Législatives : les anciens ministres PS en difficulté

Législatives : les anciens ministres PS en difficulté

En difficulté dans leurs circonscriptions, Myriam El Khomri et Najat Vallaud-Belkacem, ont reçu respectivement le soutien de Bernard Cazeneuve, Anne Hidalgo et Christiane Taubira.
Public Sénat

Par Yann Quercia @YannQuerciaa

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

C’est dans un restaurant du 18e arrondissement que Bernard Cazeneuve est venu apporter son soutien à l’ancienne ministre du travail, Myriam El Khomri. Au premier tour, elle a recueilli 20,23% des voix et a terminé loin derrière le candidat LR, Pierre-Yves Bournazel.

« Je suis candidate socialiste mais je ne me situe pas dans l’opposition à Emmanuel Macron.»

Après la débâcle du Parti socialiste au premier tour des élections législatives, Bernard Cazeneuve a rappelé « Nous avons besoin de parlementaires de la gauche de gouvernement à l'Assemblée nationale pour que ce à quoi nous tenons (...) puisse être défendu dans un contexte où la droite cherche par tous les moyens à imposer au président de la République un tête-à-tête avec elle. »

Alors que le second tour s'annonce délicat pour l’ancienne ministre, Bernard Cazeneuve a rappelé que Myriam El Khomri « est une femme sincère, engagée et courageuse. C’est une femme authentique qui a une relation ancienne avec le 18e arrondissement. »

Présentée comme candidate du Parti socialiste, Myriam El Khomri  revendique « un soutien officiel » du président de la République issu de « conversations privées ». Elle a rappelé ce matin : « Je suis candidate socialiste mais je ne me situe pas dans l’opposition à Emmanuel Macron.» Elle a ensuite rappelé « qu’il ne faut pas changer ses convictions et être une girouette(…) Je suis une sociale-démocrate assumée. »

"Sincère, engagée, courageuse" : Cazeneuve soutien Myriam El Khomri
03:50

 

« La présence d'Anne et de Christiane est un appel aux abstentionnistes en particulier »

Pour Najat Vallaud-Belkacem aussi, la victoire est loin d’être acquise dans la 6e circonscription du Rhône. L’ancienne garde des sceaux, Christiane Taubira, et l’actuelle Maire de Paris volent au secours de Najat Vallaud-Belkacem en situation de ballottage défavorable. Face à elle, le candidat d’en Marche, Bruno Bonnell a remporté 36% des voix du premier tour.

L’ex-Ministre reste optimiste et lance un appel aux électeurs de gauche : « Si vous faites le compte à Villeurbanne, la gauche reste forte. Aujourd'hui, pour ce second tour des législatives, je suis l'unique représentante de la gauche, et la présence d'Anne et de Christiane est un appel aux abstentionnistes en particulier »

 

Anne Hidalgo et Christianne Taubira soutiennent Najat Vallaud Belkacem
00:21

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le