’Assemblée nationale+. C'est sous cette bannière commune, qui respecte tout à la fois la place singulière tenue par notre candidat à la présidentielle et chacune de nos forces, que je propose de rassembler tous nos candidats", a-t-il ajouté.

Les déclarations de candidatures doivent être déposées entre le 15 et le 19 mai.

Les discussions entre les deux formations concernant les législatives s'étaient interrompues plusieurs semaines avant le premier tour de la présidentielle, faute de trouver un terrain d'entente.

Le PCF refuse notamment de signer comme le réclame la formation mélenchoniste une "charte" dans laquelle il s'engagerait à présenter ses candidats sous le logo La France insoumise, à une discipline de vote, et à dépendre de l'association de financement de La France insoumise.

De son côté, La France insoumise estime qu'il existe "une difficulté: les députés PCF qui n'ont pas accordé leur parrainage à Jean-Luc Mélenchon" à l'élection présidentielle.

Dans la même thématique

Paris : Deux policiers blesses par balle comissariat 13 eme arrondissment
4min

Politique

Sécurité : que proposent les grands blocs politiques pour les élections législatives ?

Ce lundi 14 juin, la campagne pour les élections législatives s’est ouverte, et les programmes des principales forces politiques ont été dévoilés. La sécurité est au cœur du débat et suscite une attention tout particulière au sein de l’opinion publique. Petit aperçu des différentes propositions et promesses sur ce sujet clivant entre les partis.

Le

Rentree scolaire Ecole Primaire Maternelle Saint-Philippe a Nice
7min

Politique

Législatives anticipées : que proposent les trois blocs sur l’éducation ?

Après le pouvoir d’achat, la sécurité et l’immigration, l’éducation divise les différents candidats aux élections législatives. Si le programme gouvernemental sur l’école est bien connu, les deux autres blocs politiques en lice pour les élections législatives prônent des mesures radicalement opposées.

Le

Paris : Auditions au MEDEF
6min

Politique

Législatives : ces sénateurs tentés par la ligne Ciotti/Bardella

Depuis l’alliance annoncée entre Éric Ciotti et Jordan Bardella aux élections législatives, les sénateurs du groupe LR du Sénat font officiellement bloc derrière la ligne d’autonomie définie par le bureau politique du parti. Mais dans cette campagne éclair, certains expriment leurs divergences. Après les 7 juillet, elles pourraient bien s’accentuer.

Le