Jordan Bardella devant le siège du Rassemblement national le 10 juin 2024

Législatives : Le RN devrait présenter un programme « Marine 2022 croisé européennes 2024 »

Alors que la campagne pour les législatives anticipées débute, que sait-on du programme qui sera défendu par les candidats du Rassemblement national, qui est donné grand favori après son score aux élections européennes ?
Camille Romano

Temps de lecture :

5 min

Publié le

Mis à jour le

C’est le « plan Matignon » qui se déroule avec l’entrée en campagne pour les élections des 30 juin et 7 juillet. Une campagne éclair, réduite à seulement trois semaines… et pour laquelle le programme est encore à définir. Le délai court ne laisse pas de temps à l’innovation : que ce soit Marine Le Pen ou Jordan Bardella, les têtes d’affiche du RN mettent en avant trois points sur lesquels ils fonderont la campagne : le pouvoir d’achat, la sécurité et l’immigration.

Jordan Bardella a détaillé rapidement sur RTL ce mardi matin quelques mesures qui seront défendues par son parti, avec une attention particulière sur les prix de l’énergie. « Le président de la République veut augmenter au 1er juillet de 10 % les prix du gaz, nous souhaitons y renoncer ». Le président du parti a également rappelé une mesure défendue depuis plusieurs années par le RN : baisser la TVA sur les prix de l’énergie (l’électricité, le gaz, le fioul), mais aussi sur le carburant.

Pouvoir d’achat, sécurité et immigration

Alors que les milieux économiques s’inquiètent de la possible arrivée de son parti au pouvoir, Jordan Bardella a voulu mettre en avant une attention particulière aux entreprises, en comptant « déverrouiller toutes les contraintes qui pèsent sur la croissance. Nous devons redevenir un pays de producteurs », a-t-il affirmé. Avant de détailler quelques pistes programmatiques : « Je pense que l’économie, ce sont quelques convictions : la simplification, le besoin de patriotisme économique, la baisse de la fiscalité sur les entreprises, les classes populaires et les classes moyennes, la sortie des règles européennes de tarification des prix de l’électricité… »

Pas question pour le RN de ne pas faire campagne pour des mesures historiques du parti : « Je ferais du rétablissement de l’ordre et de la sécurité ma priorité absolue dans les trois ans », a ainsi annoncé le président du parti. Il a également réitéré son désir de mettre en place la préférence nationale pour le versement des allocations.

Rétropédalage sur les retraites ?

Mais Jordan Bardella a semblé hésiter sur la position qu’il adopterait sur la réforme des retraites s’il devait occuper Matignon. Alors que son parti s’était fermement opposé à la réforme des retraites portée par Élisabeth Borne en 2023, Jordan Bardella a balayé d’un simple « nous verrons », la question d’une éventuelle abrogation de la loi. « J’ai la lucidité et l’honnêteté de dire aux Français que la situation économique dont nous allons hériter […] sera compliquée. Par conséquent, nous serons, dans le cadre d’une cohabitation, amenés à faire des choix. » a-t-il justifié. « Je souhaite que tous ceux qui ont commencé à travailler avant 20 ans puissent voir le dispositif de carrières longues renforcé et partir avec 40 annuités. »

Un premier rétropédalage, pour pouvoir plaire à de potentiels alliés politiques, comme Éric Ciotti, qui lui s’était montré largement favorable à la réforme du système de retraites ? Pourtant, selon Marine Le Pen, interrogée à ce sujet sur le plateau de TF1 répondait qu’en cas de victoire aux législatives, ce serait « évidemment le programme du Rassemblement national » qui serait appliqué. « Nous choisirons comme feuille de route toute une série de propositions que nous avons pu faire par le passé aux Français et qui nous apparaissent essentielles, dans le domaine du pouvoir d’achat, de la sécurité, de la maîtrise de l’immigration. » a-t-elle ajouté. Mais déjà lundi soir, la désormais ex-députée des Hauts de France avait évoqué la contrainte de la « situation désastreuse budgétaire laissée par Emmanuel Macron », comme pour devancer de futures critiques…

Difficile d’en savoir plus pour l’instant sur le contenu précis du programme du parti de Marine Le Pen. Selon Jean-Philippe Tanguy, député RN sortant de la Somme interrogé par Public Sénat, ce sera « le programme de Marine 2022 croisé avec les européennes 2024, avec les ajustements que l’actualité a pu créer depuis ». La privatisation de l’audiovisuel public a elle été confirmée par l’ex-député Sébastien Chenu sur le plateau de BFMTV dès lundi, avançant qu’elle permettrait de faire 3 milliards d’euros de revenus pour faire face à la dette. Une information qui a eu un impact rapide sur le cours en bourse des chaînes privées TF1 et M6, dont les cours affichaient respectivement -6,15% et -2,97% à la Bourse de Paris ce mardi. Des mesures comme la mise en place d’un référendum sur l’immigration, la sortie de la tarification européenne de l’électricité ou encore la défense d’une « double-frontière », devraient aussi être de la partie.  

 

Dans la même thématique

France : Conference de presse Nouveau Front Populaire
6min

Politique

Le programme des 100 premiers jours du « Nouveau Front populaire » 

Pouvoir d’achat, salaire, énergie, Gaza… Le « Nouveau Front populaire », qui rassemble les principaux partis de gauche, a dévoilé les mesures-clés de son programme commun de gouvernement en cas d’accession au pouvoir à l’issue des législatives anticipées.

Le

France : Conference de presse Nouveau Front Populaire
5min

Politique

Nouveau Front populaire : la répartition des circonscriptions est bouclée, les partis désignent leurs candidats

Dans la soirée de jeudi, le Parti socialiste, la France insoumise, le Parti communiste et les Ecologistes, ainsi que plusieurs autres petits partis de gauche, ont scellé leur accord, actant la naissance du Nouveau Front populaire pour faire face au Rassemblement National. Dépassées, donc, les querelles sur les répartitions des circonscriptions. Pourtant, plusieurs cas posaient problème.

Le