Législatives : le nombre de candidat en France au plus bas depuis 1988

Législatives : le nombre de candidats en France au plus bas depuis 1988

Selon la liste publiée par le ministère de l’Intérieur, on recense près de 2300 candidats de moins par rapport aux législatives de 2022. La part des femmes dans les candidatures est également en baisse.
Guillaume Jacquot

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Le panorama général des candidatures aux élections législatives est parlant. Sur la base de la liste des candidats publiée hier soir par le ministre de l’Intérieur, on recense 4011 candidats, soit une moyenne de 7 par circonscription. C’est le plus faible nombre de candidatures depuis 1988, où on en avait enregistré 2841 (5 candidats par circonscription en moyenne).

Lors des précédentes élections, en 2022, 6293 candidatures avaient été déposées (11 en moyenne par circonscription). Pour 2017, on en comptait 7877 (14 candidats par circonscription). En moyenne, au cours des sept dernières élections législatives où le nombre de sièges à pourvoir était à 577, le nombre de candidatures s’est établi à environ 6000 candidats.

Deux éléments expliquent cet étiage inédit en 36 ans : l’imprévisibilité de la dissolution et le délai inhabituellement court pour faire acte de candidature, à peine une semaine. Le nombre élevé de candidatures d’union, notamment à gauche avec le Nouveau front populaire, est un autre facteur qui conduit à ce faible nombre global de candidatures. La situation tranche avec les dernières élections législatives provoquées par une dissolution, en 1997. À l’époque, 6242 candidatures ont été déposées et plusieurs observateurs ont souligné « l’inflation » du nombre de candidatures, en progression de 20 % par rapport à 1993 et même 50 % par rapport à 1988.

La part des femmes en baisse

Parmi les 4011 candidats, 2362 sont des hommes (58,9 %) et 1649 des femmes (41,1 %). La part des femmes candidates a diminué par rapport aux législatives de 2022. Elles étaient 44,2 % il y a deux ans. Pour rappel, les partis doivent présenter 50 % de candidats titulaires de chaque sexe aux législatives, avec un écart maximum de 2 % entre les deux, sous peine de retenus sur les financements publics accordés par l’État.

Les candidats Rassemblement national et ceux étiquetés « union de la gauche » sont ceux à s’être le plus approché de l’objectif fixé par la loi sur la parité, avec 52 % d’hommes et 48% de femmes. Les candidats « Ensemble ! » (majorité présidentielle) font un peu moins bien, avec 55 % de titulaires masculins et 45 % de titulaires féminins.

Les déséquilibres sont patents sur d’autres nuances. Sur les 305 candidats indiqués « Les Républicains » par le ministère de l’Intérieur, on compte 67,2 % d’hommes et seulement 32,8 % de femmes. Quant aux candidats « union de l’extrême droite », correspondant aux candidats d’Éric Ciotti soutenus par le RN, on totalise 82,5 % d’hommes contre 17,5 % de femmes.

Pour aller plus loin

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le