Législatives: le FN inquiet de ne pas obtenir de groupe à l’Assemblée

Législatives: le FN inquiet de ne pas obtenir de groupe à l’Assemblée

Après une campagne des législatives sans direction face à la déferlante Macron, le FN n'est même plus sûr d'obtenir un groupe à l'Assemblée...
Public Sénat

Par Guillaume DAUDIN

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Après une campagne des législatives sans direction face à la déferlante Macron, le FN n'est même plus sûr d'obtenir un groupe à l'Assemblée nationale, un affaiblissement supplémentaire après le second tour raté de la présidentielle qui aviverait encore les tensions avant la grande explication interne.

Marine Le Pen, en meeting jeudi soir à Calais, a pris les devants en soutenant la candidature de son proche conseiller et beau-frère Philippe Olivier: si le FN et ses 10,6 millions de voix au second tour de la présidentielle butait sur le seuil de 15 députés nécessaire pour obtenir un groupe parlementaire, ça ne serait "pas le problème du FN mais de la démocratie dans notre pays".

Obtenir un groupe, autrefois un minimum, est désormais l'objectif du parti qui se présente comme la "seule opposition" à Emmanuel Macron. Ne pas l'obtenir serait "un échec", reconnaît un dirigeant.

De source frontiste, Marine Le Pen, Bruno Bilde et Philippe Olivier dans le Pas-de-Calais, Sébastien Chenu et Ludovic de Danne dans le Nord, Paul-Henry Hansen-Catta, François de Voyer et Damien Philippot dans l'Aisne, Jean-Lin Lacapelle et Stéphane Ravier dans les Bouches-du-Rhône, Hervé de Lépineau dans le Vaucluse ou Jérôme Rivière dans le Var devraient faire leur entrée à l'Assemblée nationale.

Mais que 2016 paraît loin, lorsque Marine Le Pen s'imaginait, en cas d'accession à l'Elysée, une majorité au Palais Bourbon, ou qu'un ténor misait sur "200 députés" FN en cas de défaite...

"Tout le monde en a marre. Il est temps que la campagne s'achève", confie un responsable frontiste: dans cette courte campagne, le FN n'a pas "imprimé" sur le fond.

En cause, au-delà de la révélation de propos passés anti-islam, homophobes ou racistes de certains candidats, la mauvaise dynamique enclenchée avec le second tour de la présidentielle raté: retrait temporaire du FN de Marion Maréchal-Le Pen, retour à l'isolement d'un Nicolas Dupont-Aignan très affaibli et divisions internes sur la place de l'euro dans le programme.

- Grande explication interne -

Très vite après les législatives débutera la grande explication interne avec, comme l'indiquait L'Opinion, un bureau politique le 20 juin, prévu la semaine dernière mais officiellement repoussé pour cause de campagne.

Le vice-président du Front national Florian Philippot (d) et son frère Damien Philippot en campagne à Laon, dans le nord de la France, le 2 juin 2017
Le vice-président du Front national Florian Philippot (d) et son frère Damien Philippot en campagne à Laon, dans le nord de la France, le 2 juin 2017
AFP/Archives

Dans la transformation interne du parti, qui pourrait aboutir lors d'un congrès fin 2017 début 2018 à un nouveau nom pour le parti cofondé en 1972 par son père, "Marine Le Pen sera-t-elle au-dessus de la mêlée ? Est-ce qu'elle participera au débat ?", se demande un dirigeant.

Surtout, laissera-t-elle la possibilité d'écarter la sortie de l'euro du programme, ce que beaucoup espèrent, ou veut-elle juste ripoliner une nouvelle fois le discours FN sur cette sortie ?

Wallerand de Saint Just, trésorier du FN, ne "la voit pas abandonner" la sortie de l'euro "qu'elle a théorisé depuis toutes ces années. Ca rendrait bancal tout notre programme économique", explique-t-il à l'AFP.

Damien Philippot, frère de Florian, souligne aussi que Marine Le Pen doit "toute la croissance électorale du FN" à cette ligne-là "qu'elle a définie depuis 2006".

Les partisans de Marion Maréchal-Le Pen, le secrétaire général Nicolas Bay ou le député Gilbert Collard espèrent pourtant profiter du prochain congrès pour remiser cette proposition clivante et se lancer à la conquête de l'électorat de droite.

La future ex-députée du Vaucluse voit "des choses à faire" avec l'aile droite de LR, notamment Laurent Wauquiez, mais Damien Philippot "ne croit pas une seconde" à une telle stratégie: "Je ne vois pas ce qu'on a en commun avec des gens de LR fédéralistes", tranche-t-il.

Autre enjeu du débat interne, la place de Florian Philippot, qui a agacé Marine Le Pen en lançant son association "Les Patriotes" en pleine campagne des législatives.

Il a menacé de quitter le FN si le congrès aboutissait à ne plus vouloir sortir de l'euro, donnant du relief à des propos de l'été dernier rapportés à l'AFP : "En 2017, le FN, je vais voir comment ça tourne. Je vais pas forcément y rester des années".

Dans la même thématique

France New Parliament
7min

Politique

Cafouillages à l’Assemblée nationale pour l’attribution des postes clés

Les députés procèdent ce vendredi à la nomination des membres du « Bureau » de l’Assemblée nationale, la plus haute autorité au Palais Bourbon. Un premier tour du scrutin visant à faire élire six vice-présidents a été annulé à cause du trop grand nombre de bulletins de vote recueillis au moment du dépouillement.

Le

Ursula Von Der Leyen Elected President of the European Commission for the Second Time, Strasbourg, Gallia – 18 Jul 2024
7min

Politique

Qu’est-ce que le « commissaire à la Méditerranée » qu’Ursula von der Leyen propose ?

Ursula von der Leyen vient d’être confortée par les députés européens pour un second mandat à la tête de la Commission. Dans son programme pour les 5 ans à venir, elle s'est engagée à créer un portefeuille de commissaire, séparé, dédié à la Méditerranée. Un premier pas timide pour renforcer les liens fragiles et distendus entre l’Union européenne et les pays de cette région

Le

Paris: Yael Braun-Pivet reelected National Assembly presiden
6min

Politique

Yaël Braun-Pivet réélue au perchoir : « Il faut que tout change pour que rien ne change », observent les sénateurs

Malgré un revers électoral aux dernières législatives, la candidate de la majorité sortante, Yaël Braun-Pivet a été réélue à la présidence de l’Assemblée nationale. Au Sénat, la gauche évoque « un hold-up démocratique ». Chez les LR et les centristes, c’est le soulagement de ne pas voir un membre du Nouveau Front Populaire qui domine.

Le