Législatives: les six ministres en exercice élus ou réélus

Législatives: les six ministres en exercice élus ou réélus

Bruno Le Maire, Richard Ferrand, Marielle de Sarnez, Christophe Castaner, Mounir Mahjoubi et Annick Girardin, qui se présentaient...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Bruno Le Maire, Richard Ferrand, Marielle de Sarnez, Christophe Castaner, Mounir Mahjoubi et Annick Girardin, qui se présentaient aux élections législatives, l'ont tous emporté dimanche et devraient ainsi conserver leur poste de ministre ou secrétaire d'Etat.

Dès la composition du gouvernement le 17 mai, la consigne de l'Elysée avait été claire: les ministres battus aux législatives devront démissionner de leur poste.

Six d'entre eux ont tout de même tenté leur chance, avec une part de risque assumée pour le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner, député sortant dans la 2e circonscription des Alpes-de-Haute-Provence où le Front national et la France insoumise avaient effectué une percée aux élections précédentes. Ou pour le secrétaire d'Etat au Numérique Mounir Mahjoubi, notamment opposé au patron du Parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis à Paris (16e circonscription).

Le premier, également secrétaire d'Etat chargé des Relations avec le Parlement, a bénéficié d'un matelas plus épais que prévu (61,57%) contre son rival de la LFI Léo Walter.

Quant à M. Mahjoubi, qui n'avait jamais été élu, Sarah Legrain (LFI) lui a donné quelques sueurs froides au deuxième tour (51,18% - 48,82 %), après l'élimination dès le premier tour de M. Cambadélis.

Petite surprise, le couperet est passé près pour la ministre des Outre-mer Annick Girardin, qui briguait un troisième mandat à Saint-Pierre-et-Miquelon. Elle a été difficilement réélue (51,87%) après être arrivée au coude-à-coude avec son adversaire Stéphane Lenormand au premier tour (1.209 voix chacun).

Bien implanté dans sa 6e circonscription du Finistère, le ministre de la Cohésion des territoires Richard Ferrand a été confortablement réélu (56,53%) face à Gaëlle Nicolas (LR) en dépit des affaires le touchant.

Même constat pour la ministre des Affaires européennes Marielle de Sarnez qui, sous l'étiquette MoDem, l'a emporté dans la 11e circonscription de Paris face à l'avocat Francis Szpiner (LR), avec 63,51% des voix.

Dans l'Eure, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, finalement investi sous la bannière de La République en marche, s'est assuré d'un troisième mandat en battant très largement la frontiste Fabienne Delacour (64,53 %).

Dans la même thématique

Législatives: les six ministres en exercice élus ou réélus
4min

Politique

Nouveau Front populaire : députés et sénateurs réunis pour une démonstration de force

Les près de 130 parlementaires PS avaient rendez-vous au Sénat pour une réunion « opérationnelle », explique le président des sénateurs socialistes Patrick Kanner. Une rencontre qui permet aussi d’afficher le poids du parti au Parlement, à l’heure où les négociations patinent toujours pour Matignon, sur fond de désaccords avec La France insoumise.

Le

Strasbourg – Plenary Session of the European Parliament, Gallia – 17 Jul 2024
5min

Politique

Parlement européen : le cordon sanitaire contre l’extrême-droite résiste

Les votes étaient scrutés. Mardi 16 juillet les députés ont élu les 14 vice-présidents du Parlement européen. Des postes hautement symboliques. Mais même si l’extrême droite est en progression au Parlement européen, le cordon sanitaire semble avoir tenu : « Les Patriotes pour l’Europe », le nouveau groupe dirigé par Jordan Bardella et « L’Europe des nations souveraines » où siège l’AFD, l’extrême droite allemande, font chou blanc. A noter tout de même, le groupe ECR de la Première ministre Italienne Giorgia Meloni obtient deux postes.

Le

Gabriel ATTAL, French Minister of Education and Youth, was at the Gilbert DRU middle school in Lyon
10min

Politique

Derrière « le pacte d’action » que veut construire Gabriel Attal, un appel du pied de la macronie aux LR

Le Premier ministre souhaite ouvrir des discussions avec les groupes politiques « autour de projets et d'actions au service des Françaises et des Français ». Si à ce stade, un élargissement du courant présidentiel vers la gauche semble difficilement envisageable, la droite, en revanche, tenterait de négocier auprès des macronistes certains postes clés à l’Assemblée nationale.

Le